Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/08/2021

Une bonne dose... d'obscurantisme !

index.jpgAutre dérive navrante de l’information télévisée (cf mon blog d'hier). Les autorités de santé ont confirmé qu’après huit-neuf mois, le vaccin contre la covid-19 risquait de devenir moins performant et qu’il faudra sans doute faire un "rappel" pour en préserver l’efficacité – comme cela se fait depuis longtemps pour la grippe. Aussitôt, sur toutes les chaines d’info, les reporters interviewent des tas de gens sur les plages et les marchés : "Etes-vous pour ou contre ?" Résultat, au doigt mouillé : environ 80 % sont pour, 20 % sont contre, sachant que 100 % des personnes interrogées n’ont rigoureusement aucune connaissance en médecine...

24/08/2021

Exclusif : la recette du débat télé

arton130442.jpgVoulez-vous la recette du débat télé d’aujourd’hui sur les chaines d’info ? Vous invitez des "consultants" qui pensent que l’honneur de la France est d’accueillir les réfugiés afghans menacés de mort par le régime des talibans (ce qui est évident). Vous en invitez d’autres qui pensent qu’il faut veiller scrupuleusement à n’accueillir, dans ce flot, aucun djihadiste suspect de terrorisme (ce qui est évident). Et au lieu de chercher à concilier ces deux opinions, vous les opposez sans réserve, sans nuance, jusqu’à ce que les uns et les autres s’insultent copieusement pendant une heure. Ajouter un peu de poivre, mélangez bien et servez chaud. 

28/05/2021

Vive le journalisme !

image.jpgHier, sans prévenir, la télévision française a montré le meilleur d’elle-même. Le voyage de Macron au Rwanda faisait peur à tous les rédacteurs en chef. Trop loin, trop vieux, trop compliqué ! Et voilà que réapparaissent un à un, sur les plateaux, les journalistes qui ont couvert, à l’époque, cet événement hors normes : Jean Hatzfeld (photo), Patrick de Saint-Exupéry, Olivier Mazerolle, Vincent Hugeux, Nicolas Poincaré, Pierre Haski, etc. Tous respectueux, didactiques, sobres, mesurés : ni castagne, ni à-peu-près, ni piapias, ni insultes. Des récits terribles, des analyses fines, des commentaires nuancés. Du journalisme, quoi.

08/05/2021

Alerte info !

Dans-une-lettre-a-Emmanuel-Macron-Bernard-Accoyer-denonce-l-entrisme-antinucleaire-dans-les-ministeres.jpg"Alerte Info !" Mon ordi s’agite. Il ne me laisse pas le choix. Qu’est-ce qui s’est passé ? "Alerte info !" L’info, en effet, est de taille : c’est une déclaration faite au Point par Bernard Accoyer. Bernard qui ? Accoyer. Faites l’expérience autour de vous : ce retraité de la politique, qui fut un fort honorable président de l’Assemblée nationale sous le règne de Nicolas Sarkozy, est aujourd’hui un anonyme. Quel est donc ce propos capital sur lequel le Point a décidé de titrer ? "Il faut à LR un sursaut de courage !" Bon sang, ça, coco, c’est de l’info. Tellement fier d'avoir exercé ce métier pendant quarante ans…

23:54 Publié dans Blog | Tags : journalisme, lr, politque, médias | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/03/2021

C'est qui, le pape ? C'est où, l'Irak ?

irak.jpgIl y a encore dix ans, le voyage historique du pape en Irak aurait donné lieu, sur les chaines de télé, à plusieurs directs exceptionnels (à Mossoul, notamment) et à quelques beaux plateaux d’experts (sur C dans l’Air, par exemple). Oui, mais ça, c’était avant : c'était quand les responsables des chaines d’info osaient encore sortir de leur train-train (vaccination, violences urbaines, politique) ; quand les médias n’étaient pas encore tétanisés par ce que Jacques Julliard, dans le Figaro, nomme "la haine du christianisme" ; et, surtout, quand les journalistes de moins de 50 ans savaient encore la différence entre le sunnisme et le chiisme…

02/06/2020

Des journalistes, pour quoi faire ?

fake.jpgMicrosoft vient de virer 80 journalistes qui géraient, pour des millions d’internautes, les portails d’actualité de la société et de ses partenaires. Désormais, ce sont des algorithmes qui sélectionneront gratuitement, pour vous, les infos du jour. Sauf que le cœur du métier de journaliste, c’est la hiérarchisation de l’information – ou plutôt des millions d’informations qui nous tombent dessus, de partout, en permanence. Ce métier difficile et imparfait demande de la patience, de la curiosité, de la culture, de la technique, de la sensibilité, de la fantaisie et du pif. Tout ce que les robots n’ont pas. Utilisateurs de Microsoft, attendez-vous à piquer quelques fous rires…  

14/12/2018

Un sondage révélateur...

sud radio.jpgLu sur le site de Sud Radio : "D'après un sondage Ifop-Fiducial pour Sud Radio et CNews, 51 % des sondés estiment que les Gilets Jaunes doivent poursuivre la mobilisation, contre 37 % qui souhaitent que les actions cessent. Surtout, 87 % des personnes qui se définissent comme Gilets Jaunes se prononcent pour la poursuite de la mobilisation. D'après ce sondage, 19 % de la population se définit comme Gilet Jaune. 51 % ne se sent pas Gilet Jaune mais soutient le mouvement. Et 30 % ne se sens pas Gilet Jaune." Quelqu’un a-t-il compris quoi que ce soit à ce charabia ? Dans un moment aussi grave, les gars, un peu de rigueur serait le bienvenu…

06/09/2018

Journalisme : attention, danger !

journalistes.jpgPour être souvent interviewé par des confrères suisses, canadiens ou polonais, je m’inquiète, par comparaison, de l’incompétence brouillonne et de l’inculture abyssale d’un grand nombre de jeunes journalistes français : questions bâclées, aucune préparation, méconnaissance du sujet, jamais lu un livre, orthographe défectueuse, français approximatif, etc. A qui la faute ? En premier lieu, aux patrons qui les embauchent. Allons ! Engager des gens qui savent écrire ? Former les journalistes à l’investigation ? Leur donner du temps pour enquêter ? Pourquoi pas les payer correctement, aussi, pendant que vous y êtes ?

15/03/2018

Le journalisme n'est pas mort

du-journaliste.jpgIntéressant, le dossier que "La Croix" a consacré hier au journalisme. Surtout à l’heure où les Jean-Luc Mélenchon et autres démagogues officiels crachent leur "haine" (!) sur cette profession aussi imparfaite que difficile. Selon le journal, 92 % des Français jugent que les journalistes sont "utiles", notamment pour distinguer les vraies infos des propos non vérifiés, des fake news, des montages propagandistes, des envolées de tribune ou des disputes de comptoir. Cela ne doit pas empêcher, bien sûr, de critiquer la presse ! Mais que le public fasse de plus en plus la différence entre les vraies infos (vérifiées, sourcées, mises en perspective) et le fatras de la politique et des réseaux sociaux, voilà qui est plutôt rassurant !

12/03/2018

Apprendre à écrire, à quoi bon ?

tintin.jpgLa directrice du Centre de formation des journalistes (CFJ) a décidé qu’il n’y aurait plus d’épreuve écrite au concours d’admissibilité à l’école. Explication : "Chaque année, les meilleurs à l’écrit étaient les moins bons à l’oral !" (sic). Ainsi, dorénavant, pour prétendre à la qualité de journaliste, il ne sera pas utile de savoir écrire. A entendre cette dame, ce serait même déconseillé ! Bon, soyons juste, il restera une épreuve écrite, ensuite, pour être définitivement admis à l’école. Mais quel symbole ! Ne vous étonnez plus de voir autant de fautes d’orthographe dans les bandeaux qui défilent sur les chaînes d’info. Et, hélas, trois fois hélas, autant de papiers mal écrits dans les journaux…

14/02/2018

La folle course au scoop ?

ebdo.jpgDeux jours après le début de l’affaire Hulot, celle-ci s’est déjà transformée en une affaire Ebdo – du nom du journal qui en a fait sa cover. Avis très répandu : c’est un journal tout neuf, il a voulu se faire de la pub à tout prix, sachant que tous les médias allaient suivre comme des moutons, et tant pis si cela brise la carrière d’une personnalité connue ! Un peu court, sans doute. Question complémentaire : en quoi est-ce utile de mettre en Une un dossier ancien, pourri et vide de certitudes, qui n’intéresse que parce qu’il met en présence Nicolas Hulot et la petite-fille de Mitterrand ? Dans le doute, je vais attendre un peu, moi, avant de m’abonner…

00:26 Publié dans Blog | Tags : ebdo, hulot, scoop, presse, journalisme | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

06/11/2017

Le journalisme politique est malade

Calmels.jpgDepuis l'été, je n’écoute plus les émissions politiques, qui m’ennuient prodigieusement. C’est par hasard que je suis tombé hier sur l’émission "Questions politiques" sur France Info, dont l’invitée était Virginie Calmels, l’adjointe d’Alain Juppé qui soutient Laurent Wauquiez dans la course à la présidence du parti LR. Las ! Pendant une heure, les quatre journalistes présents n’ont eu de cesse, d’une seule et même voix, sans relâche, de tenter de lui faire dire quelque chose de négatif sur Wauquiez ! Unanimité dans la détestation, manque total de pluralisme, désintérêt affiché pour les sujets de fond, obsession de la "petite phrase" qui fera le buzz : le journalisme politique est bien malade !

12/09/2017

Ce qu'il a vraiment voulu dire...

macron-faineant.jpgGrandeur et décadence du journalisme politique. Emmanuel Macron, en visite officielle à Athènes, a fait une déclaration à propos de sa volonté de réformer la France : "Je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes". Pendant trois jours, tous les éditorialistes du PAF expliquent doctement ce qu’il a vraiment voulu dire : éléments de langage subversifs, propos à trois bandes, allusion à ses prédécesseurs, grosse erreur de communication ou ruse sémantique suprême, etc, etc. Personne, apparemment, ne se risque à dire que le président Macron, assez clairement, au fond, entend "ne rien céder, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes" !

 

03/09/2017

Le journalisme est un métier

Angot-Moix.jpgDans la grande confusion médiatique où se croisent ex-éditorialistes fascinés par le pouvoir et ex-politiciens à la recherche effrénée d’un public, Laurent Ruquier a prouvé par défaut, hier soir, que le journalisme était, mais oui, un métier. Pour la première fois, aucun de ses deux chroniqueurs n’a de formation journalistique, et cela se voit : On n’est pas couché vire au brouillon infantile, prétentieux et souvent abscons. Qu’on les aime ou non, les Zemmour, Pulvar, Naulleau, Salamé, Polony et autres Burggraf avaient le don de simplifier, expliquer, ordonner les sujets débattus. On les regrette déjà, tant l’émission est devenue incompréhensible.

10:02 Publié dans Blog | Tags : ruquier, journalisme, angot, moix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/06/2017

Conclave et concile, c'est synagogue

fait religieux.jpgImaginez qu'un journaliste, commentant un match de foot, confonde un coup franc et un penalty : il a des chances d'être viré le soir même par son rédacteur en chef ! Imaginez, en revanche, qu’il confonde un concile et un conclave, un sunnite et un chiite, la torah et le talmud : il ne lui arrivera rien, car son rédacteur en chef n'y verra que du feu ! Une enquête de La Croix révèle, ce matin, que les écoles de journalisme, en France, font carrément l’impasse sur le fait religieux, sauf rarissimes exceptions, avec les conséquences désastreuses qu’on constate trop souvent. J’avais traité le sujet naguère dans un livre. A lire La Croix, l’analphabétisme religieux n'a fait qu'empirer, une vraie catastrophe !

24/01/2017

L'ère de la post-vérité

Trump1.jpgL’affirmation du porte-parole de Trump comme quoi il n’y avait jamais eu autant de monde à une investiture présidentielle est le signe que nous entrons, paraît-il, dans l’ère de la "post-vérité". Est-ce bien nouveau ? Vous avez remarqué qu’aucune vérité, fût-elle étayée, vérifiée, incontestable, absolue, n’a jamais fait changer l’opinion de quelqu’un qui ne pense pas comme vous ? A quoi bon la connaissance, puisqu’elle est balayée par l’entêtement, le sectarisme, l’idéologie ? A quoi bon le journalisme, puisque l’information ne pèse rien dans une conviction, et n’influe sur aucun raisonnement ? La nouveauté, c’est qu’on parle tranquillement de "post-vérité", ce match entre les faits avérés et les faits dits "alternatifs" (!) où c’est la barbarie qui gagne à la fin. Brrr.

21/01/2017

Journalisme ou bavardage ?

LCI-Trump.jpgL’investiture de Donald Trump aura été un révélateur pour les chaines de télé : autant on peut constituer un plateau pour commenter les primaires du PS en invitant à peu près n’importe qui, autant un sujet rare ou complexe comme l’arrivée de Trump à la Maison Blanche demande davantage de rigueur : il faut des journalistes qui aient pris le temps de travailler le sujet, et des invités qui le connaissent à fond (comme Anne Toulouse, Laure Mandeville ou Nicole Bacharan). Fastoche ? Que nenni ! On a vu à quelques incidents, vendredi, sur LCI, sur BFM-TV ou sur France Info, que ce n’était pas si simple, et qu’il ne suffisait pas de réunir une poignée d'invités autour d’un animateur pour faire du bon journalisme…

12/01/2017

Le journalisme mène à tout...

laurence-haim.jpg...à condition d'en sortir, disait naguère l'écrivain Jules Janin. Ma consœur Laurence Haïm, ex- correspondante de Canal + et de I-Télé aux USA, devient donc porte-parole d’Emmanuel Macron. Je rigole en entendant s’étrangler d'indignation Jean-Michel Apathie ou Guy Carlier (qui sont devenus des amuseurs publics, à égalité avec Roselyne Bachelot qui a fait le trajet inverse) ou Robert Ménard (qui a oublié qu’il fut journaliste). Faudrait-il condamner tous les Sérillon, Baroin, Lucbert, Baudis, Gerbaud, Cavada, Mamère et tant d’autres ex-confrères qui ont choisi la politique ? Eux, au moins, se sont coltinés à la vraie vie avant de prétendre améliorer celle de leurs concitoyens !

11/12/2016

Les médias en questions

débat.jpgTombé ce soir, sur France 5, sur un débat posant la question de l’indépendance des médias en ces temps agités de primaires de gauche et de droite. Bruce Toussaint, Franz-Olivier Giesbert et les autres m’ont replongé 30 ans en arrière – mêmes problèmes d’actionnaires et de pensée unique, même connivence entre journalistes parisiens de tous bords, mêmes exigences d’égalité de temps de parole entre les candidats aux élections, mêmes arguments brouillons dans un langage d'initiés auquel le grand public ne comprend rien. Le numérique n’a rien changé au fond du problème. Tout juste peut-on dire que les électeurs font encore moins confiance aux journalistes qu’il y a trente ans, ce qui n’est pas peu dire !

07/12/2016

La fin du journalisme politique ?

Alain-Duhamel-et-Olivier-Mazerolle.jpgPour assurer le spectacle permanent qu’est devenue la vie politique, les derniers journalistes spécialisés sont peu à peu remplacés par des commentateurs professionnels dont la verve est plus prisée que la compétence : d'estimables directeurs de journaux, des touche-à-tout audiovisuels, des représentants en sondages, des généralistes plus ou moins bavards, des JRI saute-ruisseau et des champions en banalités. Aucun ne connaît la Constitution de 1958, les discours du général de Gaulle, l’oeuvre de François Furet ou la liste des présidents de la IIIe République, mais quelle importance ? J’ajoute : aucun ne franchit jamais le périphérique, mais faut-il vraiment connaître la France et les Français pour causer dans le poste ?