Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/07/2020

Justice, police : les deux cibles...

femen.JPGOn a déjà noté ici que les deux cibles de l’extrême gauche sont les deux piliers "régaliens" de la République, à savoir la police et la justice. Ce n’est pas un hasard si les ultra-féministes ont commencé à dézinguer méthodiquement, dès hier, les ministres Darmanin (police) et Dupond-Moretti (justice), quitte à violer, pour le premier, le principe constitutionnel de la présomption d’innocence, et en allant chercher, dans les plaidoiries du second, des propos hostiles au mouvement MeToo. Cela pourrait rester une affaire infinitésimale (croyez-moi, dans mon coin de province, ce n’est pas le sujet majeur) si les médias n'étaient pas terrorisés – je pèse mes mots – par ce nouvel ordre moral.

04/02/2020

L'indignation, ça va, ça vient...

éboueurs.jpgDans l’affaire Mila, cette jeune fille menacée de mort pour avoir critiqué l’islam, le silence des associations féministes est assourdissant ! Dans l’affaire Sarah Abitbol, l’ex-patineuse qui révèle les crimes sexuels dans le monde sportif, le silence des anciens ministres du Sport, de gauche comme de droite, est vertigineux ! Concernant la grève des éboueurs CGT qui transforme Paris en une gigantesque décharge à ciel ouvert, le silence des écologistes est terrifiant ! Comme quoi l’indignation médiatique, nouvelle jauge du Bien et du Mal dans nos sociétés post-chrétiennes, est désespérément à géométrie variable…

03/03/2018

Brûlons les livres sexistes !

Puberté.jpgAvant, quand on vous disait du mal d’un livre, vous évitiez de l’acheter. A l’heure des réseaux sociaux, vous lancez une pétition sur internet pour censurer l’ouvrage ! C’est ce qui arrive à un petit bouquin publié jeudi par les éditions Milan, On a chopé la puberté, que des féministes jugent sexiste… au point de lancer sur internet, aussi sec, une pétition exigeant son retrait des librairies ! Ce vendredi soir, tenez-vous bien, la pétition avait déjà recueilli 75.000 signatures (de gens qui, évidemment, n’ont pas lu l’ouvrage dont ils exigent la censure). En un clic, en un tweet, allez, hop, on condamne, on interdit, on brûle un livre ! Du fond de l’enfer, Staline et Goebbels doivent hurler de rire…

 

18/02/2018

Le bon vieux temps des sorcières

Caroline de Haas.jpgA part un jeune avocat, aucun des invités de Laurent Ruquier, hier soir, n’a osé condamner – on n’est jamais trop prudent – les accusations insensées de la féministe Caroline de Haas, mardi, sur France Info, contre Nicolas Hulot : elle "avait des amies qui lui avaient dit", enfin, qu’elle "n’a pas vues en direct", mais que "certaines infos lui étaient remontées, depuis plus d’un an", etc, etc. Accuser publiquement un homme à partir de rumeurs aussi floues, c’est faire faire à la civilisation un bond de plusieurs siècles en arrière ! Dans l’Obs, la même affirme "qu’un homme sur deux ou trois est un agresseur sexuel" (sic). Voilà qui devrait la déconsidérer définitivement. Sauf, bien sûr, à la télé.

12/02/2018

Pourquoi les hommes se taisent

baiser interdit.jpgPourquoi, depuis le scandale Weinstein jusqu’à l’affaire Hulot, voit-on si peu d’hommes intervenir dans la polémique "BalanceTonPorc" à propos des violences faites aux femmes ? Faites un discret sondage auprès de vos meilleurs potes : combien d’hommes normaux, gentils, respectueux des femmes, n’ont jamais volé un baiser, furtivement, le cœur battant, dans un cinéma ? Combien n’ont jamais été, de leur vie, rien qu’une seule fois, un peu insistant auprès d’une fille en sortant d’une boîte de nuit ? Environ 0 %. Etonnez-vous qu’aucun homme un peu connu, ces temps-ci, ne prenne le risque de provoquer quelque tweet assassin : trop dangereux, tous aux abris !

07/02/2018

Deux poids, deux mesures...

meurtre-jonathann-daval.jpgLe pire, en matière de justice, c'est le "deux poids deux mesures". Comment comprendre que Marlène Schiappa ait délibérément violé le principe de séparation des pouvoirs pour qualifier d’"assassinat" le crime de Jonathan Daval tout en plaidant la "présomption d’innocence" à propos de son collègue ministre Gérald Darmanin ? Pire encore, comment admettre que la plupart des féministes enfoncent a priori ledit Jonathan Daval alors qu’elles ont applaudi la libération de Jacqueline Sauvage – qui, rappelons-le, avait assassiné son conjoint dans des conditions aussi troublantes ? Et si on laissait juger les juges ?

01/02/2018

"Mal nommer les choses..."

schiappa.jpg"Mal nommer les choses…" Vous vous rappelez la citation de Camus ? En bon français, l’affaire Alexia Daval est un "fait divers", n’en déplaise à quelques féministes qui, à tout bout de champ, voudraient changer le sens des mots. Et si ce "fait divers" a eu un tel écho dans les médias, c’est à cause de l’invraisemblable mensonge du mari de la victime. Alors oui, bien sûr, ce mensonge est moins grave, en soi, que le crime lui-même ! Mais cela autorise-t-il la ministre Marlène Schiappa à intervenir, par écrit, pour qualifier d’ "assassin" le présumé coupable ? Quelqu’un peut-il expliquer à cette dame qu’en démocratie, le pouvoir judiciaire est indépendant du pouvoir exécutif ?

31/01/2018

Présumé coupable !

Darmanin.jpgQu’ils émanent de féministes ou de militants LR, les appels à la démission visant le ministre Darmanin (accusé de viol par une ex-call girl pas très claire) sont de nature totalitaire : ils ignorent le principe de "présomption d’innocence" qui distingue, précisément, une démocratie d’une dictature. Tout aussi totalitaire est d'ailleurs la prétendue "jurisprudence Balladur" qui pousse à débarquer du gouvernement, de nos jours, tout ministre mis en examen… c’est-à-dire, que je sache, présumé innocent ! Violences faites aux juges, bouffées de démagogie, couardise politicienne, retour à l’état sauvage : pauvre République !

24/07/2017

Discrimination positive

Schiappa.jpgEntendu ce matin sur Europe 1 Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat à l’égalité femmes-hommes (sic), rassurer les permanents des associations féministes et assimilées que son ministère entretient à grands coups d’argent public : leurs subventions "ne seront pas diminuées d’un euro" ! On croit rêver : ainsi tout le monde doit se serrer la ceinture, y compris les militaires qui se battent au Mali, y compris les pauvres qui touchent l’Aide personnelle au logement (APL), mais pas les militants antisexistes et autres porte-parole autoproclamés des droits des femmes ? Il n’y a pas un problème de discrimination, là ?

01/11/2015

Les Femen relaxées !

femenn.jpgLa Cour d’appel de Paris vient de confirmer la décision de justice concernant le coup de force des Femen, ces filles plus ou moins ukrainiennes qui avaient bruyamment fait scandale, seins nus, dans la cathédrale Notre-Dame de Paris en 2013. Verdict : les nanas qui ont troublé l’ordre public et insulté les croyants sont relaxées, tandis que les surveillants qui les ont ceinturées, eux, sont condamnés ! Qui dira le sentiment profond d’une immense majorité de la population ? On se s’indigne même plus. On ne comprend pas. On se lasse. On se résigne. On s’habitue. Et puis, un jour, on se venge dans les urnes. 

10/05/2015

Sexisme : mieux vaut en rire

Mont-Pulvar.jpgJe reviens sur le manifeste de mes 40 consœurs qui ont dénoncé lundi, en Une de Libération, l’intolérable sexisme des hommes politiques à leur endroit. J’en ris encore. D'abord, je note que leurs aînées Michèle Cotta, Catherine Nay, Sophie Huet, Anne Sinclair, Jacqueline Chabridon, Sylvie Pierre-Brossolette, Kathleen Evin, Valérie Trierweiler, Christine Ockrent et tant d’autres formidables journalistes de la génération précédente, ne semblent pas sortir de l'enfer. Je note aussi le mutisme bien peu solidaire de Jacques Chirac, Michel Sapin, Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, Arnaud Montebourg, Christian Estrosi et tant et tant d’autres qui ont pourtant, j’en suis sûr, un avis sur la question. O tempora, o mores !

13/12/2013

Le pape, "homme" de l'année

 LPape-Time.jpge pape François désigné "personnalité de l’année" par le magazine américain Time. Cela n’étonne évidemment aucun observateur – Europe 1 et Le Monde ont fait le même choix – mais cela choque les féministes : le journal Marie-Claire note, par exemple, qu’aucune femme n’a été ainsi promue par le célèbre magazine depuis 28 ans ! Puis-je faire remarquer à mon honorable consœur qu’à l’époque où il honorait Elisabeth II, Wallis Simpson ou Cora Aquino, le Time Magazine était dirigé par un homme (aujourd’hui, c’est une femme) et désignait alors sans complexes, quelle horreur, "l’homme" de l’année ! On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre.