Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/11/2017

L'ère du vide

plenel-charlie.jpgC’est moi qui fatigue, ou bien ? Je n’arrive pas à m’intéresser aux échanges assassins entre Edwy Plenel et Charlie Hebdo à propos de la complaisance supposée du premier envers Tariq Ramadan et l’islamisme militant. Je trouve profondément insipides les insultes que s’envoient Yann Moix et son collègue Aymeric Caron à propos de la création de l’Etat d’Israël. Je ne trouve pas le moindre intérêt aux scuds échangés entre Laurent Wauquiez et Thierry Solère, aux injures proférées par Jean-Luc Mélenchon à l’égard de la presse, à l’exclusion du PS de Gérard Filoche, etc. Au secours ! Mauriac, Sartre, Camus, Aron, revenez ! Ils sont devenus nuls !

03/09/2017

Le journalisme est un métier

Angot-Moix.jpgDans la grande confusion médiatique où se croisent ex-éditorialistes fascinés par le pouvoir et ex-politiciens à la recherche effrénée d’un public, Laurent Ruquier a prouvé par défaut, hier soir, que le journalisme était, mais oui, un métier. Pour la première fois, aucun de ses deux chroniqueurs n’a de formation journalistique, et cela se voit : On n’est pas couché vire au brouillon infantile, prétentieux et souvent abscons. Qu’on les aime ou non, les Zemmour, Pulvar, Naulleau, Salamé, Polony et autres Burggraf avaient le don de simplifier, expliquer, ordonner les sujets débattus. On les regrette déjà, tant l’émission est devenue incompréhensible.

10:02 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : ruquier, journalisme, angot, moix |  Facebook | | Lien permanent