Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2016

Peut-on rire de tout ?

433581-stromae.jpgEst-ce parce qu’il s’agit de Charlie Hebdo qu’il faut trouver cela rigolo ? La Une du journal, cette semaine, représente le chanteur Stromae écartelé, explosé devant le drapeau belge en chantant "Papa où t’es ?". Désopilant, non, ces membres épars qui répondent "Ici" ou "Là" ? Surtout quand on se rappelle les images extraordinairement émouvantes du concert que Stromae a donné en octobre dernier à Kigali, au Rwanda, où son père a été tué à la machette lors de la guerre entre les Hutus et les Tutsi en 1994. Qu’est-ce qui a pris au dessinateur ? Voulait-il affirmer absolument, façon Charlie, le fameux "droit de rire de tout" ? Franchement, c’est raté.

10/01/2016

Charlie : une troublante ambiguité

johnny.jpgCharlie Hebdo, au regard de l’Histoire, c’était une poignée de radicaux anticléricaux, des anars aussi rigolos que marginaux (le journal, tiré à 60.000 exemplaires, allait disparaître). Qu’ils aient été décimés de façon horrible par d’autres radicaux, encore plus marginaux mais fanatiques et violents, a profondément ému tous ceux qu’ils prenaient pour cible (religion, Etat, showbiz, armée, police), qui les ensevelissent aujourd’hui sous les drapeaux français, les cocoricos, les lois sécuritaires et les légions d’honneur. Aveuglante ambiguïté : croire que l’unité du pays (le fameux "esprit du 11 janvier") puisse se faire autour des idées ultra-minoritaires de Charlie serait une grave erreur !

05/01/2016

Le triomphe de l'inculture

CharlieHeb.jpgJ’entends ici et là, à la radio et sur le net, les réactions à la couv de Charlie Hebdo, et je constate que le taux moyen de bêtises/minute auquel mène l’inculture religieuse, sur ce coup-là, a très vite été pulvérisé. Et comme d’hab, quand on ne connaît rien à rien, c’est l’insulte, l’amalgame et le rejet de l’autre qui triomphent. Sur la représentation du dieu judéo-chrétien et la non-représentation du dieu musulman, sur les causes non religieuses des violences au XXème siècle (guerre 14, communisme, guerre 39, shoah), sur la différence entre le fanatisme des groupuscules radicaux et la paix que proclament sur terre quelque 3,5 milliards de croyants, etc, etc, s’il vous plaît, par pitié, de temps en temps… lisez des livres !

 

04/01/2016

Tu charries, Charlie !

CharlieHebdo.jpgPlutôt mal inspirés, les confrères de Charlie Hebdo ! A voir la Une de leur numéro anniversaire, c’est donc le dieu des chrétiens, tel qu’on le représente depuis toujours, qui a assassiné leurs copains il y a un an ? Si c’est de l’humour, j’ai du mal à le comprendre. Un tel amalgame, intellectuellement tordu, dessert gravement leur cause auprès de tous ceux, croyants ou non, qui étaient "Charlie" l’an dernier, mais qui ont gardé un minimum de bon sens sur ce sujet. Un an après le drame épouvantable qui a décimé cette rédaction, et le jour où le journal reçoit la Légion d’honneur, en rajouter serait déplacé. Mais franchement, tu charries, Charlie !

17/01/2015

Caricatures : neuf ans déjà !

12-caricatures.jpgMédias sans mémoire ! Faut-il rappeler ici que la publication de caricatures de Mahomet par le Jyllands-Posten date de septembre 2005 ? C’est en octobre 2005, bien avant que Charlie Hebdo ne s’intéresse au sujet, que par solidarité avec leur confrère danois, de nombreux journaux européens comme la Frankfurter Allgemeine Zeitung, France soir ou Slobodna Bosna avaient repris les fameux dessins, provoquant un terrible déferlement de violences dans tout le monde musulman (manifs anti-occidentales, ambassades incendiées, un prêtre assassiné, etc). Ceux qui font mine de découvrir le problème au bout de neuf ans sont de fieffés hypocrites ! 

16/01/2015

La liberté est-elle sacrée ?

charlie_hebdo_shoah.jpegAvez-vous vu exploser en vol, ces deux derniers jours, l’idée selon laquelle la liberté d’expression serait totale, voire sacrée ? De Delfeil de Ton (dans l’Obs) à Philippe Geluck (sur Europe 1), du pape François à beaucoup de jeunes profs de banlieue, retour à la réflexion, à la raison, à la nuance ! Oui, on peut rire de tout, librement, mais en évitant de piétiner d’autres valeurs fondamentales comme le respect, la vie, la décence, la paix, l'intimité, etc. Il n'y a pas de liberté absolue. Et s’il y a conflit entre deux principes fondamentaux, on a inventé un truc qui évite la violence : cela s’appelle le droit. On avance...

13/01/2015

Tout est pardonné ?

une-charlie.jpgDans l’incroyable avalanche d’émissions, de débats et d’articles provoqués par le drame du 7 janvier, j'observe qu’un sujet revient en boucle, obstinément, qui ne sera visiblement pas épuisé avant longtemps : était-il absolument nécessaire, pour afficher son attachement à la liberté de presse, de publier des caricatures ridiculisant Mahomet ? On a vu que la presse anglo-saxonne, le gouvernement marocain et des millions de simples croyants n’en étaient pas convaincus, sans être pour autant des ennemis de la liberté ! Débat difficile, brûlant, crucial. A mener, plus que jamais, dans le respect des uns et des autres…

07/01/2015

Solidarité avec Charlie-Hebdo

charb-cabu.jpgLe choc. La stupéfaction. L’horreur. Deux assassins cagoulés surgissent dans une conférence de rédaction et tirent. Et tuent. Douze morts dont Charb, Cabu (que je connaissais et que je considérais comme le plus grand dessinateur humoristique de ces dernières décennies), Wolinski, Tignous… on a le vertige ! Aujourd’hui l’émotion nous submerge tous. C’est le temps de l’indignation (absolue), de la solidarité (sans réserve) et du refus (refus de la peur, refus de la soumission, refus des amalgames). L’émotion retombée, il ne faudra pas oublier le temps de la raison, de la réflexion et des questions qui fâchent. Plus tard.

 

20/09/2012

Une liberté (presque) sacrée !

 Charlie-H.jpgUne telle unanimité m'émeut aux larmes : la liberté d’expression, c’est sacré ! En France, tout le monde peut dire ce qu'il veut - y compris les cons, les menteurs, les malfaisants, les incultes, les provocateurs, les semeurs de haine, les extrémistes, les insulteurs d’imams, les fauteurs de guerre, les pousse-au-crime, les irresponsables de tout poil, etc. On en oublierait presque que chez nous, il est interdit de discuter la Shoah, de stigmatiser les homosexuels, de dire du bien de la colonisation, de contester le génocide arménien, etc, etc. C'est bien Charlie Hebdo, en 2008, qui a viré l'humoriste Siné coupable d'avoir osé dire que le fils Sarko allait épouser une riche juive ?