Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2016

Pitié pour les facteurs !

plaque-de-rue.jpgCe qui est rigolo, dans les regroupements de communes qui se multiplient dans tout la France, c’est le casse-tête qu’ils provoquent dans les noms de rues desdites communes. Je m’explique : quand une "commune nouvelle" regroupe, par hypothèse, douze petites communes, tout laisse à penser qu’il y aura douze "Place de l’Eglise", douze "Grand Rue" ou, au bord de la mer, douze "Route de la Plage". Bonjour le micmac pour la Poste ! Et pour les GPS ! A chaque fois, il va falloir changer les plaques, inventer de nouveaux noms… et vérifier que les douze communes ne rebaptisent pas leur "Place de l’Eglise" en "Place du Marché" ou en... "Place de l'Ancienne mairie" !

10:49 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : communes, adresse, poste, rues |  Facebook | | Lien permanent

25/03/2014

Petites communes : le grand tabou

municipales-2014.jpgVos journaux n’en parlent jamais. Dans la France rurale, en période de crise, il y a des centaines de maires de petites communes (moins de 500 habitants) qui ont pour seule motivation les 646,25 euros mensuels que rapporte le job, et qui se moquent totalement du reste. Chacun d’entre eux, au moment de son élection, sait qu’il va gagner au minimum 46.500 euros pendant son mandat. Au bout de trois mandats peinards, le gars aura gagné 140.000 euros, ce qui fait tourner la tête à plus d’un. (Total du coût des indemnités touchées chaque année par les élus locaux : 1,2 milliard d’euros !) Etonnez-vous que le scrutin, parfois, tourne à la castagne... 

16/03/2008

Vive l'intercommunalité !

04752e5fdad8caa79bc2d7d262ed46fb.jpgTesté au "Forum" du Salon du livre, ce matin, lors d'un débat sur le pouvoir des communes, l'idée de transférer aux communautés de communes le statut de collectivité territoriale qui fait des 27 000 communes de moins de 700 habitants d'inutiles et encombrantes structures sans budgets ni pouvoirs, virtuellement égales à Marseille, Toulouse ou Paris. Il ne s'agit pas de supprimer les villages, mais, au contraire, d'en conforter l'existence en renforçant le pouvoir de résistance de l'intercommunalité en milieu rural. Curieusement, les participants au débat étaient plutôt d'accord avec cette proprosition, pourtant peu populaire. C'est bon signe. La démagogie recule.

11/01/2008

Supprimons les petites communes !

La commission Attali propose de supprimer les départements. C’est ne rien connaître aux réalités locales : d’abord, il est exclu de fermer cet énorme guichet de redistribution sociale qu’est devenu le département ; ensuite, les sénateurs ne voteront jamais la mort des départements puisqu’ils en sont l’émanation ! Fin du coup. Il serait tellement plus simple de supprimer les 25.000 communes de moins de 700 habitants, qui coûtent cher et qui n’ont plus aucune compétence ! On continuerait à élire au niveau "municipal" les délégués aux conseils des communautés de communes (le maire actuel et son premier adjoint), qui sont le vrai échelon de la décision locale. Les communautés de communes remplaceraient tranquillement les cantons, et hop ! Simple et pas cher ! Mais combien d'élus, sur les 400.000 qui peuplent les conseils municipaux, oseront approuver une telle révolution ?