Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2020

Ces livres qui ne sortiront jamais...

Devenir_ecrivain_c1.jpgJ’ai une pensée, ce soir, pour une catégorie de gens dont on n’entend jamais parler : les écrivains, professionnels ou amateurs, qui ne sont ni prix Goncourt ni auteurs de bestsellers, et qui, après des années de travail, de doute et d’angoisse, devaient voir leurs efforts enfin couronnés cet automne… et dont les livres vont passer à la trappe, irrémédiablement ! Moi, j’ai le cuir tanné (30 titres au compteur) et j’ai eu de la chance (mon "KGB" est paru en août). Mais pensez à ces centaines de romans, documents, essais ou BD que le Premier ministre, d'une seule phrase, vient de condamner à rester définitivement dans les cartons, faute de pouvoir être présentés en librairie : quel gâchis intellectuel et humain, quelle tristesse !  

11/11/2020

Macron schizophrène !

Genevoix.jpgEn ce 11 novembre 2020, le président Macron célèbre en grande pompe l’entrée au Panthéon d’un écrivain, Maurice Genevoix, alors que les livres de ce géant des lettres, baptisés "non essentiels" par le gouvernement, sont interdits à la vente ! Essayez d’aller acheter Ceux de 14 à la librairie de votre chef-lieu, ou à la Fnac, et vous mesurerez l’incroyable schizophrénie de nos dirigeants ! De toutes nos élites, en vérité : avez-vous remarqué que, depuis la fermeture autoritaire des librairies, les médias ne cessent, du matin au soir, sept jours sur sept, d’inviter des écrivains pour présenter des livres que les libraires n’ont pas le droit de mettre en vente ? Si Maurice Genevoix voyait cela !

09/11/2020

Librairies : on va manquer de policiers !

En-compagnie-des-gendarmes.jpgLes technocrates qui nous gouvernent ayant étendu l’interdiction de vendre des livres des librairies indépendantes aux Fnac et aux Cultura, les policiers ne savent plus où donner du képi - des étals des marchés parisiens (mon blog de dimanche) à la moindre petite librairie-papeterie-presse de mon coin de Bourgogne. Mieux encore : je lis dans le Figaro que les policiers vont surveiller de près le fameux "click and collect" car il permet, figurez-vous, de commander un livre sur son smartphone juste avant d’arriver au magasin, voire sur le pas de la porte, ce qui est une insupportable violation de la loi ! Et si on rebaptisait ça : "flic and collect" ?

05/11/2020

Rendez-nous Edouard Philippe !

J Castex.jpgLe problème, c’est Castex. Macron l’avait choisi pour incarner le lien entre Paris et la province, entre l’Etat et les élus locaux, entre l’administration centrale et la France d’en bas. Déception ! Jean Castex est d’abord un super technocrate. Sa surdité concernant les librairies indépendantes, sa désastreuse gestion des produits "essentiels" et "non essentiels", le mépris ostentatoire dans lequel il tient les parlementaires et sa pathétique prestation paternaliste sur TF1, l’autre jour, font craindre le pire : si l’Etat technocratique reste à ce point coupé de la vie des gens et des réalités concrètes, comment va-t-il faire appliquer, hors sol, les mesures draconiennes qui s’imposent sur le plan sanitaire ?

04/11/2020

Une nation sans librairies...

Trumpp.jpgL’actualité de ce jour me fait revenir sur cette vérité tragique : l’Amérique de Trump, comme dit mon excellent confrère François Busnel, est d’abord "une nation sans librairies" depuis la fermeture, il y a sept ans, de la chaîne de magasins Borders. D’où les progrès terrifiants de l’ignorance, de l’obscurantisme, des théories du complot, etc. Ajoutez à ce désert culturel la raréfaction de la presse écrite régionale (disparue dans 2.000 comtés sur 3.000) et vous avez le résultat ce matin : aux Etats-Unis, il n’y a plus ni réflexion politique, ni débat intellectuel, mais des confrontations politiciennes incultes et violentes. A bon entendeur…

01/11/2020

Noël : des livres et des jouets

librr.jpgFranchement, il ne faut pas avoir fait l’ENA pour comprendre qu’à l’approche de Noël, deux commerces de proximité doivent bénéficier de l’autorisation d’ouvrir (ne serait-ce que le matin, par exemple) : les librairies et les petits magasins de jouets ! Ce n’est pas faire offense aux autres types de commerces que de rappeler cette évidence : le produit le plus vendu en France à l’approche des fêtes de fin d’année, c’est le livre ! Est-ce que les technocrates et les idéologues qui entourent Macron pourraient, exceptionnellement, faire preuve d’un peu de jugeote et penser à la vie concrète des gens qu’ils sont censés administrer ?   

31/10/2020

Librairies : ils sont devenus fous !

libra.jpgMacron, Castex et Bachelot ont perdu la boule ! Après avoir sottement contraint les librairies indépendantes à fermer pendant le confinement, ce qui leur vaut une volée de bois vert de tous les amoureux du livre, le gouvernement a pris en catastrophe, ce week-end, une décision particulièrement choquante : fermer autoritairement, dans un souci d'égalité, tous les autres endroits (Fnac, grandes surfaces) où des millions de braves gens confinés pouvaient encore acheter des livres avant Noël ! Prochaine étape : la mise sous scellés de toutes les imprimeries du pays, pour s’assurer de l'interdiction totale des livres sur le territoire français ? On marche sur la tête !

30/10/2020

Fermer les librairies, c'est absurde !

libr.jpgAbsurde retournement de l’histoire. Le 19 mars, c’est le Syndicat de la librairie française (SLF) qui avait refusé la proposition du ministre Bruno Le Maire de laisser ouvertes les librairies en tant que commerces "essentiels", provoquant l’arrêt brutal de toute la chaîne du livre. Cette fois, c’est le gouvernement qui ne veut pas admettre, contre l’avis de tous les professionnels, qu’une librairie n’est décidément pas un commerce comme un autre, surtout en période de déprime générale, et que ce n’est pas en achetant un livre qu’on attrape le virus! ! Entre l’idéologie et la technocratie, si on choisissait enfin le bon sens ?

10/05/2020

Les "premiers romans" attendront !

lubr.jpgIl fallait s’y attendre. On découvre, en lisant Livres Hebdo, la première conséquence de la fermeture des librairies pendant deux mois : les éditeurs, qui sont restés avec près de 5.000 titres sur les bras, vont évidemment privilégier, d’ici l’été, les "locomotives" comme Leïla Slimani, Jean-Marie Le Clezio, Tatiana de Rosnay, Woody Allen, Bernard Minier, Guillaume Musso ou Joël Dicker. Ils sacrifieront logiquement au passage un grand nombre de "premiers romans", d’auteurs peu connus ou de sujets difficiles, bref, tout ce qui fait le charme de la profession. Le retour sur terre va faire un mal de chien…

05/05/2020

A tous les amis du livre...

librairie_berlin.jpgA partir du 11 mai, les librairies seront à nouveau ouvertes. Un seul mot d’ordre : allez-y en masse ! C’est en leur achetant un maximum de livres qu’on permettra aux libraires, cassés par huit semaines de confinement, de se refaire une santé économique. On n’achètera pas comme avant, on le sait grâce à l’exemple des librairies allemandes qui ont rouvert le 20 avril : il paraît que le lecteur dûment masqué ne flâne plus dans le magasin, qu’il ne tripote plus les livres, qu’il sait quel titre il vient acheter et qu’il repart aussi sec. Il faudra du temps pour retrouver, d’un rayon à l’autre, tous les plaisirs d’antan. En attendant… lisez !

11/04/2020

Les libraires au bord du gouffre

librairie.jpgJe ne comprends toujours pas pourquoi le Syndicat de la Librairie française n’a pas accepté, le 19 mars, la proposition de Bruno Le Maire de laisser ouvertes les librairies pendant le confinement, avec, bien sûr, les mêmes règles de sécurité sanitaires que tous les autres "commerces de première nécessité". Ce refus a précipité le catastrophique arrêt de la filière (imprimeurs, éditeurs, distributeurs) qui sera fatal, justement, à beaucoup de librairies. Le même syndicat a beau jeu, aujourd’hui, de hurler contre Amazon et d’exiger des subventions de l’Etat ! Je suis sûr, pour ma part, que des centaines de milliers de lecteurs auraient joué le jeu, par solidarité autant que par goût de la lecture...

30/06/2018

Trop de livres tue le livre

RUC.jpgComme chaque année, la rentrée littéraire va occulter la crise du livre. On annonce la sortie de 567 nouveaux romans (!) qui rejoindront les 68.000 nouvelles parutions annuelles qui viennent s’ajouter aux 770.000 livres disponibles sur le marché français. Magnifique ! Sauf que, chez moi, en Bourgogne, c’est la cata : les Editions de l’Armançon, premier éditeur régional (330 titres au catalogue), viennent de rendre l’âme, et la librairie RUC, véritable institution au centre d’Auxerre, vient de fermer ses portes. Qui osera dire la vérité, à savoir que sur les 567 romans à paraître en septembre, une cinquantaine seulement seront réellement vendus dans ma région ?

11:41 Publié dans Blog | Tags : livre, édition, librairies | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

04/06/2015

Livre : de fermeture en fermeture...

presse-Aux.jpgJe suis désolé, j’aimerais tant parler d’autre chose ! Mais c’est presque tous les jours qu’on apprend, en Bourgogne, la cessation d'activité d’un imprimeur, d’un éditeur, d'un salon du livre ou d’un libraire. Dans l'indifférence générale. Ce mercredi, le site d’information Auxerre-TV a annoncé la fermeture de la Maison de la Presse de la rue de la Draperie, à Auxerre. C’était un des derniers endroits de la ville avec Obliques, RUC, l’Espace Leclerc et Cultura où l’on pouvait encore acheter des livres. A ce rythme, dans quatre ou cinq ans, tout Bourguignon désirant acheter un livre autrement que sur Internet devra se rendre à Paris ou à Lyon…

08:35 Publié dans Blog | Tags : auxerre, livre, librairies | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |