Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2017

L'ère de la post-vérité

Trump1.jpgL’affirmation du porte-parole de Trump comme quoi il n’y avait jamais eu autant de monde à une investiture présidentielle est le signe que nous entrons, paraît-il, dans l’ère de la "post-vérité". Est-ce bien nouveau ? Vous avez remarqué qu’aucune vérité, fût-elle étayée, vérifiée, incontestable, absolue, n’a jamais fait changer l’opinion de quelqu’un qui ne pense pas comme vous ? A quoi bon la connaissance, puisqu’elle est balayée par l’entêtement, le sectarisme, l’idéologie ? A quoi bon le journalisme, puisque l’information ne pèse rien dans une conviction, et n’influe sur aucun raisonnement ? La nouveauté, c’est qu’on parle tranquillement de "post-vérité", ce match entre les faits avérés et les faits dits "alternatifs" (!) où c’est la barbarie qui gagne à la fin. Brrr.

06/06/2012

Si la télé l'a dit, alors...

marchais.jpgDur de rétablir une vérité à la télé. Qui osera expliquer aujourd’hui :  que le Front Populaire n’est pas l’inventeur des congés payés ; que Jacques Séguéla n’a pas trouvé le slogan "La force tranquille" ; que Marchais n’a jamais dit "Taisez-vous, Elkabbach !" ; que Marek Halter n’a pas grandi dans le ghetto de Varsovie ; que Bernard Kouchner n’est pas l’inventeur du droit d’ingérence ; que Bernard Debré n’a jamais opéré François Mitterrand ; que ce n’est pas la gauche mais la droite qui a donné le droit de vote aux femmes ; que Sarkozy n’a jamais dit que le curé était "supérieur" à l’instituteur ; et qu’il y a moins de pédophiles dans l’Eglise que dans le reste de la société ?