Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/01/2018

Un sondage vertigineux

lacroix.jpgVertigineux, le sondage de "La Croix" d'hier sur la bioéthique ! Il traduit un basculement spectaculaire de l’opinion, c’est-à-dire de la société, dans le sens de l’individualisme et du libéralisme à l’anglo-saxonne contre lesquels, depuis la fin du communisme, seul le christianisme tentait encore d’opposer un semblant d'éthique collective – en faisant passer le droit de l'enfant avant le droit à l'enfant, en privilégiant la lutte contre les pathologies à la médecine de confort, en mettant en garde contre la marchandisation du corps de la femme (et pas seulement de la femme), en pointant les risques que l’euthanasie fait courir aux personnes très âgées, etc. Vertigineux, vous dis-je…

07:56 Publié dans Blog | Commentaires (2) | Tags : bioéthique, pma, gpa, la croix |  Facebook | | Lien permanent

24/02/2012

Hollande et la bioéthique

Holl.jpgPourquoi François Hollande nous bassine-t-il soudain avec le mariage homosexuel, l’adoption homoparentale, la libéralisation de l’euthanasie, l’utilisation dans la recherche des cellules souches embryonnaires, etc ? Pour satisfaire ses électeurs laïcs et ses soutiens franc-maçons ? Ou bien, à nouveau, pour éviter d’aborder les vrais problèmes que sont la dette, le commerce extérieur, l’euro ? Ces délicats sujets "sociétaux" sont d’autant plus mal venus dans les polémiques électorales, terriblement réductrices, qu’ils ne sont pas de la compétence d’un président de la République, mais du Parlement – et heureusement !

17/02/2011

Le bébé qui fait pschitt

bébé.jpgLe "bébé médicament" a fait pschitt. Le 26 janvier, on annonçait à grand bruit la naissance d’un enfant issu d’un embryon génétiquement sélectionné et destiné à soigner son frère victime d’une grave maladie. Pour la science, c’était une réussite prodigieuse. Pour la famille du bébé, c’était un conte de fée. Et puis, plus rien. Le silence. Alors que tous les experts devraient phosphorer, discuter, évaluer les conséquences de cette instrumentalisation du bébé. Les bonnes et les mauvaises. Ainsi, dans le cas où l’opération de son frère échouerait, le "bébé médicament" va-t-il culpabiliser toute sa vie d’avoir été inefficace ? Ou va-t-on le jeter avec l’emballage, le tube et la notice ?