Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/06/2011

Le journalisme dégradé

Cartepresse.JPGIl suffit de visiter une quinzaine de rédactions parisiennes à l’occasion de la promo d’un livre, comme je viens de le faire, pour constater l'inquiétante et rapide dégradation du métier de journaliste. Celle-ci est confirmée par l’étude du cabinet Technologia publiée hier, qui montre que 68 % des journalistes estiment travailler "plus vite qu’avant", 73 % "davantage qu’avant", etc. Le journaliste est un travailleur inquiet, bousculé, fragilisé, pressurisé, menacé, qui n’a "plus le temps pour l‘investigation". Et comme son niveau de culture générale a terriblement baissé, il est de moins en moins crédible. C’est grave, ça, coco !

31/05/2011

Kahn fait son cinéma

 

jfk.jpgSacré Jean-François Kahn ! Bon, il a dit une connerie, et une grosse, c’est entendu. "Trousser une domestique", à propos de l’affaire DSK, c’était, pour le moins, malheureux. D’ailleurs, il s’est excusé. Et les irréprochables confrères et consoeurs qui font mine de s’indigner en oubliant tout ce qu’il a écrit depuis 40 ans sont de fieffés hypocrites. Mais là où il est tordant, l’ami JFK, c’est quand il déclare théâtralement qu’il "arrête le journalisme". D’abord, désolé, mais quand on est au journalisme ce que Molière était au théâtre, on la boucle, et on meurt sur scène. Ensuite, depuis cette déclaration-choc, on ne voit plus que lui sur le petit écran !

16/05/2011

De la morale ou de l'info ?

 

DsK.jpgLes journalistes français devraient faire moins de morale et davantage d'investigation. Exemple, le cas désolant de la jeune Tristane Banon, qui apparaît sur les grands médias comme un fait "nouveau". Or, l'émission de Thierry Ardisson où la jeune femme raconte sa mésaventure avec DSK date de février 2007, elle était déjà connue de dizaines de milliers d’internautes ! On reconnaît d'ailleurs, parmi les convives qui écoutent le récit de la jeune femme, Jean-Michel Apathie et Claude Askolovitch, qui n'ont apparemment pas eu l'idée, ces dernières années, de creuser cette affaire pourtant gravissime. Il faut choisir, on ne peut pas à la fois commenter et enquêter. Dommage.


04/05/2011

Le journalisme idéal

benoit_xvi.jpgDevant les délégués de l’Union européenne de radio-télévision réunis à Rome à l’occasion des 80 ans de Radio Vatican, Benoît XVI il a exposé samedi sa conception du métier de journaliste : "Nourrir chaque jour une information correcte et équilibrée et un débat approfondi afin de trouver les meilleures solutions partagées sur ces questions dans une société pluraliste, est la tâche des radios ainsi que des télévisions. C’est une tâche qui requiert grande honnêteté professionnelle, correction et respect, ouverture aux diverses prospectives, clarté dans le traitement des problèmes, liberté par rapport aux barrières idéologiques et conscience de la complexité des problèmes." A ma connaissance, aucun journal n'a repris cette citation...


22/03/2011

Le retour de la femme à Hollande

Trierweiler.jpgBon, les cantonales s’étant bien passées pour François Hollande en Corrèze, l’ex-patron du PS va donc annoncer sa candidature pour 2012. Mais, tiens, voilà qu’on annonce aussi que la nouvelle femme de sa vie, la journaliste Valérie Trierweiler, va lancer sur la chaîne Direct 8, le 2 avril, une émission 100 % politique. Ho ! Et la double jurisprudence Borloo-Schönberg et Montebourg-Pulvar ? Ho ! Qui peut sérieusement imaginer que la compagne officielle de François Hollande, candidat à l’Elysée, va faire des "portraits de campagne" totalement objectifs de chacun de ses concurrents dans la course à l'Elysée ?


09/02/2011

Le "mercato" des journalistes

logo-liberation.jpgEtrange, ce mercato médiatique d’hiver qui fait soudain valser les journalistes comme de simples footballeurs. Bon, que Marc-Olivier Fogiel quitte Europe 1, c'était attendu : l’homme n’était pas fait pour se lever tôt. Qu’Eric Izraelewicz retourne au Monde, et Laurent Joffrin au Nouvel Obs, c’est dans la nature des choses : ces deux pointures connaissent bien leurs boutiques respectives. Plus surprenante, l’arrivée de Nicolas Demorand, 39 ans, homme de radio et de télé, à la tête de Libération. La presse écrite, c’est compliqué, c'est capricieux, c’est lourd. On lui souhaite bonne route : passer d’un jet-ski à un semi-remorque, cela n’est pas évident !

04/01/2011

Adieu Bernard

Mazieres.jpgCette semaine, dernier adieu à Bernard Mazières. Son assassinat dramatique, au lendemain de Noël, fut la pire nouvelle que j’aie reçue depuis longtemps. D’abord parce qu’il était un ami de très longue date. Mais surtout parce qu’il est difficile d’imaginer disparition plus sordide. Un jour, avec la femme qu’on aime, on fait un enfant, et c’est ce qu’il y a de plus beau au monde. On éclate de bonheur, on a tout l’avenir avec soi. Et dix-sept ans plus tard, on en meurt bêtement, brutalement, salement. Bernard était un confrère délicieux. Nous sommes nombreux à avoir du mal, depuis quelques jours, à trouver le sommeil…

06/12/2010

La speakerine belge

ockrent.jpgQu’est-ce qu’elle prend, Christine Ockrent, dans le dossier de Marianne ! Au-delà de l’enquête, menée par deux journalistes incontestables, la compagne de Bernard Kouchner paie aujourd’hui d’avoir trop souvent flirté, non sans arrogance parfois, avec les règles de la profession. Que la reine Christine ait été nommée à la tête de l’Audiovisuel extérieur de la France (France 24, RFI, TV5-Monde), avec un salaire mirifique, par la seule volonté de son ministre de mari, voilà qui était too much, comme on dit à NBC. Elle s’en est fait, des ennemis, Christine ! Déjà, quand elle dirigeait l’Express, ses propres journalistes l’avaient surnommée “la speakerine belge”. Ce n’était pas gentil.   

08/06/2010

Jean-Claude Charlet n'est plus

Charlet.jpgJean-Claude Charlet est mort. Longtemps journaliste à l’Yonne Républicaine, il avait publié quelques fort bons livres, dont un sur Colette la Vagabonde. J’avais déjeuné avec lui à Chablis, il y a un an, en compagnie de l’ami Pierre-Jules Gaye, autre ancien du journal. A Jean-Claude pétillant d’humour, j’avais commandé une biographie de l’abbé Deschamps pour les Editions de Bourgogne. Qui mieux que ce bouffe-curés pouvait reconstituer la bio du prêtre qui fonda l’AJ-Auxerre ? L’idée lui avait plu, mais il avait été très évasif quant à la possibilité de réaliser un projet d’aussi longue haleine. Il savait, lui, qu’il n’aurait pas le temps. Adieu l’ami.

01/06/2010

La retraite des journalistes

La retraite à 60 ans, en France, c’est un dogme immuable, un principe éternel, un symbole sacré. C’est ce qu’on entend souvent dans les médias, où les plus grands journalistes, éditorialistes et commentateurs savent de quoi ils parlent. Je pense notamment à Jean-Pierre Elkabbach (73 ans), Michel Denizot (65 ans), Alain Duhamel (70 ans), Catherine Nay (66 ans), William Leymergie (63 ans), Olivier Mazerolle (68 ans), Jean-Claude Narcy (72 ans), Michel Drucker (68 ans), Philippe Bouvard (81 ans), Etienne Mougeotte (70 ans), Philippe Alexandre (78 ans), Jean-François Kahn (72 ans), Christine Ockrent (66 ans), Patrick Poivre d’Arvor (63 ans), Claude Imbert (81 ans), Jean Daniel (90 ans), etc. Un dogme, un symbole, je vous dis !

 

 

06/04/2010

La fin du secret professionnel ?

Depuis le début de la crise des prêtres pédophiles, quand on évoque le secret de confession, il m’arrive de poser la question aux journalistes qui m’interrogent : si, dans le cadre d’une enquête sur le sujet, vous obtenez les confidences d’un pédophile sur ses pulsions ou ses pratiques, allez-vous le dénoncer à la police sitôt l’interview terminée ? Ce soir, sur France 2, Hervé Chabalier, patron de l’agence Capa, répond : oui, dans ce cas-là, le journaliste doit se faire délateur. Terrifiante certitude ! "Dans ce cas-là" : mais qui juge ce cas-ci et ce cas-là ? Et les médecins, alors ? "Dans ce cas-là", ils doivent aussi menotter leurs patients pédophiles et les traîner au commissariat ? Et si la société avait besoin du secret – médical, de confession, des sources – pour rester humaine ?

17/10/2009

Fils à papa

Je ne veux pas défendre outre mesure le jeune Sarkozy, mais l’acharnement des médias sur ce "fils à papa" me fait doucement rigoler. Car il n’y a pas un univers où sévit davantage le piston familial et l’atavisme héréditaire que… les médias ! Demandez donc à Arnaud Poivre d’Arvor, Laure-Anne Elkabbach, Stéphane Paoli, Fabien Namias, Catherine Barma, Laurent Le Lay, Axel de Tarlé, Dominique Chapatte, Laurence Nahon, Alexia Laroche-Joubert, Antoine de Caunes, Pierre Dhostel (né Bellemarre), Marie Drucker, David Martin, Valérie Alexandre, Jean-Michel Baylet, Jean Viansson-Ponté, Philippe Hersant, Alain de Chalvron, Pierre Limagne, Nicolas Beytout, Isabelle Brès, Jérôme Bernardet et tant et tant de signatures, plus ou moins célèbres, qui rappellent étrangement la génération précédente !

09/09/2009

Un prince du journalisme

Epenoux-vis.JPGChristian d’Epenoux nous a quittés. Il faisait partie de l’équipe des grands reporters de L’Express que j’avais rejoints en 1985 et qui m’avaient appris mon métier : les Christian Hoche, Arlette Marchal, Jacques Renard, Jean Leclerc du Sablon, Alain Louyot et autres, mi-baroudeurs, mi-intellos, ces aristos du journalisme qui n’avaient pas peur de couvrir guerres et révolutions, ni de lire des piles de livres avant d’aller sur le terrain. Christian connaissait l’Afrique comme sa poche. On l’appelait "le Baron", et pas seulement à cause de sa particule. Il était élégant. Elégant dans sa façon de travailler, dans son écriture, dans son comportement, dans ses amitiés. Il est parti brutalement. C’est la première fois qu'il est brutal. Adieu, Baron.

 

07/08/2009

J'ai été licencié

J’ai été licencié. A mon grand âge, cela n’arrive pas tous les jours. Depuis quelques années, j’étais pigiste occasionnel au Journal du Palais (groupe Forumeco) où je publiais, en dernière page, des "portraits" de personnalités bourguignonnes (en bas, colonne de droite sur ce blog). Mais le pdg du groupe a décidé que les pigistes coûtaient trop cher, et qu’il valait mieux s’en passer. Toujours ce vieux fantasme qui titille les patrons de presse : comment réussir à faire des journaux sans journalistes ? J’ai reçu hier mes indemnités de licenciement : 29 euros brut. Une fois déduites quinze retenues sociales diverses et obligatoires, mes indemnités de licenciement se montent donc à 23,27 euros. Je me demande déjà ce que je fais faire de tout cet argent.

16/01/2009

Dijon au coeur de la guerre

E Razavi en Afgh.jpg Ce soir, à 18h, présentation à Dijon d’un livre publié par les Editions de Bourgogne et intitulé : Manhattan, Kaboul, Beyrouth : DIJON AU CŒUR DE LA GUERRE. L’auteur, le grand reporter Emmanuel Razavi, qui passe sa vie entre l’Afghanistan, l’Irak et le Liban, est lui-même dijonnais. Qui mieux que lui pouvait décrire les interférences complexes qui existent entre une petite capitale provinciale très isolée de la fureur guerrière, et le reste du monde moderne qui gronde et qui menace ? Qui mieux que lui pouvait montrer qu’aujourd’hui, la France profonde est bien, qu’elle le veuille ou non, "au cœur de la guerre" ?

17/10/2008

L'indépendance en politique

Cotta.jpg "Passer de l’autre côté du miroir, pour un journaliste, est une expérience de choix, à défaut d’être nécessaire. Il y découvre qu’entre les deux camps opposés de la vie politique, il n’y a guère de place pour qui voudrait exercer son indépendance sans danger. (…) Le pire aspect des hommes politiques, au-delà des sourires, des sous-entendus, des bonnes paroles, ce qui fait les fait courir, c’est le pouvoir. Le pouvoir uniquement. La rage de le conquérir quand on ne l’a pas, la peur de le perdre quand on l’a..." Ce n’est pas moi qui parle, c’est Michèle Cotta qui introduit ainsi le tome II de ses Cahiers secrets de la Vè République (qui sortent chez Fayard). Ce n’est pas moi, donc, mais je signe, évidemment, des deux mains...

23/09/2008

Touche pas à ma promo !

Hier dans le 8è arrondissement, demain dans le 10è, Bertrand Delanoë invite les journalistes à couvrir ses réunions publiques, mais à une condition : pas de questions sur le PS ! La presse est là pour assurer la promo, pas l’info ! Chez Ruquier, samedi soir, le critique Eric Naulleau a osé dire à Gérard Jugnot que la fin de son nouveau film lui avait moins plu que le début : Jugnot, furibard, l’a littéralement insulté ! Comment ? Quelqu’un ose polluer la promo du film en donnant un avis nuancé ? Sur RTL, ne supportant pas que Jean-Michel Aphatie lui parasite son one-man-show avec des questions pointues, Bernard Tapie lui lance : "Vous êtes un connard !" La conclusion, c’est Michel Rocard, en promo dans les médias depuis soixante ans, qui la livre dans La Croix de vendredi : "Les médias nous pourrissent la vie !" Ben voyons.

10/06/2008

Un métier de seniors

Tout fout le camp. Même PPDA. Un par un, les seigneurs du PAF (devenus les seniors du PAF) cèdent la place, non sans s’y accrocher un max. C’est bien malgré eux que Serge July ne dirige plus Libé, que Jean-François Kahn a abandonné Marianne, que Philippe Gildas a quitté Canal, que Jean-Pierre Elkabbach ne dirige plus Europe 1. Il reste quelques papys qui font de la résistance : Drucker sur France 2, Bouvard sur RTL, Mougeotte au Figaro, Foucault sur TF1, Duhamel un peu partout et le couple Perdriel-Daniel, 160 ans à eux deux, à la tête du Nouvel Obs. La plupart de ces talentueux journalistes ont passé leur vie à expliquer que les hommes politiques, en France, restent décidément trop longtemps attachés à leurs mandats…

20/05/2008

Les retraités de mai 68

Encore une commémoration à laquelle je ne m’attendais pas : les 40 ans du magazine Notre Temps. Au cœur de l’événement sacré que fut Mai 68, tout entier à la gloire de la jeunesse, des journalistes catholiques du groupe Bayard lançaient la première publication pour les retraités. Au sommaire : "La vie commence à 60 ans". Plus ringard et plus décalé, tu meurs ! Or, Notre Temps a est une des rares créations de cette époque à avoir prospéré : quelle publication née en mai 68 peut revendiquer aujourd’hui, la bagatelle de 900.000 acheteurs ? Pour son anniversaire, Notre Temps a sondé les Français sur leurs seniors préférés, et donné la parole à Simone Veil et Nicolas Hulot. Je me marre : il doit être content, Hulot, d’être un senior !

06/05/2008

Après Elkabbach, Ardisson ?

Si vous passez par Europe1, rue François 1er, mettez un gilet pare-balles : ça flingue sec dans les couloirs ! Mais tendez l’oreille, aussi, et vous aurez les réponses aux questions que tout le monde se pose. Pourquoi Jean-Pierre Elkabbach n’a pas démissionné après l’affaire Sevran ? "Parce qu’il gagne environ 70.000 euros par mois, et qu’à son âge, il a peur de manquer". Pourquoi sa rédaction, déboussolée et humiliée, a renoncé à voter une motion de défiance contre lui ? Parce que si Elkabbach s’en va, le représentant de Lagardère Active, Didier Quillot, a l’intention de le remplacer par Thierry Ardisson, ce qui tétanise, visiblement, l’ensemble des journalistes !
Conclusion pratique : si Europe1 annonce soudain la mort de Thierry Ardisson, n'en croyez rien.