Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/02/2017

Un débat, ça sert à quoi ?

un-debat-inedit-qui-fait-deja-debat.jpgLes polémiques autour du grand débat que TF1 entend organiser le 20 mars me font rigoler. Bien sûr que l’absence des "petits candidats" est injuste ! Mais faut-il rappeler à quoi sert un tel débat ? A confronter les idées et les programmes en lice. Or, dans la cacophonie générale qu’induirait la présence de 12 candidats (et le peu de temps accordé à chacun), à quoi servirait un échange croisé entre Macron et la trotskiste Nathalie Arthaud à propos de la désertification rurale, ou entre Mélenchon et Alexandre Jardin sur la présence française au Mali ? Cette présidentielle inédite battrait un nouveau record : celui du débat le plus inutile de l’histoire de la République !

22/02/2017

Plan B, moi, jamais !

panneau-de-cible.jpgA l’aube de 2017, il ne pouvait pas être battu. La presse a alors révélé que sa femme avait été son assistante parlementaire. Puis… que deux de ses enfants l’avaient été aussi. Puis… que sa femme avait un salaire exorbitant. Puis… qu’elle avait touché de grosses indemnités chômage. Puis… qu il habitait un manoir valant 700.000 euros. Puis… qu’il aurait été, selon certains, à voile et à vapeur. Puis… qu’il avait travaillé, quand il était conseil, pour le groupe Axa. Puis… qu’il avait gagné de l’argent en faisant des conférences. Puis… qu’il abusait des avions du gouvernement quand il était premier ministre. Et ce n’est pas fini… Quand on voit ce qui est arrivé à Fillon, on comprend que la droite ne trouve pas de plan B !

21/02/2017

Au premier tour on élimine ?

Candidats.jpgBon, je résume. Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon voudraient nous faire croire que la France pourrait résister toute seule, et en anciens francs, à l’Amérique, à la Russie et à la Chine : pas sérieux, j’élimine ! Aucune envie de Benoît Hamon, dont la victoire remettrait en piste la plupart des éléphants du PS : j’élimine. Restent Macron et Fillon. Le premier, par désinvolture, s’est durablement ridiculisé en qualifiant la colonisation de "crime contre l’humanité". Le second, par intérêt personnel, a abusé des facilités financières offertes aux députés et à leurs familles. Me voilà frais : Le Pen, Mélenchon, Hamon, Macron et Fillon sont dans un bateau, le bateau coule, qu’est-ce qui reste ?

10/02/2017

Fillon élu grâce à Bayrou ?

Francois-Bayrou.jpgJe ne comprends pas pourquoi les dirigeants de la droite républicaine sont si énervés contre François Bayrou. Si le président du Modem se présente aux présidentielles, les sondages le créditeront d’environ 5 % des voix. Or, si ce chiffre se confirme, à qui va-t-il prendre ces 5 % des suffrages ? A Macron, évidemment ! Venez discuter, chez moi, dans l’Yonne, avec les électeurs traditionnels du Modem, vous verrez ! Pensez-vous, en revanche, qu’un seul électeur de Fillon se détournera de celui-ci pour voter Bayrou ? Aucun ! Conclusion : la candidature de Bayrou aura pour conséquence d’assurer, quasiment à coup sûr, la qualification de François Fillon au second tour de l’élection…

05/02/2017

Qui sera "première dame" ?

M Laroque.jpgDans tout ce micmac électoral, quelle sera notre prochaine "première dame" ? La chanteuse Carla Bruni et l'ex journaliste Isabelle Juppé ont été éliminées lors de la primaire de la droite. La députée Aurélie Filipetti, la journaliste Nathalie Bensahel et la violoniste Anne Gravoin ont été écartées, à la primaire de la gauche, au profit de la femme d’affaires Gabrielle Guallar, désormais concurrente de Brigitte Macron et de… Louis Alliot (!). A moins que… A moins que Pénélope Fillon, si elle est exclue du concours, laisse la place à Michèle Laroque, compagne de François Baroin ? Michèle Laroque en première dame ? La classe ! Le charme, le talent et l’humour incarnés ! C’est décidé, je vote Michèle Laroque !

03/02/2017

J'hésite entre Raffarin et Borloo...

Raff-Borloo.jpgSuite de mon blog d’hier, où, à la réflexion, je ne voyais que deux personnages capables de s’improviser, en pleine crise, candidat fédérateur de la droite et du centre : Jean-Pierre Raffarin et Jean-Louis Borloo. Le premier, fils spirituel de Giscard et ancien chef du gouvernement sous Chirac, saura apaiser la vie politique française, qui en a bien besoin. Le second, homme de dialogue et d’ouverture, saura faire preuve d’imagination pour sortir de l’impasse où s’enfonce le pays. Qui d’autre saura incarner, au pied levé, cette large union de la droite et du centre qui, seule, en mai, sera capable de faire efficacement barrage aux ambitions de Marine Le Pen ?

02/02/2017

Un plan B ? Mais avec qui ?

Jean-Louis-Borloo-Jean-Pierre-Raffarin.jpgUn plan B ? Mais concocté par qui ? Le conseil national des Républicains élargi à l'UDI ? Ce serait un retour à la IVe République ! Et pour désigner qui ? Déjà, pas un battu aux primaires : Juppé, NKM,Le Maire, exclus ! Bertrand ? Trop régional. Baroin ? Trop laïcard. Bayrou ? Carbonisé depuis 2012. Pécresse ? Un peu jeunette. Wauquiez ? Trop sulfureux. Chatel ? Un peu court. Et pourquoi pas le député Jean Lassalle, le berger mystique qu’on a vu récemment chez Ruquier ? Non, je déconne ! Dans le rôle du candidat de dernière minute qui puisse fédérer la droite et le centre, en fait, je ne vois que deux noms : Raffarin et Borloo. Je dis ça, je dis rien…

01/02/2017

Tous derrière Hamon et Fillon !

titanic.jpgLe gros de la troupe de nos dirigeants politiques – les élus du PS et les Républicains – vivent un véritable cauchemar. Les premiers, regroupés derrière Hamon, constatent avec horreur que c'est un autre candidat de gauche, Macron, qui peut prétendre à figurer au second tour ! Les seconds, tous unis derrière Fillon, comprennent que leur candidat a perdu quasiment toutes ses chances de remporter la bataille ! Que vont-ils devenir, les uns et les autres, si leurs champions sont battus ? Comment, avec quelle étiquette, avec quels soutiens vont-ils aborder les législatives de juin ? La classe politique française, aujourd’hui, c’est le Titanic...

09:30 Publié dans Blog | Commentaires (3) | Tags : hamon, fillon, 2017, macron, ps, lr |  Facebook | | Lien permanent

30/01/2017

Attachez votre ceinture !

Nicolas-Sarkozy-Francois-Hollande-Manuel-Valls.jpgAttachez votre ceinture, l’accélération est vertigineuse ! Il y a un an, le plus fou d’entre nous aurait-il pu imaginer qu’en janvier 2017, la scène politique serait débarrassée de François Hollande, Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, Cécile Duflot et, depuis hier, Manuel Valls ? Que le favori de la présidentielle de 2017 serait un jeune inconnu nommé Emmanuel Macron ? Pis encore : que les deux partis sur lesquels repose la Cinquième République, le PS et les Républicains, après des primaires aussi envahissantes qu’assassines, verraient leurs deux champions sur le point d’être recalés au second tour de l’élection présidentielle ? Attachez votre ceinture, je vous dis !

11:14 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : sarkozy, valls, hollande, 2017, maceon |  Facebook | | Lien permanent

27/01/2017

Marine à l'Elysée ? Brrr !

Marine.jpg

 J’écoute ce qui se dit dans mon coin de Bourgogne. Je suis troublé. C’est la première fois que je me dis que Marine Le Pen peut gagner en mai. C’est elle, bien sûr, qui profite de l’attaque précise, ciblée, millimétrée portée contre le candidat de la droite aux présidentielles que le Canard aurait évidemment pu sortir pendant les cinq ans où Fillon était premier ministre, mais à l’époque, la cible était Sarkozy ! Cette affaire fragilise le seul candidat capable, par son positionnement, de réduire sensiblement le score du FN, et donne à celui-ci de puissantes raisons d’expliquer que tous les hommes politiques sont pourris. La question de la rémunération des assistants parlementaires est-elle de même importance, tout bien pesé, que l’éventuelle arrivée de Marine Le Pen à l’Elysée ?

25/01/2017

Que restera-t-il du président élu ?

boxe.jpgLors des primaires de la droite, on a vu Juppé porter des coups si sévères contre Fillon que celui-ci en est affaibli pour toute la durée de la campagne présidentielle. Ce soir, lors du débat Valls-Hamon, les dures critiques échangées par les deux candidats vont plomber pour longtemps le vainqueur de ce duel acharné. Enfin, pendant les trois mois qui restent avant le scrutin final, les médias bombarderont les finalistes de révélations, attaques, irrespect, dénigrement, moqueries et suspicions au point que le prochain président de la France, en mai, arrivera devant Merkel, Xi Jinping, Trump et Poutine… éreinté, défiguré, étrillé, en lambeaux ! Il n’y a pas quelque chose qui cloche, là ?

10:28 Publié dans Blog | Commentaires (2) | Tags : campagne, boxe, valls, fillon, hamon, 2017 |  Facebook | | Lien permanent

18/01/2017

"On ne peut rien prévoir !"

primaires.jpgC’est la nouvelle mode dans les débats télévisés : "On ne peut rien prévoir, voyez ce qui s’est produit à droite avec Fillon, tout est possible !" Ce procédé rhétorique permet de dire tout et son contraire sans tenir aucun compte des réalités électorales. Résultat : à force de nier les chiffres donnés par les sondages (qui ne se trompent pas sur tout) et de rembarrer les journalistes spécialisés (il en reste qui vont enquêter hors périphérique), le petit monde politico-médiatique s’enfonce dans un obscurantisme désolant, où toute intelligence est bannie au profit de l’affirmation gratuite, de l’insulte, de l'imprécation, de la voix qui porte et du doigt mouillé !

16/01/2017

Hamon, l'apparatchik gyrovague

benoit-hamon.jpgJe découvre dans Marianne la très significative carrière d’élu local du candidat Benoît Hamon. Natif du Finistère, assistant parlementaire d’un député de Gironde, cet apparatchik socialiste se présente aux législatives de 1997 à Auray (Morbihan), sans succès ; puis son ami Montebourg le propulse en 2004 sur la liste européenne du Grand Est (Alsace, Lorraine, etc) ; conseiller municipal de Brétigny-sur-Orge (Essonne), il sera élu en 2010 conseiller régional sur une liste du Val de Marne, puis, en 2012, député des Yvelines (où il devrait logiquement être battu en 2017). Bon ! En voilà un, au moins, qui connaît bien la diversité française !

00:05 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : hamon, député, apparatchik, 2017 |  Facebook | | Lien permanent

15/01/2017

Pas de question sur l'Europe ?

primaires-gauche.jpgQue le sujet de l’avenir de l’Europe ne soit quasiment pas abordé par les candidats aux présidentielles est un scandale. Pourquoi est-ce l’ex-ministre allemand Joschka Fischer qui pose, dans Le Point de cette semaine, les bonnes questions ? Fischer propose ainsi que la France et l’Allemagne se répartissent les deux responsabilités communes qui décideront, demain, de l’autonomie des Européens par rapport aux USA et à la Chine : la sécurité, point fort des Français, et l’économie, point fort des Allemands. D’accord, pas d’accord ? C’est la première question à poser, ce dimanche soir, au débat des primaires de la gauche ! La deuxième étant : et concrètement, vous allez faire comment ?

14/01/2017

Comme Giscard en 1974...

VGE-74.jpgComparaison n'est pas raison, certes, mais quand même. Emmanuel Macron est en train de ringardiser le PS (à gauche) exactement comme Valéry Giscard d’Estaing, en 1974, avait ringardisé l’UDR (à droite). VGE avait connu, lui aussi, ces ralliements successifs de parlementaires inquiets de leur réélection à venir, donnant l’impression d’une dynamique irrépressible. Macron manque de structures partisanes, comme le jeune Giscard en son temps, mais il incarne, comme lui, quelque chose de neuf. Il est aussi isolé par rapport au Parti socialiste que VGE l’était par rapport aux bataillons gaullistes, mais il est en train de provoquer le même effet de bascule. Je n’aimerais pas être le vainqueur de la primaire du PS le jour où, façon Chaban en 1974, il ralliera Macron au second tour !

13/01/2017

Auront-ils leur diplôme ?

primaires,ps,présidentielles,2017,de gaulleJ’avais déjà noté ici ce constat : de la génération Chirac-Fabius à la fameuse "promotion Voltaire", pour faire de la politique, il fallait avoir fait l’ENA ; dans la génération actuelle, il suffit de l’avoir raté. Le débat d’hier soir a bien illustré cette boutade : la primaire du PS ressemble à un oral du concours d’entrée à Sciences Po – lisse, sage, ennuyeux et approximatif. Comme si, pour diriger la France, il fallait avoir appris par cœur le Code du travail et le budget de l’Etat ! Alors que pour diriger la France, il faut avoir une vision, une méthode, une éthique, de la hauteur et de l’autorité. "L’intendance suivra", disait de Gaulle, qui s’y connaissait.

05/01/2017

Derrière les excès et les postures

valls-fillon.jpgSuite de mon blog d’hier. Si l’on veut bien prendre un peu de recul par rapport au pia-pia haineux et inculte qui caractérise aujourd’hui le débat public, on ne peut que donner raison à Giscard qui disait naguère : "La France souhaite être gouvernée au centre". Si l’on estime à 20-25 % le score de l’extrême-droite (le FN), et à 15-20 % le total de la gauche utopiste (trotskistes, PCF, Mélenchon, une partie des frondeurs), on retrouve en effet une grosse majorité "centriste" orientée plutôt à gauche (Valls, Macron) ou plutôt à droite (Bayrou, Fillon). Tout le reste est posture, excès, bêtise, cinéma, manip, dérision, artifice, copinage, calcul et télévision.

10:00 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : 2017, centre, giscard, fillon, valls |  Facebook | | Lien permanent

04/01/2017

Demandez le programme !

valls-1.jpgJ’ai écouté attentivement le discours-programme de Manuel Valls. Je suis frappé par une chose : à part trois phrases, dont deux l’attaquent personnellement, François Fillon aurait pu prononcer exactement le même topo. Même cadre général, même socle culturel, même contexte politique, mêmes valeurs fondamentales, même connaissance du réel, mêmes menaces sur l'avenir, même volonté de mieux faire ! Il est clair qu’un président de la République – sauf un extrémiste ou un irresponsable – n’a pas une grande marge de manœuvre sur les sujets fondamentaux : travail, Europe, sécurité, santé, école, culture, écologie. Et que ce n’est pas sur son programme, au fond, qu’on élit un président…

02/01/2017

Ce que souhaitent les Français

bonne-annee-2017-7.jpgEtre de droite, c’est regretter qu’on ne puisse davantage prolonger les bonheurs du passé. Etre de gauche, c’est parier que l’avenir nous apportera de plus grands bonheurs futurs. Si cette définition est juste, il faut admettre que François Fillon correspond assez bien à ce que souhaite la population française en ce début 2017. Les Français, inquiets, savent qu’ils détiennent quelques secrets de vie (bonne bouffe, vin, luxe, patrimoine, paysages, cinéma, chanson) qu’ils ne veulent pas voir écrabouiller sous le rouleau compresseur d’une mondialisation mal gérée, interlope et mercantile. Du passé, ils refusent de faire table rase !

17:11 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : voeux, 2017, droite, gauche, passé |  Facebook | | Lien permanent

22/12/2016

On ne regrettera pas 2016

icone-de-la-naissance-de-jesus-2.jpgEt voilà que l’année 2016 se termine dans la sinistrose, l’inquiétude et la honte. Sinistrose due à la persistance du chômage et à la dégradation des services publics ; inquiétude relancée par l’attentat islamiste de Berlin et la tragédie guerrière d’Alep ; honte devant le fiasco affligeant d’un président "normal" qui n’était pas au niveau. Je vois bien, autour de moi, que les Français vont chercher dans leur propre vie – famille, amis, amour, religion, sport, culture – des raisons de croire, pour eux-mêmes, en un avenir meilleur. Comment faire pour que cet optimisme "privé" redonne à notre vie "publique" un peu de grandeur, de confiance, d’espérance ?

11:14 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : 2016, 2017, voeux, noel, sinistrose |  Facebook | | Lien permanent