Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/02/2018

Le siège de Dijon a commencé...

Dijon,RebsamenC’est le journaliste Lilian Melet (France 3), excellent connaisseur de la carte électorale bourguignonne, qui a dégainé le premier sur son blog : qui succédera à Rebsamen à la mairie de Dijon ? Qu’il soit atteint par la règle du cumul dans le temps ou que son parti, le PS, ne remonte pas son score catastrophique de juin dernier (entre 5 et 8 %), le maire sortant devra très certainement céder la place, mais à qui ? A son ex-adjoint le député Didier Martin (LREM), qui s’y prépare activement ? Ou à l’ex-député PS Laurent Grandguillaume, aujourd’hui proche de Macron, qui bénéficie d’une excellente image ? A moins que la droite ne surmonte ses querelles internes, mais cela n'en prend pas le chemin…

 

10:04 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : dijon, rebsamen, municipales, ps |  Facebook | | Lien permanent

28/01/2018

Voo-TV : un beau gâchis !

BP-tv.JPGTrois pages, dans le Bien Public, sur le scandale de Voo-TV, c’est du jamais vu ! Chacun se rappelle, à Dijon, cette télévision locale lancée par la mairie socialiste en juin 2008, où se sont succédés, parfois à prix d’or, une bonne dizaine de président, directeurs et rédacteurs en chef (et leurs copains, gendres et petites amies). Le Département (à droite) n’avait pas suivi. La Région (à gauche) avait financé le truc, puis quitté le navire en 2013, précipitant la liquidation judiciaire de ce médiocre organe d’influence que personne ne regardait. Coût pour le contribuable local, selon le journal : 1,8 million d’euros ! Mais quelle importance, c’était de l’argent public…

04/11/2017

Train : le progrès fait rage

pub.jpgAvant, pour aller de Dijon à Florence par le train de nuit, on s’adressait à un guichet en gare de Dijon et on achetait un billet Dijon-Florence. Mais ça, c’était avant. Aujourd’hui, en gare de Dijon, personne ne sait comment joindre la société Thello seule capable, paraît-il, de rallier Dijon à Florence (en changeant de train à Milan). Aucune agence de voyage, à Dijon, ne peut vous renseigner. Et le site de ladite société Thello est incompréhensible. En fait, il faut aller à Paris (!) où, dans un petit bureau provisoire et surchauffé de la gare de Lyon, une jeune femme vous vend un billet pour le train de nuit qui s'arrête à Dijon à 22h47... ou à 21h47, on ne sait pas, excusez-nous, l’ordinateur n’arrête pas de buguer !

09/08/2017

Un rappeur à Dijon

lorenzo.jpgUne page entière du "Bien Public" sur le rappeur Lorenzo, invité par la municipalité de Dijon pour son concert de rentrée, m’a incité à écouter les chansons et les textes de ce jeune homme. Lequel, à l’évidence, a un problème obsessionnel avec sa bite, sa queue, son cul, son sexe, son sperme, son foutre, et entend partager avec son public quelques projets de vie : baiser, sucer, fumer, niquer, éjaculer, bouffer des chattes, déchirer des hymens et engrosser des collégiennes. Le top du top de la vulgarité sexiste ! Même les féministes locales s’étonnent publiquement que la Mairie de Dijon ait voté une subvention de 100.000 euros (quand même) pour ce qui promet d'être un grand moment culturel !

00:31 Publié dans Blog | Commentaires (4) | Tags : dijon, culture, rap, lorenzo, sexe |  Facebook | | Lien permanent

01/08/2017

Dijon : les municipales, déjà ?

Schiappa-2.JPGEst-ce le début des grandes manœuvres municipales à Dijon ? En juin, François Rebsamen, maire depuis 2001, a essuyé une grave défaite (ses candidats aux législatives dans sa propre ville ont obtenu entre 5 et 8 %, ce qui paraît difficilement rattrapable). Et voilà que le quotidien local "le Bien Public" explique, sur une page entière, que la secrétaire d’Etat Marlène Schiappa, benjamine du gouvernement et petite protégée d’Emmanuel Macron, est… dijonnaise depuis quatre générations ! Sa mère y habite toujours, son frère y étudie, elle-même est une ancienne du lycée Carnot, elle y a situé l’intrigue de son dernier roman, etc, etc. Que ceux qui ont des oreilles pour entendre…

27/04/2017

L'Université perd la boule !

univ Bourg.jpgLe meilleur moyen d’éviter les pires dérapages pour la France est de respecter les règles de la République. Or, nombre d’étudiants de Dijon ont été stupéfaits de recevoir, sur leur portable, un message du président de l’Université de Bourgogne les appelant à voter contre Marine Le Pen le 7 mai, au nom de "valeurs universelles et humanistes" de la République et du nécessaire "renforcement de la construction européenne". Mais de quoi je me mêle ? Et les étudiants souverainistes, communistes, trotskistes, nationalistes ou monarchistes, ils n’ont pas le droit de voter comme ils veulent ? Seront-ils exclus de l’Université s’ils n'obéissent pas à cette incroyable injonction officielle ?

15/10/2016

Dijon au centre du monde, et alors ?

Elisabeth_de_la_Trinité.jpgJe n’arrive pas à le croire : demain, à Rome, la petite carmélite Elisabeth de Dijon (1880-1906) sera solennellement célébrée par le pape François et 1,2 milliard de fidèles sur terre, et on me dit que ni le maire de Dijon, ni aucun de ses adjoints n’assistera à la cérémonie au côté de Ségolène Royal (qui, elle, représentera le gouvernement français). La Dijonnaise la plus connue sur la planète est canonisée, et la municipalité de Dijon s’en tamponne le coquillard ! Quelqu’un pourrait-il expliquer à François Rebsamen, maire de Dijon, qu’il ne trouvera pas une occasion plus grande, de son vivant, de faire parler de sa cité dans le monde entier ?

18/06/2016

Après les cocos, les tutus !

dijon-le-siege-du-parti-communiste.jpgChangement de propriétaire ! Il y a des opérations immobilières qui en disent long sur l’évolution de notre société. En Côte d’Or, où il est réduit à sa plus simple expression, le Parti communiste a fini par vendre son siège, place Abbé-Chanlon, à Dijon : ce bâtiment de 200 mètres carrés ne servait plus à rien. Le repreneur est une prof de danse qui va y réaliser un centre de formation artistique avec, notamment, une scène de théâtre. Carolyn Carlson plutôt que Georges Marchais, j’achèèèèèète ! En plus, les vieux cocos locaux ne seront pas complètement dépaysés : on continuera, dans cet endroit, à faire des ronds de jambe et à jouer la comédie !

11:34 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : pcf, dijon, danse |  Facebook | | Lien permanent

01/06/2016

Foot : pourquoi tant d'argent public ?

footbusiness.jpgLe p. Emmanuel Pic, curé dijonnais, a soulevé un sacré lièvre : le football doit-il indéfiniment pomper l’argent public au détriment des hôpitaux, de la voirie, de la culture ou de la sécurité ? Concrètement : à Dijon, ville très endettée, où les impôts viennent d’augmenter de 5 %, n’y a-t-il pas des dépenses publiques plus urgentes qu’une nouvelle tribune à 18 millions d’euros pour le stade Gaston-Gérard ? Est-ce bien au contribuable de financer une activité privée qui brasse, dépense et gagne des sommes gigantesques ? Je suis d’accord avec Emmanuel Pic : il est grand temps de proclamer la séparation du foot et de l’Etat !

08:00 Publié dans Blog | Commentaires (2) | Tags : foot, business, dijon, impôts |  Facebook | | Lien permanent

29/04/2016

Dijon ou Besançon ? Décision en juin...

besançon.jpgLa capitale de la région Bourgogne-Franche-Comté sera-t-elle Dijon ou Besançon ? "Le débat est ouvert", vient de rappeler la présidente du Conseil régional Marie-Guite Dufay. L’assemblée régionale votera là-dessus en juin. La préfecture de région étant déjà située à Dijon, le sacro-saint "équilibre" entre les deux entités bourguignonne et franc-comtoise, prôné par la présidente du Conseil régional (elle-même franc-comtoise) voudrait que le siège du Conseil régional soit définitivement fixé à Besançon. Sauf décision contraire votée par une majorité de 3/5 des élus régionaux, un vote que Marie-Guite Dufay a publiquement exclu de ses pronostics…

22/09/2015

Dijon : Hippocrate se rebiffe

panneau.jpgSuis passé cet après-midi par l’hôpital de Dijon. On n’y décolère pas, de la standardiste aux grands professeurs de médecine, après la décision prise par la mairie de rebaptiser ce grand CHU, qui s’appelait "Le Bocage", du nom de "François Mitterrand". Qu'il soit parfois orthographié "Mitterand" sur les nouveaux panneaux urbains fait désordre, mais ce n'est pas le sujet. Le personnel est surtout outré qu’on ait donné à leur hôpital le nom d’un président qui a truqué, violé et ridiculisé le secret médical du début à la fin de son double mandat, en forçant son propre médecin à faire de faux bulletins de santé ! C’est la révolte d’Hippocrate contre Hypocrite...

23:09 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : dijon, hôpital, mitterrand |  Facebook | | Lien permanent

19/08/2015

Supprimer le ministère du Travail ?

Rebsamen.jpgLa seule vraie question posée par le retour de François Rebsamen à Dijon est celle de l’utilité d’un ministère du Travail. A-t-on vraiment besoin d’un ministre – avec bureaux, cabinet, voitures, avantages et tout le toutim – qui annonce, chaque mois, que le chômage a encore augmenté ? Qui pense encore, en France, que l’emploi dépend de l’Etat et non des entreprises ? Voyez le seul dossier qui fasse l’actualité, celui du travail le dimanche : il est entièrement traité à Bercy. Quant au sacro-saint "dialogue social", il a toujours dépendu de Matignon. Supprimer un ministère qui ne sert à rien, tiens, voilà enfin une réforme qu’elle serait utile !

10/08/2015

Dijon, désert politique ?

Francois-Rebsamen-ironise.jpgDijon, un désert politique ? Tout à l’heure, François Rebsamen y a repris tous les pouvoirs sans provoquer le moindre article dans la presse locale, sans rencontrer la moindre opposition dans la ville, sans avoir aucun rival dans son propre camp, et sans même qu’un candidat "Les Républicains",  "UDI" ou "Modem" ne se présente, symboliquement, contre lui ! Voilà une capitale régionale exemplaire, où il n’y a aucun débat politique, aucun dossier en discussion, aucun enjeu à venir : dormez bonnes gens ! On comprend que le ministre ait dû sacrifier sa carrière nationale pour retrouver son fauteuil au palais des Ducs : il n'y avait visiblement personne, ni à droite ni à gauche, pour diriger la ville !

17:18 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : dijon, bourgogne, rebsamen |  Facebook | | Lien permanent

07/08/2015

Dijon : un non événement ?

rebs.jpgLundi, François Rebsamen se fera réélire maire de Dijon. On aurait pu penser que la presse bourguignonne, avant cette élection peu banale, multiplie enquêtes, reportages et débats. Qu’est-ce qui pousse un ministre proche du président à quitter le gouvernement pour une ville comme Dijon ? Au sein de la gauche dijonnaise, quelles personnalités se seraient bien vues succéder au regretté Alain Millot ? A-t-il été envisagé ou non de partager le pouvoir entre la mairie et la communauté urbaine du Grand Dijon ? Pourquoi Rebsamen, curieusement, sera-t-il totalement absent des prochaines élections régionales ? Je vous rassure : de toute la semaine, à Dijon, il n’y a pas eu un seul article sur ces sujets ! Pas un !

26/06/2015

Une délibération... capitale !

Dijon-Besançon.jpgDans la grande bagarre qui agite les régions Bourgogne et Franche-Comté avant leurs élections communes de décembre, il est des nouvelles rafraichissantes. Tenez, par exemple, le Conseil économique social et environnemental (Ceser) de Bourgogne – vous savez, cette institution régionale totalement inutile que Gaston Defferre n’a pas osé supprimer en 1981 de peur de priver les syndicats locaux d’un placard doré pour recaser leurs caciques – a rendu un avis solennel sur le choix de la future capitale de la région Bourgogne-Franche Comté. Tenez-vous bien, il a préconisé Dijon ! Si ! J’en entends qui rigolent, ce n’est pas très gentil…

24/06/2015

L'élégance de Muriel Barbery

photo.JPGUn grand merci à Muriel Barbery qui est venue à Dijon lundi soir, à l’invitation du Club des écrivains de Bourgogne, pour présenter son livre La vie des elfes (chez Gallimard). Personnalité rare, discrète et attachante, l’auteur de L’élégance du hérisson (un million et demi d’exemplaires, 40 traductions étrangères) ne manque ni de sensibilité, ni d’humour, ni de... courage : combien eût-il été tentant, après un succès aussi phénoménal, de publier un roman dans le style et le ton du précédent ! Ce fut une belle rencontre, qui clôtura en beauté la huitième saison littéraire de la capitale bourguignonne. A suivre !

00:15 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : barbery, dijon, écrivains, elfes |  Facebook | | Lien permanent

26/04/2015

Cumul des mandats : Dijon contre Dijon ?

cumul-des-mandats.jpgJe lis dans le Bien Public que le jeune et brillant député socialiste de Dijon Laurent Grandguillaume a réussi à faire passer la règle de la limitation à deux mandats dans le temps dans le texte de la motion qui sera adoptée, sauf surprise, au prochain congrès du PS. Le principe est simple : après deux mandats électifs dans le même fauteuil, hop, place aux jeunes ! Bon, évidemment, quand on voit que ladite motion est signée par l'autre socialiste local François Rebsamen (déjà 2 fois maire de Dijon), on est soudain envahi d’un sérieux doute sur son application…

17:30 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : cumul, dijon, rebsamen, ps |  Facebook | | Lien permanent

14/04/2015

Et si on demandait l'avis des gens ?

Bunker.jpgC’est une guerre acharnée qui se déroule essentiellement à Paris. Elus locaux, syndicalistes, consulaires, parlementaires et cabinets ministériels s’écharpent comme chiffonniers pour choisir les capitales des nouvelles régions : Dijon ou Besançon ? Toulouse ou Montpellier ? Parfois, c’est tranché : un élu de Givet (08) ira donc plaider son dossier à Strasbourg (soit 700 km aller-retour) ! Parfois la décision tarde, et la bagarre est sanglante. Vous aurez remarqué qu’à aucun moment les socialistes n’ont imaginé de faire trancher ces choix de proximité par les habitants. La politique est une affaire trop sérieuse pour être laissée aux citoyens !

17:24 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : régions, référendum, dijon |  Facebook | | Lien permanent

21/03/2015

Un académicien à Dijon

Vitoux-sign.jpgA la veille du Salon du Livre de Paris, Frédéric Vitoux est venu animer la 58ème soirée littéraire de Dijon, au Grand Hôtel La Cloche. Avec talent, humour et simplicité, cet académicien fan de calembours raconte avec autant de verve sa passion pour Céline, dont il fut le premier biographe, que son amour des chats, qu’il a développé dans un Dictionnaire amoureux qui fit date. Son dernier roman, Les Désengagés, nous entraîne dans le Paris littéraire de 1968, juste avant les événements de mai. Un milieu et une période qui nous paraissent soudain très, très lointains. Merci, Frédéric !

18/03/2015

En 4 ans, 613 éditeurs en moins !

pile-de-livres.jpgLe Syndicat national de l’Edition (SNE) vient de publier un chiffre désolant, celui des maisons d’édition qui ferment, en France, les unes après les autres – notamment les petites maisons régionales – dans l’indifférence générale des pouvoirs publics et des médias. En quatre ans, près de 20 % des éditeurs français ont disparu, soit 613 structures (sarl, assoc, etc), ce qui est beaucoup. Raison principale : la disparition accélérée des points de vente (un exemple : rien qu’à Dijon, 7 libraires ont fermé en 7 ans). Précision utile : cette baisse vertigineuse n’est en rien compensée par l’édition numérique...

10:25 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : édition, sne, livre, dijon, libraires |  Facebook | | Lien permanent