Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/09/2018

Balavoine a été assassiné !

daniel-balavoine.jpgLu dans le "Bien Public" un article d’un tiers de page avec photo annonçant une "conférence" donnée à Dijon par un gars venu de Roanne (Loire) qui est entré en contact, dans l’au-delà, avec son fils décédé, et qui, au fil de ce dialogue surnaturel, a reçu des informations selon lesquelles le chanteur Daniel Balavoine, mort pendant le Paris-Dakar en 1986, a été, en réalité, assassiné. Chers amis et confrères du "Bien Public", si vraiment vous croyez qu’il s’agit d’une info crédible, pourquoi n’en avoir pas fait, en gros caractères, le titre de la Une du journal ?

06/09/2018

Journalisme : attention, danger !

journalistes.jpgPour être souvent interviewé par des confrères suisses, canadiens ou polonais, je m’inquiète, par comparaison, de l’incompétence brouillonne et de l’inculture abyssale d’un grand nombre de jeunes journalistes français : questions bâclées, aucune préparation, méconnaissance du sujet, jamais lu un livre, orthographe défectueuse, français approximatif, etc. A qui la faute ? En premier lieu, aux patrons qui les embauchent. Allons ! Engager des gens qui savent écrire ? Former les journalistes à l’investigation ? Leur donner du temps pour enquêter ? Pourquoi pas les payer correctement, aussi, pendant que vous y êtes ?

02/06/2018

La liberté d'expression en danger !

fake news.jpgJe vous l’avais bien dit, ici même, que ce n’était pas à l’Etat de dire le vrai du faux. D’après une proposition de loi destinée à lutter contre les fausses informations (fake news) qui sera discutée jeudi 7 juin par les députés, n'importe qui pourra attaquer désormais en justice "toute allégation ou imputation d’un fait dépourvu d’éléments vérifiables de nature à la rendre vraisemblable". Exemple : "Benzema est un enfoiré". Ou : "L’Italie est mal barrée". Ou : "Le prof de math est débile". Ou : "CRS, SS !". Ou : "Allah est grand". Il y a du souci à se faire du côté de la liberté d’expression...

 

24/01/2018

Des infos sur l'info...

kiosque.jpgComme chaque année, le baromètre de "La Croix" sur les médias est plein d’enseignements. En 2018, on y apprend que les Français font définitivement la différence entre les infos qui traînent sur Facebook ou Twitter et celles qui viennent de journalistes professionnels, ce qui est un progrès. On y apprend que 71 % des jeunes de 18 à 24 ans s’informent d’abord sur Internet, ce qui fait peur. On y mesure aussi l’écart entre certaines infos et l’opinion réelle : si 100 % des gens ont suivi le décès et les obsèques de Johnny, par exemple, 37 % d’entre eux (!) n’ont jamais entendu parler des campagnes Balancetonporc ou MeToo contre les violences faites aux femmes…

00:23 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : presse, information, la croix |  Facebook | | Lien permanent

21/12/2017

C'est mineur, le fond !

delahousse.jpgA force de privilégier la forme sur le fond, de ne s’intéresser qu’aux détails, de se repaître de polémiques futiles, les medias ne font plus leur travail. Pendant deux jours, ils ont disséqué, commenté et critiqué la façon dont Laurent Delahousse a interviewé Emmanuel Macron dans les salons de l’Elysée : au final, vous savez ce que le chef de l’Etat a annoncé ce soir-là, vous ? Pendant deux jours, les mêmes médias ont disséqué, commenté et critiqué l’organisation et le coût du voyage officiel du Premier ministre en Nouvelle-Calédonie : au final, vous savez si ce territoire français est plus près de l’indépendance que de la guerre civile, vous ?

03/12/2017

L'info toujours menacée

reporter.jpgParaphrasant le célèbre slogan du Loto, mon vieil ami Jérôme Bonaldi disait naguère : "L’information, c’est pas facile, ça coûte cher et ça ne rapporte rien !" C’est pour cela, sans doute, que la présidente de France Télévision avait envisagé de s’en prendre cette année à deux emblématiques émissions, Envoyé spécial et Complément d’enquête. Elle a reculé. Tant mieux pour l’intelligence, pour la culture, pour la démocratie. Ira-t-elle jusqu’à orienter son couperet vers toutes les émissions minables, les séries débiles, les divertissements niais, les jeux crétins et les plateaux vulgaires qui font l’essentiel de la programmation du service public ? "Service public", tu parles !

29/08/2017

Politique et médias : la confusion s'étend...

Elysée,Sérillon,Roger-Petit,Macron,informationEmmanuel Macron vient de commettre la même erreur que son prédécesseur : nommer un journaliste engagé (Bruno Roger-Petit) comme porte-parole de l'Elysée. On a bien vu avec Claude Sérillon, après l'élection de François Hollande, qu’un polémiste habitué à dézinguer à la fois les hommes politiques de droite et les journalistes qui pensent autrement que lui, n’aura jamais aucun crédit auprès des relais d’opinion (rédacteurs en chef, éditorialistes, polémistes, humoristes, etc). Mais, bon sang, pourquoi ne pas avoir nommé à ce poste politique un… politique ? Déjà que les politiques trustent dorénavant les postes de chroniqueurs dans les médias ! Quelle confusion !

23/08/2017

Retour aux choses sérieuses !

macron.jpgComme chaque année, fin août, les rédacteurs en chef et les principaux animateurs TV rentrent de vacances. D’un coup, c’est comme si l’actualité redevenait importante, dense, incontournable. On se demande même de quoi ont pu parler, pendant ces quelques semaines estivales, leurs remplaçants, doublures et autres jokers ? De choses futiles, forcément : incendies dans le sud, scandale écologique, risques alimentaires, menace de guerre nucléaire, etc. Des broutilles. Heureusement, maintenant que les chefs sont rentrés, fini la rigolade ! On revient à l’essentiel : Macron, Macron, Hollande, Macron, Macron, Wauquiez, Macron, Macron, Macron, Macron !

20/08/2017

Macron et la politique spectacle

Macron,presse,information,communicationEn démocratie, le pouvoir vient du peuple. Pour tout dirigeant élu, la tentation est d’entretenir par tous les moyens la bienveillance du peuple. Pour cela, il y a la communication et tous ses artifices que Macron maîtrise parfaitement : photos dans Match, séquence people à la TV, tweet compassionnel, etc. Le danger est de vouloir maintenir aussi l’information (la vraie, celle qui relate, qui enquête, qui critique, qui instruit) derrière le grand rideau de fumée de la politique spectacle. Maîtriser la com’ et contrôler l’info, ce n’est pas la même chose. La presse est faillible, agaçante, excessive, certes, mais elle empêche le pouvoir de se croire tout-puissant. A bon entendeur…

21/05/2017

Vous pestez contre "les journalistes" ?

journalist.jpgAmis détracteurs des journalistes, avant de hurler avec les loups, laissez-moi vous dire les quatre étapes que franchit (ou non) une information : d’abord, en général, l’info est révélée par les journalistes de l'AFP (anonymes) dans une dépêche ; celle-ci vient nourrir les articles des journalistes de la presse écrite (peu connus) ; elle est reprise alors en images par les journalistes (plus connus) des chaînes de télé ; puis les commentateurs, animateurs, humoristes et pétomanes divers (souvent célèbres) reprennent ces images en les triturant à leur guise. Voilà. Faut-il vous faire un dessin ? Alors, maintenant, avant d’insulter "les journalistes" à l'aveugle, rappelez-vous mon petit schéma…

30/06/2016

Les ravages du "tout gratuit"

catalog-cover-large_png.jpgL’Obs est au bord du gouffre. La presse écrite se meurt. Les journaux ne trouvent pas la formule économique qui les fera survivre à la généralisation du numérique, et ceci pour une raison simple : les nouvelles générations sont systématiquement et durablement habituées par les Google, Apple et autre Orange à surfer systématiquement sur le "tout gratuit", d’un site à l’autre, de clic en clic, un peu au pif. Payer pour l’info, non mais allo, quoi ! Or, l’information, la vraie, celle qui permet de comprendre, de débattre, de réfléchir, de progresser, coûtera toujours beaucoup plus cher à fabriquer que les copiés-collés aguicheurs et les vidéos débiles sur la vie des people. Cqfd.

07/10/2015

Trop d'indignation tue l'information

morano.jpgLa vie politique est devenue folle. Qu’une bourde lâchée devant un humoriste par une élue un peu vulgaire déclenche dix jours d’indignation médiatique et débouche sur un incroyable procès de Moscou dans son propre parti, voilà qui fait peur. Dans mon canton, personne n’a compris quel crime impardonnable a commis cette ex-candidate aux régionales : dans l’hystérie générale, aucun média n’a pris le temps d’expliquer l’historique du mot race, qui est pourtant très intéressante, et pas seulement depuis de Gaulle. Mais voilà : on ne peut pas s’indigner, tempêter, dénoncer, accuser, dresser des bûchers… et faire de l’information. C’est pourtant à cela que servait la presse, il n’y a pas si longtemps !

15/04/2015

Marre de se marrer tout le temps !

ruquier-et-hanouna.jpgMarre de ce rire obligatoire, sur les ondes, qui étouffe l’information. On se moque de tout, sans limites, et on ricane méthodiquement de ce qui fait sens. Ce comique-là a institutionnalisé la désinvolture. Il a sciemment broyé les valeurs et mélangé les repères. Il a décrédibilisé les savants, désacralisé les philosophes, ridiculisé les historiens. Marre de cette dérision systématique imposée par les nouveaux clercs que sont les animateurs, présentateurs, publicitaires, humoristes et autres vendeurs de rien. Faut-il s’étonner que cette idéologie du vide forme des individus sans foi ni loi, incapables de s’entendre sur ce "vivre ensemble" qu’on appelait naguère la morale ? La morale, vous voulez rire !

18/12/2011

Les internautes s'informent

tv-net.jpgA l’approche des présidentielles, la toile est un sacré forum. D’où l’intérêt de savoir comment les internautes suivent l’actualité politique. Surprise : d’après les sondages, les deux tiers d'entre eux s’informent d’abord… par les journaux télévisés de TF1 et France 2 ! Viennent ensuite : les pages de portails genre Google ou Yahoo (51 %) ; les sites des grands médias genre LeMonde.fr (46 %) ; puis loin derrière les réseaux sociaux genre Facebook (17 %) et enfin les sites d’info genre Mediapart (11 %). Une évaluation au doigt mouillé me fait dire que le Blog de Bernard Lecomte vient tout à la fin, avec 0,0001 %. C’est encourageant. Faut pas lâcher l'affaire.

28/09/2010

Brouhaha médiatico-politicard

Sar-Fil.jpgDébranchez tout pendant trois jours, comme je l’ai fait ce week-end, puis reprenez le fil de l’info : vous mesurerez mieux la folle disproportion qui caractérise, en France, l’information politique, incroyablement omniprésente et répétitive. Mais pourquoi consacrer autant de pages, de titres, d’émissions au remaniement ministériel… de novembre prochain ? Un petit mot banal de Fillon, qui rappelle au détour d’une phrase que Sarko n’était pas son "mentor", ce qui est rien moins qu'évident, et ce sont des centaines de reprises obsédantes, de commentaires infantiles, de polémiques artificielles ! Que de blablas insignifiants, que forêts défrichées pour rien !

 

28/07/2008

Une info venue du Creusot

La crise de la presse, dramatique pour la démocratie, est évidemment due à des raisons sociologiques et économiques, mais aussi à des raisons… journalistiques. Si les journaux faisaient de la bonne information, moins routinière, moins superficielle, moins utilitaire, ils gagneraient des lecteurs, comme l’ont prouvé, en Bourgogne, Le Journal du Palais et l’Indépendant de l’Yonne. Comme le prouve surtout, depuis quelques mois, le site www.creusot-infos.com, animé au Creusot par le journaliste Alain Bollery, qui est devenu le premier site d’information de la région : 300.000 pages lues ou affichées par jour, 45 à 50.000 visites quotidiennes ! Son secret : il donne des infos et renouvelle son site 6 fois par jour. Un journaliste qui fait de l’info : étonnant, non ?