Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/06/2012

Paris perd son sourire

 terrasse.jpgC’était un des grands bonheurs qui faisaient aimer Paris à la folie : choisir une petite table sur le trottoir, en terrasse mais abritée du soleil, commander un demi, ouvrir un livre et le poser de temps en temps pour regarder passer les jolies filles... Sauf que Paris a changé, et pas en bien : "Un demi à 12h10 ? Impossible, il faut déjeuner, monsieur !" "Désolé, Monsieur, cette table-là, elle est pour quatre !" "Ah ! La maison ne prend plus la carte bleue : vous avez un distributeur de l’autre coté du carrefour !" "Les toilettes, c’est en bas, mais attention, maintenant c’est payant !" Faire payer l’accès de chiottes à la turque : il n’y a qu’à Paris qu’on voit cela !

11:07 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : paris, cafés, terrasse |  Facebook | | Lien permanent

Commentaires

Bonjour,
Ce que vous constatez est bien le reflet de ce que j'entends très souvent dans nos chères brasseries parisiennes, et pas seulement parisiennes d'ailleurs. L'autre jour à Denicé, dans le Beaujolais, sur la place de l'église, une cousine demande si elle peut profiter ... des toilettes. Non Madame, vous n'êtes pas clientes. Il y avait un mariage et quelques 300 personnes dans un périmètre de 200 mètres autour de l'église. Sympa ... et très galant. "Galant, Madame ? mais c'est bien dépassé ce dont vous me parlez!!...". Il y a 1 mois, nous étions à Venise. Quelle bonheur. Les bistrotiers, les commerçants, les restaurateurs, vous accueillent avec le sourire. Ils vous reconnaissent et vous reçoivent comme un habitué lorsque vous venez pour la seconde fois ... Je suis triste de devoir dire que les Français qui se targuent d'être au 1er rang pour le tourisme, le luxe, l'art de vivre ... sont de piètres commerçants, et humainement souvent bien médiocres.
Très cordialement,
Marc RICHARD, Parisien.

Écrit par : Marc RICHARD | 22/06/2012

Les commentaires sont fermés.