Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2020

Le nouveau clivage français

conflans-samuel-paty.jpgLes réactions à la décapitation du malheureux Samuel Paty confirment que la société française n’est plus divisée en personnalités "de gauche" (progressistes) et "de droite" (conservateurs), ni même entre "libéraux" (de gauche ou de droite) et "populistes" (de droite ou de gauche), mais bien davantage entre personnes "qui rassemblent" (universalistes, républicains, démocrates de tous bords) et les personnes "qui divisent" (communautaristes, séparatistes, extrémistes de tout poil). Le problème, c’est que notre système médiatique, qui privilégie désormais sans retenue le clash et le buzz, est beaucoup plus favorable aux seconds. Et ça fait peur…

16/10/2020

Feu sur le Quartier général !

plaintes.jpgSur les 90 plaintes judiciaires que des groupuscules d’extrême-gauche (comme la CGT) et des militants anticapitalistes (comme Bruno Gaccio) ont spectaculairement déposées, fin mars, contre le gouvernement, 9 ont abouti à déclencher, chez les juges, une action de déstabilisation dudit gouvernement, au pire moment de la crise du Covid 19. Perquisitionner à l’aube, sans prévenir, au domicile du ministre de la Santé qui lance justement ce jour-là un couvre-feu crucial contre la pandémie, c’est démolir à coup sûr la confiance populaire dont les dirigeants du pays ont besoin pour gérer une telle crise. Dans le mille ! Chapeau aux militants qui ont réussi un tel coup politique. Chapeau, vraiment.

08/07/2020

Justice, police : les deux cibles...

femen.JPGOn a déjà noté ici que les deux cibles de l’extrême gauche sont les deux piliers "régaliens" de la République, à savoir la police et la justice. Ce n’est pas un hasard si les ultra-féministes ont commencé à dézinguer méthodiquement, dès hier, les ministres Darmanin (police) et Dupond-Moretti (justice), quitte à violer, pour le premier, le principe constitutionnel de la présomption d’innocence, et en allant chercher, dans les plaidoiries du second, des propos hostiles au mouvement MeToo. Cela pourrait rester une affaire infinitésimale (croyez-moi, dans mon coin de province, ce n’est pas le sujet majeur) si les médias n'étaient pas terrorisés – je pèse mes mots – par ce nouvel ordre moral.