Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/04/2018

Les mots qui déraillent

greves-sncf.jpgDès lors qu’elle fait l’actualité, une grève tourne très vite à la guerre des mots. Et dans toute guerre, la censure fait rage. Avez-vous remarqué que, sur les plateaux télé, il est interdit de dire que les cheminots sont des "privilégiés" (silence, les agriculteurs), que les usagers sont "pris en otage" (à cause des récents attentats), ou qu’il existe en France une "gréviculture" (parce que Le Pen a employé ce mot) ? Bon, évidemment, il est aussi malvenu de dire que la réforme de la Sncf est absolument indispensable, et que la CGT, en déclin, se positionne surtout en vue des élections professionnelles de la fin de l’année…

00:05 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : sncf, grève, cgt, mots |  Facebook | | Lien permanent

02/09/2017

Les mots qui rassurent

battue-2-2.jpgIl y a les mots choisis, les mots-valises, les mots-clefs. Il y a aussi les mots-prétextes, les mots-mensonges, les mots cache-sexe. Ainsi, ce matin, à la radio, à propos des sommes exorbitantes déboursées par le PDG pour débaucher de jeunes footballeurs, j’ai découvert le "fair-play financier". Comme s’il pouvait être question de fair-play au-delà de 100 millions d’euros, allons ! J’ai également entendu un nouveau concept, que vont nous envier l’Angleterre, l’Espagne et toutes les monarchies d’Europe : quand des bénévoles rejoignent les gendarmes de leur village pour rechercher une fillette disparue, il s’agit d’une "battue citoyenne". Magnifique. La nuit, sans doute, la battue se fait comme en 1789 : à la lanterne !

11:35 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : psg, battue, mots, langage |  Facebook | | Lien permanent

02/02/2013

Sus aux écoles "maternelles" !

 maternelle.jpgIl fallait s’y attendre ! En phase avec les "lesbiennes, gays, bi et trans" qui contestent que l’altérité sexuelle soit le fondement de la famille et du mariage (vieille idée ringarde, homophobe et de droite), voilà que la députée socialiste Sandrine Mazetier, qui est aussi, mais si, vice-présidente de l’Assemblée nationale, a demandé au ministre de l’Education nationale de ne plus appeler "école maternelle" l’école pour les petits enfants, et, je la cite, de "remplacer ce nom genré par un nom neutre". Ben tiens. Et pourquoi ne pas exiger de changer aussi le nom des "maternités", des "sages-femmes" et de Noël "Mamère" ?