Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2017

Ecrabouillé, le PS !

Hollande-Hamon.jpgL’actualité a plus d’imagination que ceux qui la commentent. Ainsi, qui aurait pensé en 2016 que la gauche traditionnelle, la gauche socialiste dite "non communiste", celle de Jaurès, Blum et Mitterrand, serait écrabouillée au premier tour des présidentielles de 2017 ? Il y avait bien eu ce précédent de juin 1969 où le malheureux Gaston Defferre, flanqué de Pierre Mendès-France, avait remporté 5,01 % des voix, mais le brusque départ du général de Gaulle, moins d’un an après mai 68, avait profondément bousculé le paysage ! La débandade de Benoît Hamon, elle, arrive à la suite d’un quinquennat où le PS, justement, était au pouvoir. Il dort bien la nuit, François Hollande ?

23/04/2017

Macron-Le Pen, quel enjeu ?

Macron-LePen.jpgLe second tour verra donc s’opposer la fille de Jean-Marie Le Pen (un passé bien lourd) et un jeune inconnu jamais élu par personne (un avenir bien léger). Un européen convaincu et plutôt libéral contre une souverainiste d’extrême-droite, il n’y a pas photo : bien entendu, je n’hésiterai pas une seconde, le 7 mai, et je voterai Macron ! En espérant que le jeune et sémillant président que Hollande a donné à la France – un peu malgré lui, certes – ne sera pas l’otage de tous les carriéristes, cumulards, opportunistes et magouilleurs qui voudront s’exonérer, grâce à lui, de ce quinquennat désastreux et conserver leurs postes comme si de rien n’était. Ouverture sur l’avenir ou recyclage des battus, c’est désormais l’enjeu de cette élection !

22/04/2017

Premier tour : déjà un perdant

primaires.jpgLe premier perdant de ce scrutin, c’est le dispositif des "primaires", mis en place par une classe politique restée très censitaire dans l’âme et désireuse de régler les affaires "entre soi" avant de les soumettre au bon peuple pour ratification. D’abord, la règle consistant à garantir au vainqueur les suffrages de ses adversaires battus a été pulvérisée, de Rugy à Valls, par des reniements peu glorieux. Ensuite, les deux champions ainsi désignés à gauche et à droite ont été vite relégués au second plan par deux candidats ayant ignoré cette étape ! Il faut dire que les primaires, c’est le retour au régime des partis à une époque, précisément, où les partis sont à l’agonie...

21/04/2017

Le troisième tour sera sanglant

législatives.jpgLe premier tour des présidentielles se joue dimanche. Mais le troisième tour obsède déjà le monde politique, car les législatives de juin seront sanglantes. Logiquement, trois candidats seulement sont certains de constituer un groupe parlementaire : Fillon (LR + UDI), Hamon (PS + EELV) et Le Pen (FN), aucun des trois ne pouvant prétendre à la majorité absolue. Macron, lui, n’aura de quoi constituer un groupe que s’il gagne la présidentielle ! Les autres, c’est-à-dire Mélenchon et Dupont-Aignan, et eux seuls, n’auront que deux ou trois élus (cas d’une personnalité très implantée ou d’une triangulaire hasardeuse) et ne pèseront en rien sur le quinquennat. Il y en a que ça va énerver grave.

20/04/2017

Loin de Paris et des médias...

fillon-2.jpgOublions le tam-tam des sondages. Je voyage un peu, je vois du monde, dans des milieux très divers, j’écoute ce qui se dit autour de moi… et je suis frappé, depuis quelques jours, d’entendre autant de personnes qui me disent avoir décidé, finalement, de voter Fillon. Un peu comme si l’électorat, après avoir été secoué comme jamais, retrouvait ses fondamentaux. Faut-il rappeler qu’en cinq ans, tous scrutins confondus, le score de la droite et du centre a tourné, en moyenne, autour de 36 %, et que cet électorat n’a pas pu se volatiliser ? Il y a comme un mouvement de fond, loin de Paris et des médias, qui appelle à poser une question cruciale : Fillon sera au second tour… mais contre qui ?

19/04/2017

Un recul de la raison

7787811253_marine-le-pen-francois-asselineau-nicolas-dupont-aignan-jacques-cheminade-et-jean-luc-melenchon.jpgIntox, confusion, ignorance, haine : chaque jour de cette campagne marque un recul de la raison. Et plus encore depuis que les médias doivent respecter l’égalité de temps de parole. Marre d’écouter les journalistes disséquer avec le plus grand sérieux, à la télé, les inepties infantiles de Philippe Poutou, les aberrations soûlantes de Nathalie Arthaud, les prêches simplistes de Jean-Luc Mélenchon, les billevesées souverainistes de Nicolas Dupont-Aignan, les mensonges réducteurs de Marine Le Pen, les incises absurdes de Jacques Cheminade, les obsessions marginales de François Asselineau et les élégies incohérentes de Jean Lassalle ! Qu’est-ce qu’ils doivent rigoler, Trump et Poutine !

18/04/2017

Fillon ou Macron ? Un sacré dilemme !

candidats.jpgA J – 5, je l’avoue, j’hésite encore. Entre Fillon et Macron, bien sûr. Le premier propose le programme le plus cohérent, le second incarne un rajeunissement indispensable. Centriste, libéral et européen depuis toujours, comment puis-je concilier raison politique et cohérence personnelle ? Voter Fillon, ce serait fermer les yeux sur les petits arrangements des politiques avec l’argent… que je dénonce régulièrement dans ce blog depuis dix ans ! Voter Macron, ce serait pactiser aveuglément avec tous les vieux socialos dont il est la roue de secours… alors que je les critique depuis quarante ans ! Et attendez, saperlipopette, imaginez mon dilemme s’ils se qualifient tous les deux pour le second tour !!

17/04/2017

Sciences Po plébiscite Mélenchon !

sciences po G.jpgLu sur le site du Point une étude sur les préférences électorales des étudiants de Sciences Po qui en dit long sur la déconnexion entre les présumées "élites" françaises et la réalité du pays. Ainsi, à Sciences Po Grenoble, les étudiants votent Mélenchon à 46,98 % (visiblement, on n’y enseigne plus l’histoire), et à 50 % en première année ! A noter que Philippe Poutou y atteint 5,17 % des voix, soit davantage que… François Fillon (4,31 %). Ami employeur de la région Rhône-Alpes, drh de grosse boîte ou patron de Pme, vous êtes prévenu : si vous engagez un diplômé de cette prestigieuse école, il y a une chance sur deux pour que vous soyez assez rapidement arrêté, jugé et fusillé.

16/04/2017

Comment sauver le PS ?

macron rebsamen.jpgLu dans le Bien Public, sous la plume de François Rebsamen, la stratégie des amis de François Hollande pour sauver le PS et rester au pouvoir après la défaite de Benoît Hamon : rallier massivement Emmanuel Macron dans le cadre d’une "coalition de gouvernement" et, aux législatives, d’une "plateforme de gouvernement" liant les candidats uniques, socialistes ou non, qui composeront la future "majorité présidentielle". C’est logique, crédible, cohérent… même si c’est un retour à la IVème République, au régime des partis, aux combinaisons d’appareil et aux micmacs politiciens dont, précisément, la quasi-totalité des Français ne veulent plus !

10:00 Publié dans Blog | Commentaires (3) | Tags : macron, rebsamen, ps, hollande |  Facebook | | Lien permanent

15/04/2017

Le principal enjeu du 23 avril

trump-poutine.jpgPour une fois, me voilà en phase avec François Hollande qui explique, dans Le Point, que la première tâche de son successeur sera "l’Europe, son avenir et même son existence". Faut-il rappeler que les deux plus farouches adversaires de l’Union européenne s’appellent Donald Trump et Vladimir Poutine ? Et que la France seule, prise entre ces deux géants pas franchement bienveillants, ne pèse rien ? Que tous les Mélenchon, Le Pen, Dupont-Aignan, Asselineau et autres démagogues irresponsables prônent la sortie de l'Europe les disqualifie définitivement aux yeux des électeurs qui regardent, de temps en temps, au-delà des frontières de notre tout petit hexagone !

14/04/2017

Le cauchemar absolu

Meluche-LePen.jpgDepuis quelques jours, les commentateurs se plaisent à évaluer les chances d’un second tour opposant Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen. Hypothèse peu probable, mais terrifiante. Car il n’est pas question de choisir entre ces deux candidats également négatifs et destructeurs : faudra-t-il voter pour celui des deux qui vomit le plus les journalistes, qui veut le plus la fin de l’Europe, qui déteste le plus la Cinquième République ? Quand j’entends évoquer cette hypothèse, je revois défiler toutes les séquences catastrophiques qui ont jalonné le XXe siècle, toutes dues au communisme, au nationalisme, et souvent aux deux. Mélenchon ou Le Pen ? Le cauchemar absolu.

12/04/2017

Qui veut parier sur Fillon ?

fillon,macron,présidentielle,sondagesFillon peut-il encore être élu ? Les sondages le condamnent, et pourtant : 1) Trop de gens, en France, n’ont pas digéré le quinquennat désastreux de Hollande, et n’acceptent pas que la droite classique et républicaine, celle de Pompidou, Giscard, Chirac et Sarkozy, celle qui rassemble gaullistes, libéraux, démocrates-chrétiens et indépendants, soit privée de second tour. 2) Trop de gens ont peur du monde dans lequel nous entrons, et trouvent le jeune Macron brillant, certes, mais un peu léger : tant pis pour les désolantes embrouilles financières du ménage Fillon, ceux-là, dans l’isoloir, voteront pour un président solide, expérimenté et entouré d’une vraie majorité. Qui veut parier, pour le fun ?

11/04/2017

Deux poids, deux mesures

canard-enchaine.jpgJe ne crois pas aux complots médiatiques. Je remarque seulement qu’aucun media, depuis janvier, n’a trouvé intéressant d’enquêter sur le travail – fictif ou non – de la femme de Nicolas Dupont-Aignan, qui est son assistante parlementaire depuis 1997. Ou sur l’étrange embauche – légale ou arrangée – de la fille de Jean-Luc Mélenchon, sénateur de l'Essonne, au conseil général de l’Essonne en 2009. En revanche, jusqu’au bout, tous les medias auront relayé sans barguigner la moindre info vérifiée ou non concernant Fillon : hier encore, 13 jours avant le scrutin, Mediapart a "découvert" une info vacharde sur Pénélope qui date de 1982 et qu’aucun journaliste, dites donc, n’avait sortie en trente-cinq ans !

16:11 Publié dans Blog | Commentaires (10) |  Facebook | | Lien permanent

10/04/2017

Mélenchon a du talent

melenchon-a-strasbourg.jpgLa progression de Jean-Luc Mélenchon dans les sondages est explicable : l’homme est un bon orateur, contrairement aux dix autres candidats. Ce qui l’est moins, c’est l’incroyable complaisance dont fait preuve à son égard la nouvelle génération de journalistes qui n’a jamais lu, visiblement, les livres de Hanna Arendt, Raymond Aron ou François Furet. Et qui trouvent raisonnable de sortir de l’Union européenne, de quitter la protection de l’OTAN, de s’allier à Cuba et au Venezuela sous la tutelle de la Russie et de l’Iran ! Ho, les confrères, on se renseigne ! Hitler aussi, toute révérence gardée, était un bon orateur en janvier 1933, quand il a remporté les élections en Allemagne !

09/04/2017

Entre les ouuuuuh et les aaaaaaah !

mélenchon.jpgDans l’immense café du commerce où s’invectivent nos compatriotes depuis deux mois, il est frappant de voir à quel point la propension naturelle des uns et des autres est de hurler avec les loups : ouuuuuuh contre Fillon, ouuuuuuh contre les journalistes, ouuuuuuh contre l’Europe ! Pareil dans l’autre sens : aaaaaaah qu’il est beau Macron, aaaaaaaah qu’il est cultivé Mélenchon, aaaaaaah qu’il est rafraîchissant Poutou ! Là où cela se complique, c’est que ces modes sont de plus en plus éphémères et changeantes. Faut hurler vite, de nos jours ! Au point qu’à essayer de suivre le mouvement, commentateurs et observateurs ne trouvent plus le temps de lire les programmes…

08/04/2017

Qu'est-ce que le "vote caché" ?

vote-caché.jpgLe "vote caché" est un nouveau concept politique qui traduit la volonté, pour un électeur, de ne pas dire pour qui il va voter. Un exemple ? Ségolène Royal, qui va évidemment rallier Emmanuel Macron (sinon, elle dirait qu’elle va voter Hamon) refuse de le dire, à quinze jours du scrutin, pour ne pas s’en prendre une de la part de son ancien collègue du gouvernement à qui tous ces ralliements d’éléphants du PS vont finir par faire perdre des voix ! Le "vote caché", c’est aussi ces 4 à 5 % d’électeurs qui n’osent pas dire qu’ils vont voter Fillon pour ne pas se faire insulter par leurs potes séduits par Macron. Et si c’était, surtout, la marge d’erreur dont se réclameront les sondeurs au lendemain du 23 avril ?

07/04/2017

Le retour de l'ordre moral

auréole.jpgQu’est-ce que le populisme ? C’est quand on vote avec ses tripes, et non avec son cerveau. Quand on privilégie massivement l’émotion, la croyance ou la haine plutôt que la raison politique. Exemple, que j’emprunte au philosophe Jacques Julliard : ne pas voter pour quelqu’un dont les journaux ont dit qu’il était malhonnête, vu que la malhonnêteté, c’est pas bien ! Et tant pis pour son programme. Quand les critères moraux se substituent aux critères politiques, écrit Julliard, on risque d’instituer une dictature de l’ordre moral qui, dans l‘histoire, a toujours été une défaite de la pensée. Comme l’écrit Luc Ferry : "Préférez-vous être opéré par un bon chirurgien ou par un chirurgien bon ?"

06/04/2017

Il est sympa, Poutou !

poutou.jpgIncroyable unanimité des commentateurs politiques, au lendemain du grand débat de mardi : "Poutou et Arthaud ont été rafraichissants", "enfin des gens du peuple s’exprimaient dans la campagne", etc, etc. D’abord, si mes estimés confrères lisaient le programme des deux jeunes trotskistes, ils sauraient qu’en tant que représentants de la presse bourgeoise, ils seraient les premiers à être virés de la télé en cas de victoire de l'un ou de l'autre ! Ensuite, savent-ils que la France est le seul pays du monde où deux groupuscules hyperminoritaires, tels des sectes surgies du passé, se réfèrent encore en 2017 au cinglé fanatique qui créa l’’Armée rouge en 1918 ?

05/04/2017

Grand débat, petits candidats...

grand-debat-les-11.jpgPas si mal maitrisé, ce débat à onze qui aurait dû tourner à la foire d’empoigne. On y a pérennisé un nouveau concept électoral, jusque-là réservé aux journalistes : tout dire en 1 minute 30 ! Il est vrai que les politiques s’expriment désormais par des tweets de 140 signes… Reste qu’on se demande ce que font là Cheminade, Asselineau et Lassalle. Et pourquoi il y a deux trotskistes sur le plateau, alors que Mélenchon appelle déjà à la lutte des classes. On a aussi vérifié que Dupont-Aignan et Hamon sont gentils, mais pas au niveau. Que Marine Le Pen est décidément désagréable. Et qu’il est bien difficile, sur le fond, de distinguer Fillon et Macron surtout sur des programmes émis en 1 minute 30 !

04/04/2017

François Fillon a un défaut

Fillon-Bourdin.jpgDepuis deux mois, au fond, les médias creusent, développent et moulinent la même information : François Fillon, un des principaux candidats à la présidentielle, a un défaut désolant, il est pingre ! Il gratte sur tout, il profite de tous les privilèges cachés qu’offre la vie publique ! Bon. J’ai bien connu deux éditorialistes célèbres (au Monde et à l’Express) qui souffraient de la même pathologie et que cela n’empêchait pas d’être de grands journalistes ! La question qui commence à émerger après deux mois de tohu-bohu médiatique, de condamnations morales et de régression intellectuelle, est celle-ci : le 23 avril, voterons-nous sur la pingrerie de Fillon ou sur l’avenir de la France ?