Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2017

Suicide, mode d'emploi

valls.jpgOn avait déjà assisté à un suicide politique magnifique, un suicide d’anthologie, celui de Yannick Jadot, qui a délibérément fichu en l’air sa victoire aux primaires EELV pour se fondre anonymement dans la campagne de Benoît Hamon, lequel a terminé, étrillé, à 6 % des voix. Celui de Nicolas Dupont-Aignan fut aussi spectaculaire : sachant que Marine Le Pen n’avait aucune chance de gagner, céder à la tentation d’être son futur premier ministre fut fatal au maire d’Yerres, désormais dans les poubelles de l’histoire. Mais la folle déclaration de Manuel Valls, mardi, qui a lâché le PS sans être sûr d’avoir l‘accord électoral de "En Marche", a failli lui faire remporter, haut la main, le César du plus beau suicide politique !

19/12/2013

Supprimons le Parlement !

 assemblée.jpgAllez hop, circulez, une polémique chasse l’autre ! On ne parle déjà plus de cet étrange panel "citoyen" de 18 personnes politiquement et juridiquement irresponsables, qui a spectaculairement préconisé l’autorisation du suicide assisté, c’est-à-dire, excusez du peu, l’introduction du droit de tuer dans la législation française… par-dessus la tête du Comité national d’éthique et du Parlement ! Que vaut un tel "avis" ? Que dirait-on si un groupe de 18 individus pareillement réunis par l’IFOP – des gens "concernés", par exemple des parents de victimes de violeurs d’enfants – publiaient un "avis citoyen" favorable à 100 % au rétablissement de la peine de mort ?