Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2017

Aux frais du contribuable...

Mexandeau.jpgIl est furibard, Louis Mexandeau ! Comment ! Lui, l’ancien ministre des PTT de François Mitterrand, il va être obligé, désormais, de payer ses billets de train ? (Demi-tarif, certes, puisqu’à 86 ans il bénéficie d’une carte Senior, mais quand même !) Ben oui, depuis le mois d'octobre, les anciens ministres et parlementaires honoraires, y compris les socialistes, n’ont plus le privilège exorbitant de prendre le train sans payer, et s’ils font mine d’ignorer la loi, ils paient une amende, comme tout le monde ! Je pose une question provocatrice : au nom de quoi, exactement, le citoyen Mexandeau voyageait-il gratuitement, aux frais du contribuable, depuis quatre décennies ?

13:07 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : mexandeau, privilèges, sncf |  Facebook | | Lien permanent

11/02/2017

Politique : tous aux abris !

sniper-2.jpgTous aux abris ! Rien ni personne ne seront plus épargnés dans un débat médiatique cantonné aux privilèges, magouilles et petites compromissions des uns et des autres : le coût de la garde rapprochée de Julie Gayet, l’étrange poste attribué à la femme de Jean-Marc Ayrault en 2012, les 100.000 euros d’indemnités indument perçues par Sapin quand il était maire d’Argenton-sur-Creuse, le salaire exorbitant du coiffeur de Hollande, l’appartement de complaisance de la députée Delphine Batho, les frais de bouche du ministre Macron à Bercy, sans parler de l’emploi apparemment fictif de la fille d’Edwy Plenel à la Mairie de Paris ! Attention, âmes sensibles, ça va tirer dans tous les coins !

12/11/2015

La crise ? Quelle crise ?

Matignon.jpgIl est des sujets qui, apparemment, ne font plus réagir. Tous les ans, le député socialiste de l’Aisne René Dosière publie, en marge de la discussion budgétaire, un bilan des cabinets ministériels. En 2014, il avait pointé une augmentation de 4,7 % des effectifs. Cette année, l’augmentation est de 7,7 % (passant de 450 à 485 personnes). Ces hauts fonctionnaires qui nous gouvernent travaillent dur à gérer la pénurie... sauf en ce qui les concerne. A Matignon, souligne Dosière, la rémunération mensuelle des 49 membres du cabinet de Manuel Valls a encore progressé, atteignant une moyenne de 10.833 euros. La crise, oui, mais pas pour tout le monde…

11/06/2015

La boulette de Valls (suite et fin)

Valls-avion.jpgRépétons-le : la boulette berlinoise de Valls n’est pas un scandale international, mais le révélateur d’une exacerbation de la population française qui, en période de crise, aimerait que ses dirigeants ne dilapident pas l’argent des impôts. Le plus choquant, dans cette histoire, ce sont les contorsions réalisées dans les médias par tous les Cambadélis, Le Guen, Le Roux et autres Bartolone pour justifier l’escapade footballistique du Premier ministre, sans rire, par l‘intérêt supérieur de la nation. Ces affirmations contre l’évidence, ces mensonges officiels et ce mépris pour le populo auront fait davantage de mal à la classe politique que le voyage de Valls !

22/05/2015

Une affaire d'Etat ?

Fleur-P.jpgJe rentre du supermarché de mon chef-lieu et je suis frappé du retentissement de l’affaire Agnès Saal chez les personnes qui, d’ordinaire, se fichent de la politique. Les gens sont scandalisés par ces dirigeants dits "de gauche" qui pensent que la République leur appartient. J’ai de la considération pour Fleur Pellerin, mais cette femme intelligente ne sait-elle pas qu’en période de crise, en France, il est dangereux de défendre les privilèges ? Etait-elle obligée de recaser sa copine aussi vite, et en créant un poste pour elle, en plus, alors que l’opinion attend que l’ex-présidente de l’INA soit jugée pour abus de biens sociaux ? Elle ne va jamais au supermarché, la ministre ?

04/04/2015

Ces petits privilèges qui agacent

élu-écharpe.jpgOn ne voit pas, de Paris, à quel point la République des élus, des réseaux et des notables défend ses petits privilèges contre tous les aléas électoraux, et en dépit des difficultés économiques ! Petit exemple : les élus de ma région, la Bourgogne, touchent actuellement 1.900 € d’indemnité mensuelle, car la population bourguignonne est inférieure à 2 millions d’habitants. Miracle : la fusion avec la Franche-Comté faisant sauter ce seuil, les mêmes élus, dont le nombre ne diminuera pas dans la nouvelle région, toucheront 2.280 € par mois ! Pareil pour les élus de Franche-Comté, hop ! C'est anecdotique, bien sûr. Mais ça agace l'électeur...

29/03/2015

Au PS, on pense à tout

philippe-doucet.jpgLes socialistes pensent à tout. La semaine passée, entre deux portes, le député PS Philippe Doucet a fait voter le doublement de l’indemnité à laquelle ont droit les élus locaux quand ils sont battus aux élections, ainsi que l’ouverture d’un droit à la formation et d’un droit à la validation des acquis sous forme de diplômes. Mieux, le dénommé Doucet a fait voter l’obligation pour une entreprise privée qui aurait employé un élu avant son élection, de le réintégrer après sa défaite, même après des années de mandat ! Et pourquoi pas le droit à un logement, l’exonération de la CSG et la gratuité des transports à vie ? Et ces gens-là s’étonnent de la montée du FN !

08/10/2010

Ah ça ira, ça ira (suite)

GUILLOTINE002.JPGDécidément, nous vivons dans un pays facétieux. Qu’on reproche au ministre des Transports de ne pas payer ses déplacements en avion avec ses sous à lui, voilà qui fait hurler de rire. Dans un pays où les parents, les enfants ou les maîtresses de tout agent de la SNCF, fût-il retraité, bénéficient de la quasi-gratuité du train ! Un pays où les agents d’EDF, même à la retraite, ne paient toujours pas - ou si peu - l’électricité de leur demeure principale ni celle de leur résidence secondaire ! Notre République est un incroyable assemblage de privilèges corporatistes dont les bénéficiaires, qui ne peuvent plus couper la tête de leur roi, et pour cause, se donnent bonne conscience en exigeant celle des ministres. Ah ça ira, ça ira...

16/11/2007

Des privilèges ? Quels privilèges ?

05c6b492b36a212450b18f74875ccba8.jpg"Nous faisons un travail pénible, nous n’avons pas de privilèges" : les syndicalistes cheminots, visiblement, ont du mal à convaincre ! L’explorateur Jean-Louis Etienne s’étonnait hier, sur le plateau de Frédéric Taddéi, que les voitures de 1ère, dans le TGV, soient surtout occupées par des cheminots en mission, en déplacement syndical ou en RTT. Tous les usagers du train le savent bien. Tiens, je vais vous faire un aveu : moi-même, à une époque de ma vie, j’étais l’amant d’une cheminote : eh bien je voyageais gratuitement en 1ère, comme toute sa famille (carte ci-dessus). Et je vous jure que c’était pénible… d’entendre pendant tout le trajet les conversations des cheminots en vadrouille !
On n’écoute pas assez les explorateurs.