Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/01/2017

Auront-ils leur diplôme ?

primaires,ps,présidentielles,2017,de gaulleJ’avais déjà noté ici ce constat : de la génération Chirac-Fabius à la fameuse "promotion Voltaire", pour faire de la politique, il fallait avoir fait l’ENA ; dans la génération actuelle, il suffit de l’avoir raté. Le débat d’hier soir a bien illustré cette boutade : la primaire du PS ressemble à un oral du concours d’entrée à Sciences Po – lisse, sage, ennuyeux et approximatif. Comme si, pour diriger la France, il fallait avoir appris par cœur le Code du travail et le budget de l’Etat ! Alors que pour diriger la France, il faut avoir une vision, une méthode, une éthique, de la hauteur et de l’autorité. "L’intendance suivra", disait de Gaulle, qui s’y connaissait.

06/01/2017

Un président chrétien ?

de Gaulle-messe.jpgIls rigolent, les musulmans, en entendant les médias parisiens reprocher au candidat François Fillon d’avoir dit qu’il était "chrétien". Horreur ! Pourquoi pas zoophile, royaliste, mormon ou martien ? La référence à l’Evangile serait-elle devenue problématique dans ce pays où le Manifeste (de Marx) et le Petit Livre Rouge (de Mao) restent des fondamentaux, tout comme les écrits de Voltaire, les constitutions d’Anderson, les citations du Dalaï Lama et les discours de Castro ? Personne n’avait jamais fait ce curieux procès aux Jacques Delors, François Bayrou (qui charge Fillon, un comble), Jean-Pierre Raffarin, Edmond Michelet, Charles de Gaulle et tant d'autres qui n’ont jamais fait mystère, eux non plus, de leur foi ! Amis, le temps se gâte...

17/05/2016

Retour au régime des partis ?

Assemblée.jpgLa loi El Khomri n’a pas épuisé le débat sur le 49-3. A gauche, tout le monde exige la suppression de ce "déni de démocratie". En faisant mine d’oublier que le général de Gaulle avait glissé dans la Constitution de la Vème République quelques verrous destinés à empêcher le retour au régime des partis, dont ce 49-3 qui oblige ceux-ci, quand ils contestent la majorité en place, à proposer une alternative commune au pouvoir qu’ils veulent renverser. Aujourd’hui, à gauche, les partis, fractions de partis, frondeurs et autres groupuscules inutiles voudraient renouer avec les délices de la IVème République : il est logique qu’ils déploient tous leurs efforts, avant 2017, pour faire sauter ce verrou ! 

10:44 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : partis, ps, gauche, de gaulle, 49-3 |  Facebook | | Lien permanent

03/03/2013

De Gaulle, Berlusconi, Hollande

 DeGaulle.jpgQuand on voit dans quelle panade politique se trouvent les Italiens, on ne peut que saluer l’obstination avec laquelle le général de Gaulle, en 1958, a doté la France d’institutions plus stables que celles qui plombaient la IVè République et qui fragilisent encore l’Italie. On voit bien que nos socialistes, qui hurlaient alors au "coup d’Etat permanent", n’ont pas fait leur deuil de ce bon vieux régime parlementaire où l’intérêt de l’Etat passe après les combinazzioni des partis, des courants, des clubs, des loges, des copains de fac, des groupes de pression, des élus locaux, etc, davantage préoccupés par le partage du pouvoir que par l'intérêt général. On l'a échappé belle.

10/11/2010

Tous gaullistes !

de-gaulle.jpgHier, 40ème anniversaire de la mort du général : à écouter la télé et la radio, Charles de Gaulle était donc à la fois un grand président, un saint laïc, un héros, un surhomme, un modèle, un demi-dieu... Médias sans mémoire ! Mais où sont passé tous ceux qui le vilipendaient entre 1940 et 1944 ? Ceux qui ont fêté son départ en 1946 ? Ceux qui l’ont combattu, parfois violemment, comme François Mitterrand, en 1958-59 ? Ceux qui ne lui ont pas pardonné les accords d’Evian en 1962 ? Ils ont disparu, ces millions de Français qui le conspuaient en 1968 ? Et ceux qui, par leur vote majoritaire, ont provoqué son départ en 1969 ? 

 

09/10/2010

De Gaulle au Vatican

DeGaulle-Croix.JPGCurieux, ces propos furibards dénonçant Nicolas Sarkozy qui, à Saint-Pierre de Rome, a osé faire un signe de croix. A ces laïcards sans mémoire, je dédie la photo ci-jointe du général de Gaulle, à qui nul ne songerait à donner des leçons de patriotisme. Le général s’était, lui, agenouillé devant Jean XXIII lors de sa visite d’Etat au Vatican, en 1959. Il avait rappelé que la France était "la fille aînée de l’Eglise", que l’Eglise était éternelle et que la France resterait éternellement fidèle "à tous les liens qui l’attachent à notre Eglise". La photo ci-jointe l’atteste : le général de Gaulle n’hésitait pas à mettre genou en terre pour embrasser un crucifix. O tempora, o mores...   

09/06/2010

La chienlit, c'est qui ?

Chienlit.jpgAu début j’ai cru que c’était une blague. Mais le débat prend de l’ampleur, surtout à l’approche de l’anniversaire de l'appel du 18 juin : il y a vraiment, en France, des enseignants qui s’insurgent contre le fait que les Mémoires de guerre du général de Gaulle figurent, l’an prochain, au programme du bac L. Sectarisme idéologique, méconnaissance des grands textes ou crétinisme obtus ? Outre que l’œuvre du général vaut bien la Guerre des Gaules de César dont on a bassiné toute ma génération, je trouve inouï que ces syndicalistes-là en soient restés à la vision du général-dictateur caricaturé sur les affiches de mai 68. Un tel archaïsme borné fait froid dans le dos.

11/10/2007

Vive de Gaulle !

99f0e32736d670a998143969e6cc8732.jpgPour quelqu’un qui, comme moi, avait 18 ans en mai 1968, l’émission d'hier soir sur le général de Gaulle, présentée par Marie Drucker sur France 3, était à tomber par terre. Quelle unanimité dans la louange ! J’entends Jack Lang expliquer que de Gaulle, qui lança à la fois la participation, la régionalisation et la réforme du Sénat après les événements de mai, était un "prophète". J’entends Max Gallo expliquer que "dans tout Français il y a un héritier du général de Gaulle". Mais surtout l’écrivain Daniel Rondeau à qui le journaliste demande : "En mai 68, de Gaulle a raté la jeunesse ?" et qui répond : « Non, c’est la jeunesse qui a raté De Gaulle ! » Je rêve. Je n’ai pas dû vivre le même mois de mai...

16/03/2007

Comme disait le Général

"Nous sommes avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne". Il s’amuse, Eric Zemmour, dans le Figaro d’hier. C’est toujours jubilatoire de citer le général de Gaulle, auquel aujourd’hui tout le monde se réfère aveuglément.
Tiens, Eric, pour rigoler, voici une autre citation du général : "Le rôle de la France se confond avec un rôle chrétien. Notre pays ne serait pas ce qu’il est s’il n’était d’abord un pays catholique !" (27 juin 1959). Pas très politiquement correct, le grand Charles !
On pourrait aussi citer le président de la République française se rendant à Rome "témoigner de la fidélité de la France à son héritage chrétien". Mais là, ce n’est pas le grand Charles, c'est le grand Jacques (Chirac, 20 janvier 1996) !