Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/12/2015

Réforme territoriale : un franc succès !

valls-hollande.jpgLe score du FN, dimanche soir, tient aussi, en partie, à l’incroyable salmigondis institutionnel où nous ont conduits les initiatives brouillonnes de François Hollande et Manuel Valls : abandon du conseiller territorial, suppression du département, division par deux et mixité des cantons, chamboulement des intercommunalités, rétablissement du département avec changement de nom, passage en force de 22 à 13 régions, le tout sans jamais consulter la population ! Résultat : une confusion inédite dans l'histoire de la République. Le citoyen lambda s’est vite désintéressé de tous ces tripatouillages obscurs et souvent coûteux. Il a pensé qu’on se fichait de lui. A juste titre.

05/03/2015

Le département, c'est maintenant !

cg21.JPGLa campagne départementale est lancée, sur des bases dont chacun mesure aujourd'hui l’absurdité. En Côte d’Or, par exemple, la réduction des cantons ruraux a abouti à… une augmentation du nombre des élus ! Fortiche, non ? Or, 3 conseillers de plus pendant six ans, cela va coûter 758 000 euros au contribuable. Pis : comme il s’agit cette année d’élire un conseil "départemental" et non plus "général", ce changement de nom va entraîner 1,3 million d’euros de frais (marquage des voitures, signalétique des bâtiments, fournitures de bureau, arrêts de bus, etc). Au total, cette réforme aussi idiote qu’inutile va coûter, en Côte d'Or, plus de 2 millions d’euros ! On marche vraiment sur la tête.

28/11/2014

Des cantonales ubuesques !

Cantonales.jpgPauvre démocratie française ! Plus personne ne sait ce que vont devenir les départements, ni quelles seront leurs compétences. Or, en mars 2015, on va procéder à des élections cantonales rebaptisées "départementales" selon un redécoupage absurde et un mode de scrutin complètement idiot : des tickets homme-femme sur des cantons doublés ! Sur le terrain, en milieu rural, dans d’innombrables cas, on voit tel sortant chercher désespérément une femme dans l’ex-canton voisin qui a doublé le sien… et dont le sortant, lui, cherche frénétiquement une femme dans l’autre moitié de sa nouvelle circonscription. C’est une farce !

12/05/2014

L'Etat, c'est lui !

etats-generaux.jpg"Le Conseil général a vécu", a dit Hollande. Si l’on comprend bien, le président entend supprimer fissa les élus départementaux, mais pas les départements en tant que circonscriptions territoriales (pour éviter l'écueil d'un référendum perdu d’avance). Mesure-t-on l’incroyable bond en arrière que cela signifie ? Seuls les préfets et leurs services, c’est-à-dire l’Etat central, gouverneront demain la France profonde, sans contrôle démocratique local ! C’est le retour à Louis XIV ! J’ai une idée : on pourrait peut-être gagner du temps, par rapport à 1789, en convoquant sans tarder des Etats généraux à Versailles ?

 

11/04/2014

Encore un big-bang territorial !

regions_francaises.jpgManuel Valls, ancien maire d’Evry, sait-il comment fonctionne la vie politique en province ? Qu’il veuille diminuer (lui aussi) le nombre des régions, parfait ! Mais d'ici 2017, il se fourre le doigt dans l'oeil. Surtout s’il entend, dans le même temps, remettre à plat (lui aussi) la carte des intercommunalités, supprimer (lui aussi) la fameuse clause de compétence générale et, carrément, hop, allez, supprimer le département ! Il ne se rend pas bien compte, à l’évidence, des résistances qu’il va rencontrer sur le terrain d’ici 2017… date à laquelle il aura quitté la tête du gouvernement !

13:14 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : régions, valls, département |  Facebook | | Lien permanent

23/02/2009

La réforme impossible

La bombe à retardement va bientôt exploser. Le comité Balladur, chargé de préparer la réforme des collectivités territoriales, va rendre son rapport. Or ce document va faire la preuve spectaculaire que les éléments les plus conservateurs de notre vieille société sclérosée de partout, ce sont ses élus ! Je les entends déjà : "On ne touche pas à la commune, c’est sacré !", "Ne touchez pas au département, c’est le pilier de nos institutions !", "Toucher aux régions, ce serait déclarer la guerre à la gauche qui les préside presque toutes !", "Ne touchez pas à la région parisienne, vous risquez d’en faire une usine à gaz !" Attendez-vous aussi à l’argument massue : "On ne touche à rien, ce n’est pas le moment, il vaut mieux se concentrer sur la crise économique, reportons à plus tard !" On parie ?

23/10/2008

Se feront-ils hara-kiri ?

Personne ne comprend plus rien à la future réforme des collectivités locales – ce qui est, soit dit en passant, une raison de plus de la mener à bien. Pour suivre les interminables bagarres byzantines qui opposent les Sarkozy, Balladur, Copé, Larcher, Marleix, Pélissard et consort, il faut avoir en tête une constante, un axiome : aucun élu local ne voudra jamais supprimer ni le poste qu’il détient, ni celui qu’il guigne. Ce postulat permet, par exemple, de ne se faire aucune illusion sur le projet de suppression du département, très à la mode en ce moment, mais totalement verrouillé par le Sénat, peuplé à 95 % d’élus… départementaux ! Qui contraindra un homme politique, de gauche ou de droite, à se faire hara-kiri ?

11/01/2008

Supprimons les petites communes !

La commission Attali propose de supprimer les départements. C’est ne rien connaître aux réalités locales : d’abord, il est exclu de fermer cet énorme guichet de redistribution sociale qu’est devenu le département ; ensuite, les sénateurs ne voteront jamais la mort des départements puisqu’ils en sont l’émanation ! Fin du coup. Il serait tellement plus simple de supprimer les 25.000 communes de moins de 700 habitants, qui coûtent cher et qui n’ont plus aucune compétence ! On continuerait à élire au niveau "municipal" les délégués aux conseils des communautés de communes (le maire actuel et son premier adjoint), qui sont le vrai échelon de la décision locale. Les communautés de communes remplaceraient tranquillement les cantons, et hop ! Simple et pas cher ! Mais combien d'élus, sur les 400.000 qui peuplent les conseils municipaux, oseront approuver une telle révolution ?