Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/01/2018

Un sondage vertigineux

lacroix.jpgVertigineux, le sondage de "La Croix" d'hier sur la bioéthique ! Il traduit un basculement spectaculaire de l’opinion, c’est-à-dire de la société, dans le sens de l’individualisme et du libéralisme à l’anglo-saxonne contre lesquels, depuis la fin du communisme, seul le christianisme tentait encore d’opposer un semblant d'éthique collective – en faisant passer le droit de l'enfant avant le droit à l'enfant, en privilégiant la lutte contre les pathologies à la médecine de confort, en mettant en garde contre la marchandisation du corps de la femme (et pas seulement de la femme), en pointant les risques que l’euthanasie fait courir aux personnes très âgées, etc. Vertigineux, vous dis-je…

07:56 Publié dans Blog | Commentaires (2) | Tags : bioéthique, pma, gpa, la croix |  Facebook | | Lien permanent

Commentaires

Sondage préparé pour nous préparer à la PMA qui ouvrira droit ensuite à la GPA.

Poursuite de la perte des repères. Société qui se déshumanise. Ceux qui viendront en seront un jour les esclaves, c'est bien malheureux.

Le sens de la vie est ailleurs. Société du divertissement. Pourtant l'homme se trouve un jour ou l'autre face à lui. Là, nous sommes dans une fuite en avant. Trouver dans l'artifice le moyen de vivre?!

Écrit par : DE VOS Alain | 04/01/2018

La manière dont les questions sont posées a sans doute aussi joué un rôle. Poser la question du point de vue des victimes du libéralisme sociétal donne des résultats tout à fait différents. Y compris pour l'adoption d'enfants dont on construit la privation de père, de mère et de connaissance de leurs origines.
Cela pose la question du retour de bâton quand ces victimes oseront demander des comptes.
Cela pose aussi la question de la responsabilité de la presse modérée et mondaine comme La Croix qui n'a pas voulu porter la voix du droit et de la justice pour les écrasés de notre temps. Cette presse n'a pas voulu aller contre l'esprit du monde et elle a abandonné les victimes d'aujourd'hui comme certains catholiques avaient abandonné les ouvriers au temps du libéralisme du XIXe siècle. Elle n'oublient pas.

Écrit par : Philippe Edmond | 04/01/2018

Les commentaires sont fermés.