Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/05/2020

Les "premiers romans" attendront !

lubr.jpgIl fallait s’y attendre. On découvre, en lisant Livres Hebdo, la première conséquence de la fermeture des librairies pendant deux mois : les éditeurs, qui sont restés avec près de 5.000 titres sur les bras, vont évidemment privilégier, d’ici l’été, les "locomotives" comme Leïla Slimani, Jean-Marie Le Clezio, Tatiana de Rosnay, Woody Allen, Bernard Minier, Guillaume Musso ou Joël Dicker. Ils sacrifieront logiquement au passage un grand nombre de "premiers romans", d’auteurs peu connus ou de sujets difficiles, bref, tout ce qui fait le charme de la profession. Le retour sur terre va faire un mal de chien…

05/05/2020

A tous les amis du livre...

librairie_berlin.jpgA partir du 11 mai, les librairies seront à nouveau ouvertes. Un seul mot d’ordre : allez-y en masse ! C’est en leur achetant un maximum de livres qu’on permettra aux libraires, cassés par huit semaines de confinement, de se refaire une santé économique. On n’achètera pas comme avant, on le sait grâce à l’exemple des librairies allemandes qui ont rouvert le 20 avril : il paraît que le lecteur dûment masqué ne flâne plus dans le magasin, qu’il ne tripote plus les livres, qu’il sait quel titre il vient acheter et qu’il repart aussi sec. Il faudra du temps pour retrouver, d’un rayon à l’autre, tous les plaisirs d’antan. En attendant… lisez !

11/04/2020

Les libraires au bord du gouffre

librairie.jpgJe ne comprends toujours pas pourquoi le Syndicat de la Librairie française n’a pas accepté, le 19 mars, la proposition de Bruno Le Maire de laisser ouvertes les librairies pendant le confinement, avec, bien sûr, les mêmes règles de sécurité sanitaires que tous les autres "commerces de première nécessité". Ce refus a précipité le catastrophique arrêt de la filière (imprimeurs, éditeurs, distributeurs) qui sera fatal, justement, à beaucoup de librairies. Le même syndicat a beau jeu, aujourd’hui, de hurler contre Amazon et d’exiger des subventions de l’Etat ! Je suis sûr, pour ma part, que des centaines de milliers de lecteurs auraient joué le jeu, par solidarité autant que par goût de la lecture...

30/06/2018

Trop de livres tue le livre

RUC.jpgComme chaque année, la rentrée littéraire va occulter la crise du livre. On annonce la sortie de 567 nouveaux romans (!) qui rejoindront les 68.000 nouvelles parutions annuelles qui viennent s’ajouter aux 770.000 livres disponibles sur le marché français. Magnifique ! Sauf que, chez moi, en Bourgogne, c’est la cata : les Editions de l’Armançon, premier éditeur régional (330 titres au catalogue), viennent de rendre l’âme, et la librairie RUC, véritable institution au centre d’Auxerre, vient de fermer ses portes. Qui osera dire la vérité, à savoir que sur les 567 romans à paraître en septembre, une cinquantaine seulement seront réellement vendus dans ma région ?

11:41 Publié dans Blog | Tags : livre, édition, librairies | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

04/06/2015

Livre : de fermeture en fermeture...

presse-Aux.jpgJe suis désolé, j’aimerais tant parler d’autre chose ! Mais c’est presque tous les jours qu’on apprend, en Bourgogne, la cessation d'activité d’un imprimeur, d’un éditeur, d'un salon du livre ou d’un libraire. Dans l'indifférence générale. Ce mercredi, le site d’information Auxerre-TV a annoncé la fermeture de la Maison de la Presse de la rue de la Draperie, à Auxerre. C’était un des derniers endroits de la ville avec Obliques, RUC, l’Espace Leclerc et Cultura où l’on pouvait encore acheter des livres. A ce rythme, dans quatre ou cinq ans, tout Bourguignon désirant acheter un livre autrement que sur Internet devra se rendre à Paris ou à Lyon…

08:35 Publié dans Blog | Tags : auxerre, livre, librairies | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |