Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2017

Feu la réserve parlementaire ?

réserve.jpgC’est toujours pareil avec les promesses électorales. Une fois élu, il faut les tenir. Même quand elles sont idiotes ou bêtement démagogiques. Prenez l’exemple de la "réserve parlementaire". Sous prétexte qu’elle favorise le clientélisme (ce qui est vrai), on va supprimer cette disposition qui permettait aux députés et sénateurs, avec une souplesse enviable, de faire un geste ici ou là – pour refaire le mur d’un cimetière, donner un coup de pouce à un petit festival de musique, venir au secours d’une association dédiée aux malades du cancer, etc. Fini, tout cela, hop ! Or, tous les élus locaux savent que personne ne compensera jamais ces petites sommes, pourtant si utiles !

12/07/2017

Quels pouvoirs intermédaires ?

Mao-Macron.jpgA la veille des vacances d’été, on commence à mesurer le nouveau risque qui pèse sur notre démocratie : un président tout puissant, un Parlement aux ordres, des partis d’opposition en déconfiture, une presse décrédibilisée, ce n’est pas bon pour le pays. Certes, si le président reste lucide et si le taux du crédit reste faible, on continuera à se rassurer en enfilant des polémiques insignifiantes. Mais si le président ne se sent plus (hypothèse évidemment théorique), ou si une vraie crise financière éclate (hypothèse beaucoup plus réaliste), nul ne sait comment fonctionneront les pouvoirs intermédiaires, seuls capables d’éviter la dictature ou l’anarchie…

20/06/2017

Un bon coup de jeune...

bébés.jpgRoulez jeunesse ! L’heure est au renouvellement. On célèbre les novices, on loue les inconnus, on s’esbaudit devant tous ces jeunes élus qui découvrent leur écharpe de député. Et on a raison. Un bon coup de jeune, façon Macron, c’est ce qu’il fallait à la scène politico-médiatique. A la condition, bien sûr, de ne pas préférer bêtement la nouveauté à la compétence. A condition de ne pas considérer l’expérience et le talent comme des défauts. Tous les représentants du "vieux monde" qui viennent d'être "dégagés" ne sont pas des nuls – demandez à David Pujadas, Natacha Polony, William Leymergie, Georges Pernoux, Thomas Sotto ou Philippe Meyer…

13/06/2017

Sous l'étiquette "En Marche"

chevreem.jpgParmi les centaines de petits nouveaux qui entreront lundi à l’Assemblée nationale, il y aura évidemment des personnalités remarquables, attachantes, cultivées et efficaces. Mais il y aura aussi, forcément, quelques dizaines de bras cassés, d’exaltés, de lunaires ou d’analphabètes qui feront les délices des médias. Certains noms tournent déjà sur les réseaux sociaux, repérés par la presse locale, qui ont l’air croquignolesque et qui n’ont visiblement aucune idée de ce que représente le travail parlementaire. La vie politique est ainsi : elle nous offre aussi, parfois, heureusement, de bonnes raisons de rigoler.

12/06/2017

Un scrutin vraiment indéfendable

le-pen-melenchon.jpgDepuis le temps qu’on nous promet d’instiller un peu de proportionnelle dans le scrutin majoritaire ! Les députés "En Marche" détiendront donc, pour cinq ans, entre 420 et 450 des sièges (sur 577), alors que leur parti a recueilli dimanche les voix de 13,43 % des électeurs inscrits. Le FN, dont la candidate a obtenu 11 millions de voix le 7 mai, n’aura sans doute qu’un député, peut-être deux. A peu près autant que les "Insoumis" de Mélenchon. Plus malsain, tu meurs ! Attention, danger ! Macron ordonnera-t-il à tous ses nouveaux élus de se faire brutalement harakiri en réformant fissa le scrutin qui les a si facilement fait élire ? Evidemment non. Alors accrochez-vous, ça va tanguer !

11/06/2017

Une chambre d'enregistrement ?

parlement.jpgPlus de 400 députés, presque tous inexpérimentés, expressément élus pour soutenir aveuglément le gouvernement, c’est une très, très mauvaise nouvelle… pour Emmanuel Macron ! Quoi de pire, pour un jeune président libéral qui entend rajeunir le système démocratique, qu’un parti unique ? Qu’une chambre d’enregistrement aux ordres de l’Elysée pendant cinq ans ? Beaucoup de gens qui souhaitent le succès de Macron vont s’inquiéter, à raison, pour le pluralisme, fondement de la République. En Bourgogne, les députés "En Marche" sont en tête dans 15 circonscriptions sur 15, ce qui fait peur à tous les démocrates : une majorité sans opposition, cela se termine toujours très mal.

17/01/2017

Une immense cour de récréation

politique.jpgLa France en crise ? Allons donc ! Avez-vous tenté de calculer ce que coûte à la collectivité publique l’incroyable activité politique, politicienne, partisane et électorale de notre vieille république ? Les assemblées parlementaires (et leurs chaînes de télé), l’excessif mille-feuille représentatif, le coût des élections nationales et locales, parfois un congrès ou un référendum, l’argent public destiné aux partis politiques, les indemnités des élus (pensez aux 36.000 maires et à leurs cent mille adjoints), les salaires des fonctionnaires affectés aux administrations en charge de tout cela, et tous les à-côtés qui font de la France une immense cour de récréation démocratique ! 

03/02/2015

Les chaînes qu'on n'abat pas

chaines-parlementaires.jpgPuisqu’on vous dit que la France est un pays impossible à réformer ! Voyez les deux chaînes parlementaires, LCP-AN et Public-Sénat, qui coûtent au contribuable 35 millions d’euros par an pour rassembler, à elles deux, moins de téléspectateurs que France 0 ! Voilà quinze ans que leur fusion paraît une mesure de bon sens, et aussi une économie bienvenue. Halte ! Impossible ! Le Sénat s’y oppose farouchement ! Et quand le Sénat bloque une réforme, il n’y a rien à faire ! Sauf, un jour, à supprimer le Sénat lui-même. Mais on n’en sort pas : vous verrez que le Sénat bloquera cette réforme-là comme les autres !

23:16 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : lcp, sénat, parlement, réforme |  Facebook | | Lien permanent

19/12/2013

Supprimons le Parlement !

 assemblée.jpgAllez hop, circulez, une polémique chasse l’autre ! On ne parle déjà plus de cet étrange panel "citoyen" de 18 personnes politiquement et juridiquement irresponsables, qui a spectaculairement préconisé l’autorisation du suicide assisté, c’est-à-dire, excusez du peu, l’introduction du droit de tuer dans la législation française… par-dessus la tête du Comité national d’éthique et du Parlement ! Que vaut un tel "avis" ? Que dirait-on si un groupe de 18 individus pareillement réunis par l’IFOP – des gens "concernés", par exemple des parents de victimes de violeurs d’enfants – publiaient un "avis citoyen" favorable à 100 % au rétablissement de la peine de mort ?    

06/09/2013

Un vote sur la Syrie ?

 Hollande-Syrie.jpgHollande souhaite donc faire intervenir la France en Syrie sans vote préalable au Parlement.Cela file un peu les chocottes. Car c’est bien lui qui, en février 2003, à propos de l’Irak, à l’Assemblée nationale, avait "demandé au nom des socialistes qu’un débat avec vote puisse être prévu au Parlement avant que la France n’ait à faire connaître sa décision" ? Il disait aussi : "Dans toute démocratie digne de ce nom, de tels arbitrages auraient été rendus après un vaste débat dans le pays et un vote solennel au Parlement". Un gars qui change aussi facilement d’avis, cela vous inspire confiance, à vous ?

18:48 Publié dans Blog | Commentaires (2) | Tags : hollande, syrie, parlement |  Facebook | | Lien permanent

12/04/2013

La politique réservée aux fonctionnaires ?

 AN.jpgParmi les mesures de "moralisation" annoncées par François Hollande, il en est une qui va achever de couper la France en deux : celle qui interdira aux élus d’exercer un métier. Autant annoncer clairement que le Parlement sera réservé aux fonctionnaires, lesquels sont déjà les seuls à retrouver leur job en cas de non réélection et voient même progresser leur ancienneté pendant leur mandat ! Ou alors, soyons logique, il faut que tout fonctionnaire démissionne, comme en Angleterre, quand il annonce sa candidature à une élection. Chance de réussite, en France, d’un tel projet : 0 %.

07/02/2013

Questions de bon sens

 richard III.jpgLes Français passent leur temps à s’envoyer des certitudes à la figure. Ils feraient mieux de se poser les bonnes questions, celles auxquelles personne ne répond. Ainsi, pourquoi faut-il absolument, au XXIème siècle, que les députés siègent des dimanches entiers, et parfois toute la nuit, à l’Assemblée ? A quoi sert une chaîne parlementaire qui coûte très cher au contribuable et qui ne retransmet pas les débats du soir à l’Assemblée nationale ? Le ministre Cahuzac avait-il, oui ou non, un compte en Suisse ? Et puis, parmi d’autres, celle-ci, qui me taraude : on a retrouvé le corps de Richard III dans un parking, bon, mais que faisait le roi d’Angleterre dans un parking ?

19/01/2013

Hollande : la réponse est non

 

mariage-pas-gay.jpgUne semaine après la plus grande manif populaire du dernier quart de siècle, comment a réagi le pouvoir ? Le retrait du projet de loi, façon Mitterrand ? C’est non : Hollande et Ayrault ont déjà trop reculé sur leurs promesses électorales. Le référendum ? C’est non : Hollande a trop peur de le perdre. Des états généraux sur la famille ? C’est non : un vrai débat public ferait le jeu des adversaires du projet. Restait la solution "centriste", prônée par beaucoup de gens, de Giscard à Ruquier : l’égalité des droits sans remise en cause des fondements du mariage. La commission des lois a tranché : c’est non. Et là, évidemment, on se pose des questions…

15/01/2013

La "démocratie" est en marche !

AN.jpgTerrifiante, la séance des questions à l’Assemblée nationale ! Après l’unanimité de circonstance à propos de l'Afrique, les députés se sont empoignés comme des chiffonniers à propos du mariage gay : Henri Guaino a exigé un référendum, Christiane Taubira lui a répondu par des insultes, la droite a scandé "Ré-fé-rendum !", bientôt recouverte par les vociférations de la gauche. Le président Bartolone a hurlé : "Je vais suspendre la séance !". Et c’est dans cette ambiance délétère de préau de maternelle que la gauche, sans plus écouter personne, va procéder à son "changement de civilisation" ? C’est un cauchemar ! 

30/12/2011

De quoi je me mêle

echarpe.jpgLa crise ? Quelle crise ? Cette semaine, une majorité de députés UMP et PS ont voté une proposition de loi prévoyant de punir d’emprisonnement tout citoyen qui contesterait certains génocides de l’histoire. Par ailleurs, après que les sénateurs PS aient débattu sur le droit de vote des étrangers aux municipales, leurs collègues députés ont déposé une proposition de loi visant à changer la mention du sexe dans l'état civil sans plus passer par la chirurgie pour que soit reconnue l'identité de genre. Etonnez-vous que, selon La Croix d’hier, 72 % des gens trouvent le débat politique "assez" ou "très éloigné" de leurs préoccupations quotidiennes !

14/12/2011

Une étrange embrouille

syndicats.jpgQu’est-ce que c’est que cette embrouille géante ? Pourquoi les citoyens français sont-ils brutalement privés du droit de connaître les conclusions d’un rapport parlementaire sur le financement des syndicats ? Parce que certains membres de la commission d’enquête, affolés par le contenu du rapport, ont sciemment torpillé le rapport le jour de sa conclusion ? Quels intérêts, quels comités, quels réseaux étaient donc mis en cause, au point qu’on considère le bon peuple comme trop immature pour le lire, le critiquer, le discuter ? Et les médias qui se gaussent de la Russie de Poutine !


12/06/2011

Le doigt d'honneur d'Emmanuelli

emmanuelli.jpgLe doigt d’honneur du député Henri Emmanuelli n’est pas l’événement de la semaine, mais il est significatif de la dégradation de nos moeurs parlementaires. Regardez sur LCP, l'après-midi, les débats transmis en direct depuis l’Assemblée Nationale. Ces élus qui vocifèrent comme des gamins dans une cour de maternelle, qui hurlent, insultent et injurient, couvrant systématiquement la voix de l’orateur, n’écoutant rien des réponses formelles apportées par des ministres à des questions convenues, uniquement destinées à être rapportées par la presse de la circonscription du demandeur ! Un spectacle affligeant dont le doigt d’Emmanuelli, hélas, est un bon résumé.


10/04/2009

Le PS est facétieux

Les députés socialistes ont réussi leur gag. C’est bon de rire un peu. Hop ! ils ont surgi de derrière un rideau (ou de derrière un "pylône", cela dépend des journalistes) et ont voté, in extremis, contre le projet de loi sur la répression du piratage des films et des disques sur internet. Eclat de rire chez les internautes, à qui les députés PS ont offert quelques semaines de piratage gratuit. Mais, curieusement, pas chez les artistes, compositeurs et créateurs, choqués par l'humour ultralibéral du PS. Pas davantage chez les citoyens de base, qui apprennent que 541 députés sur 577 étaient absents pour ce vote, ayant pris, sans doute, de grandes vacances de Pâques. Pour nourrir l’antiparlementarisme en période de crise, il faut avouer que le PS est champion !

21/01/2009

Agitation parlementaire

L’agitation parlementaire fait les délices des médias depuis deux jours : effets de manche, Marseillaise tonitruée, cris indignés, bras levés, c’est grandiose, c’est 1789 ! Le problème, c’est que nous sommes en 2009, que les Français ne comprennent rien à ces postures picrocholines, et qu’il y a des problèmes plus graves à régler en France que de savoir comment on peut interrompre en séance publique un député qui propose un amendement débile sans attenter à sa liberté d’expression ! Il n’y a que les parlementaires qui pensent que tout cela est important. Sans doute parce qu’ils vivent sur une autre planète où l’on ignore les problèmes de salaires et de retraites qui agitent le bas peuple…

15/10/2008

A gauche ou... ailleurs ?

Il ne fait pas bon être socialiste par les temps qui courent. Sur les trois sujets majeurs du moment - la présence militaire française en Afghanistan, le revenu de solidarité active (RSA) et la gestion de la crise financière - les parlementaires socialistes n’ont pas voté ou se sont abstenus. Absents, ailleurs, hors jeu, out ! Ni oui, ni non. On ne sait pas. On va voir. Ces gens-là vivent sur une autre planète, à une autre époque. La seule position précise de François Hollande, hier soir, sur Canal +, ce fut la dénonciation de "l’inertie de Sarkozy". Même le plus borné des socialos éclate de rire en entendant Hollande traiter Sarkozy d' "inerte" ! Autre phrase solennelle, pas triste non plus : "Quand on est socialiste, ce qui compte, c’est le contenu". Ben oui. Justement. C'est bien le problème.