Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/05/2016

Quand c'est la faute à personne...

San_Sebastian.jpgLu dans La Croix de mardi un reportage sur San Sebastian, cette riante cité derrière la frontière franco-espagnole qui a été bombardée en cette année 2016 "capitale européenne de la culture" comme le furent récemment (et avec succès) les villes de Lille en 2004 et Marseille en 2012. Le constat du journaliste est simple : le programme est confus, les manifestations n’intéressent personne, c'est un fiasco. La raison est assez claire : quand les élus locaux sont nuls, quand personne ne se relève les manches, quand on se contente de discourir et quand c’est toujours la faute des autres... eh bien voilà, y a pas de miracle, on se plante ! J’en connais, chez nous, qui devraient y réfléchir…

24/03/2016

Région : une actualité désolante

elections-regionales.jpgEncore une page complète, dans l’Yonne Républicaine d’hier, consacrée à l’augmentation des indemnités des élus de la nouvelle région Bourgogne-Franche-Comté. Une pétition lancée en janvier par une habitante de Saône-et-Loire pour protester contre cette mesure a déjà recueilli près de 23.000 signatures. Mais les apparatchiks socialistes qui gouvernent la région ne veulent rien entendre : les 67 conseillers de base (qui n’ont, en effet, pas plus de travail qu’avant) toucheront bien 2.280 euros par mois au lieu de 1.900 auparavant, point barre, circulez, y a rien à voir ! Pas sûr que ces élus aient bien compris le message des électeurs aux dernières régionales…

24/01/2016

Rien appris, rien compris ?

Lsession-conseil-regional.jpga première décision du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, jeudi, a été d’augmenter sensiblement les indemnités des élus : 2.280 euros pour un conseiller de base, au lieu de 1.900 avant la fusion des deux régions (cf mon blog du 4 avril 2015). Emotion dans les médias locaux ! Certes, cette hausse est légale, la nouvelle région étant plus grande. Mais chacun sait qu’une bonne moitié des conseillers de base ne travaillera pas plus qu’avant ! Or, demandez aux centaines d’habitants de mon chef-lieu qui vivent du RSA : qu’on puisse toucher 2.280 euros pour assister à une ou deux réunions par mois, cela ne passe plus du tout ! Ils n’ont pas compris cela, les élus "locaux" ?

 

06/08/2015

Régions : des présidents à gogo !

 présidents.jpgOn voit mieux les choses quand on est sur le terrain. Si le politologue Dominique Reynié n’était pas parti en région Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées mettre en pratique ses cours de Sciences Po, aurait-il décelé cet extravagant accord passé entre le PS et le PRG qui vise à créer pour ce dernier, à la tête de chaque région, une nouvelle fonction de "président délégué" (avec indemnité, secrétariat, cabinet, chauffeur et tout le toutim) en plus du "président" et des innombrables postes de "premiers vice-présidents", "vice-présidents" et autres "présidents de commission" qui plombent déjà les nouveaux conseils régionaux ? Qui informera Hollande et le PS qu’on n’est plus sous la IIIè République ?

 

22/07/2015

Des éoliennes qui rapportent

eolienne.jpgChacun d’entre vous se rappelle, bien évidemment, mon blog du 15 octobre 2013. J’y j’annonçais une longue suite de procès intentés aux élus locaux qui votent en faveur de l’implantation d’éoliennes sur le territoire de leur commune... comme par hasard dans le champ de leur frère ou de leur cousin. Eh bien ! La première condamnation pour prise illégale d’intérêts vient de frapper un conseiller municipal d’une petite commune normande de 215 habitants : 15.000 euros d’amende + 5.900 euros de frais pour une éolienne même pas encore installée sur un terrain appartenant à ses parents ! M'est avis qu'il va y en avoir d'autres...

26/06/2015

Une délibération... capitale !

Dijon-Besançon.jpgDans la grande bagarre qui agite les régions Bourgogne et Franche-Comté avant leurs élections communes de décembre, il est des nouvelles rafraichissantes. Tenez, par exemple, le Conseil économique social et environnemental (Ceser) de Bourgogne – vous savez, cette institution régionale totalement inutile que Gaston Defferre n’a pas osé supprimer en 1981 de peur de priver les syndicats locaux d’un placard doré pour recaser leurs caciques – a rendu un avis solennel sur le choix de la future capitale de la région Bourgogne-Franche Comté. Tenez-vous bien, il a préconisé Dijon ! Si ! J’en entends qui rigolent, ce n’est pas très gentil…

04/04/2015

Ces petits privilèges qui agacent

élu-écharpe.jpgOn ne voit pas, de Paris, à quel point la République des élus, des réseaux et des notables défend ses petits privilèges contre tous les aléas électoraux, et en dépit des difficultés économiques ! Petit exemple : les élus de ma région, la Bourgogne, touchent actuellement 1.900 € d’indemnité mensuelle, car la population bourguignonne est inférieure à 2 millions d’habitants. Miracle : la fusion avec la Franche-Comté faisant sauter ce seuil, les mêmes élus, dont le nombre ne diminuera pas dans la nouvelle région, toucheront 2.280 € par mois ! Pareil pour les élus de Franche-Comté, hop ! C'est anecdotique, bien sûr. Mais ça agace l'électeur...

17/02/2015

De quoi se remonter le moral

Trichey.jpgDans une actualité sinistre, la presse régionale donne des raisons de ne pas sombrer dans la déprime. Ainsi l’Yonne Républicaine rapporte que la salle des fêtes de Trichey, un village de 39 habitants situé dans le Tonnerrois, a désormais des toilettes aux normes. Fini, la cabane à l’extérieur, avec un seau en guise de chasse d’eau ! Deux sénateurs et quelques candidats aux départementales entouraient les élus locaux, samedi, pour l’inauguration de cet équipement public qui a coûté 53.660 euros et qui n’aurait pu être réalisé sans… la fameuse "réserve parlementaire" du Sénat ! Vous voyez bien qu’en politique, il faut se garder des jugements trop hâtifs.

13:02 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : yonne, sénat, élus locaux |  Facebook | | Lien permanent

14/02/2015

Réduire les dépenses... des autres !

maire.jpg"Il faut réduire les dépenses !" clame la classe politique à l'unisson, gauche et droite confondues. Mais qui a lancé une réforme des élections cantonales sans supprimer un seul siège départemental ? Qui promeut une fusion des régions sans réduire d’un seul siège le nombre de leurs élus ? Qui s’est bien gardé de profiter de cette réforme pour supprimer enfin les très inutiles Conseils économiques et sociaux régionaux ? Qui empêche de fusionner les deux chaînes de TV dites parlementaires ? Qui se refuse énergiquement à supprimer l’indécente et injuste "réserve parlementaire" ? On pourrait allonger la liste, mais on finirait par s’énerver...

08/07/2014

Un peu lents, les juges ! (4)

eolienne.jpgFaudra-t-il bientôt abattre la moitié des éoliennes qui mitent nos paysages ? Le Service central de prévention de la corruption (SCPC), qui dépend du Garde des Sceaux, vient d’informer tous les parquets de France que des "dérives graves" se multipliaient dans nos campagnes : pour mieux convaincre les élus locaux, en effet, les fabricants d’éoliennes garantissent de substantiels revenus aux propriétaires des sols loués pour leurs engins, qui sont souvent… les élus eux-mêmes, surtout quand ils sont agriculteurs. Prise illégale d’intérêt, cela va chercher dans les 5 ans ! Quand les juges se mettront au travail, cela va faire du schprountz !

15/10/2013

Eoliennes : le vent du scandale

 eoliennes.jpgLe vent du scandale pourrait bien pimenter prochainement la lutte inégale que se livrent les défenseurs des paysages, avec leurs petits bras, et quelques entreprises capitalistes, en général allemandes, qui ne reculent devant rien pour implanter partout leurs éoliennes, avec le soutien actif de certains élus locaux. Or, parmi ceux-ci, comme par hasard, on trouve beaucoup de propriétaires de terrains qui, à titre personnel, louent ceux-ci… aux opérateurs d’éoliennes, moyennant de jolis pécules ! De telles prises illégales d’intérêt, dans la France profonde, il y en aurait des dizaines, voire davantage. On en reparle d'ici les municipales ? 

28/01/2013

Puisaye : les Gaulois sont incorrigibles

 Ch StFargeau XL.jpgEn deux décennies, le député de l’Yonne Jean-Pierre Soisson avait réussi à fédérer le pays de Puisaye, dans le nord de la Bourgogne, autour de ce qui vaudra à ce petit territoire sans ressources de devenir, dans dix ou vingt ans, un petit Lubéron verdoyant et préservé à 1h20 de Paris : Saint-Fargeau, Guédelon, Colette, Larousse, les potiers, etc. Las ! Soisson à peine parti en retraite, les élus du coin se sont dépêchés de détricoter cet ensemble à la cohérence touristique incontestable, pour s’entredéchirer entre fiefs minuscules, roitelets impuissants, intérêts rivaux et jalousies féroces. Décidément, les Gaulois sont incorrigibles !

 

18/01/2013

Cumul : l'exemple de Gorbatchev

 gorby.JPGL’affaire du cumul des mandats me rappelle l’époque où j’étais kremlinologue. Quand Gorbatchev a voulu débloquer le système soviétique, il avait voulu, lui aussi, empêcher les élus locaux de monopoliser le pouvoir : "S’il est un moyen d’empêcher les "petits chefs" de s’incruster à leur poste et d’exercer à vie un pouvoir discrétionnaire, c’est bien l’obligation qui leur serait faite à tous de quitter la place, quoi qu’il arrive, au bout de six ou huit ans". (Le Monde, février 1987). On sait comment cela s’est terminé : les apparatchiks, furibards, se sont retournés contre lui ! On va voir si la France d’aujourd’hui ressemble à l’URSS d’antan…

16/10/2012

Cumul : Hollande impuissant

 Holl-Ayr.jpgUn président sans autorité ? La triste farce du non-cumul des mandats en est devenue le symbole aveuglant, emblématique ! Les parlementaires "cumulards" ont déjà enfreint la règle décrétée par le PS en 2010, méprisé le vote massif des militants socialistes en 2011, violé leur propre engagement aux sénatoriales de 2011 et aux législatives de 2012, ils ont superbement ignoré l’échéance qui les obligeait le 1er octobre, ils viennent de gagner encore un an en repoussant toute réforme en 2013 : pourquoi voudriez-vous qu’ils cèdent à Hollande avant les campagnes locales de 2014 et 2015 ? Allez, on verra tout cela en 2017 !

 

07/10/2012

L'immobilisme, c'est maintenant !

 décentralisation.jpgJ’ai suivi d’une oreille inquiète, cette semaine, les "états généraux de la démocratie territoriale". Je connais un peu le sujet. Or, je n’ai pas entendu la moindre idée neuve, originale ou ambitieuse : ni sur les structures, ni sur les compétences, ni sur les ressources, ni sur les personnes. On papote. On dilue. On diffère. On enterre. Après avoir torpillé la réforme des conseillers territoriaux parce qu’elle était signée Sarkozy, la gauche au pouvoir a un objectif clair : surtout, ne toucher à rien ! Les 550.000 élus locaux et les innombrables fonctionnaires qui leur sont attachés peuvent dormir tranquille : l’immobilisme, c’est maintenant !

26/07/2012

On ne touche pas aux élus locaux

 élu-local.jpgOn parie que la "commission Jospin" n'abordera pas ce sujet ? Le PS ayant annulé d’un trait de plume la réforme qui devait diminuer sensiblement le nombre d’élus territoriaux, les prochaines élections locales ressembleront, hélas, aux précédentes. Sauf que la crise financière prive désormais les élus municipaux, départementaux et régionaux de leur principale raison d‘être : dépenser l’argent des autres. Car de l’argent, il n’y en a plus ! Il faut craindre que le recrutement des élus locaux, du coup, soit de moins en moins dynamique (des fonctionnaires, des retraités, mais aucun entrepreneur, aucun commerçant, aucun créateur), ce qui n’augure rien de bon, justement, pour la gestion de la crise économique dans les collectivités territoriales !

 

06/07/2012

Hollande ne commande plus rien

 baylet.jpg"Hollande peut aller se faire f… !" Le sénateur Baylet ne l’a pas dit comme ça, mais c’était tout juste : sa promesse électorale sur le non cumul des mandats, François Hollande peut en faire des papillotes ! Les sénateurs radicaux de gauche voteront contre, donc la loi ne passera pas, et basta. Le groupe socialiste, qui est aussi contre la réforme, n’aura même pas à voter. Les élus locaux, à gauche, ne veulent rien céder de leurs fauteuils et privilèges, le chef de l’Etat est donc prié de la fermer ! Après la parité dans les hautes sphères de l’Etat, la renégociation du traité européen et quelques autres promesses intenables, en voici une autre, socle de la fameuse République "exemplaire", qui vient d’exploser en vol ! Je me trompe, ou cela commence à faire beaucoup ?

03/08/2009

Elus locaux : l'orage menace

Le bras de fer s’annonce tendu. C’est le 16 septembre, paraît-il, que le gouvernement va lancer la réforme des collectivités locales. A la hussarde. C’est-à-dire à la barbe des élus locaux. Croyez-moi, pour que le président de l’Assemblée des Départements de France monte au créneau en plein mois d’août, il faut que la menace soit sérieuse ! On devrait bientôt entendre le Sénat sortir de sa torpeur estivale. Car les élus n’ont aucune envie, mais vraiment aucune, qu’on touche à leurs statuts, à leurs pouvoirs, à leurs habitudes, à leurs privilèges. Aucune envie de devoir réduire leurs compétences floues, leurs discrets trésors de guerre, leurs subventions discrétionnaires, leurs investissements contestables, leurs dépenses inutiles. Plus conservateur qu’un élu local, tu meurs ! La bagarre va être terrible...