Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/01/2016

Un goût de France profonde

Obs-Mar-5.JPGIl y avait du monde, hier, aux obsèques de Bernard Maringe, l’ancien maire de Grandchamp (89). Entre 600 et 700 personnes, deux fois la population totale de son village ! Dans l’église archibondée, un tiers des gens connaissait les cantiques, un quart a communié, noyés dans une majorité de mécréants respectueux et recueillis, venus dire adieu à leur ami Bernard, lui-même très croyant. J’aimerais tant que mes confrères journalistes parisiens connaissent, au confluent du religieux et du culturel, cette France profonde, unie, plurielle, diverse et pacifique. Cette France qui a si peur qu’on lui impose un autre style de vie que le sien, et qui ne mérite pas le mépris que lui témoignent trop souvent les grands médias.

01:40 Publié dans Blog | Commentaires (5) |  Facebook | | Lien permanent

Commentaires

Oui Monsieur Lecomte nous étions nombreux pour le dernier voyage de Bernard, une très belle messe, simple à son image avec les valeurs chrétiennes que nous avons chantéet tellement belle ! Bernard autour de son épouse, ses enfants et petits enfants . Émouvant qu'il soit protégé par la vierge Marie.

Écrit par : lecocq josette | 14/01/2016

Psaume 1 : Heureux l'homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, qui ne s'arrête pas sur la voie des pêcheurs. Et qui ne s'assied pas en compagnie des moqueurs, mais qui trouve son plaisir dans la loi de l'Eternel. Et qui la médite jour et nuit!

Écrit par : Alain De Vos | 14/01/2016

Merci mille fois pour ce très beau et très vrai commentaire sur les obsèques de notre père, il vous aimait et vous appréciait beaucoup et vos propos justifie largement l'amitié qu'il vous portait.

Écrit par : Sylvie Maringe | 12/03/2016

Bonjour Sylvie,


les années filent filent filent... Je n'ai appris que tard le décès de ton papa, je ne peux que te dire combien il était pour moi un homme important de ma vie . Je t'embrasse fort , vous espère tous en bonne santé. JLM

Écrit par : Jean Luc MOREAU | 04/04/2016

Bernard...que dire....Bernard était presque un père pour moi; il m'a appris tant de choses, des champs aux forêts, des moutons aux cochons, aux moissons, aux tracteurs, sur la nature, sur le respect de cette nature, des traditions , le sens de l'honneur, savoir garder la tête haute , faire face à l'adversité, être fort et droit et garder le sourire ; bref, j'ai "respiré" Bernard chaque grandes vacances durant des années, côtoyant ses enfants et sa famille que je salue tous ici et auxquels je pense régulièrement, car comment oublier ces années passées ....Alors Bernard, je te salue ici , comme je te garde depuis toujours au fond de moi , à cette place essentielle en moi, toi qui m'a tant donné, tant apporté, j'avais 8/14 ans j'en ai juste 45 de plus maintenant et toujours ton sourire accroché à ma mémoire comme celui de Catherine . Alors, Bernard, j'ose dire , Mon Bernard, ces lignes pour moi son le minimum de ma reconnaissance éternelle à ta sincérité et à ce que tu m'as donné , sans jamais attendre en retour et que je n'oublierais jamais. Repose en paix et je t'aime ; peut-on dire je t'aime à un homme ? Je le pense et l'ai dit à l'instant . Oui, j'ai eu la chance de vivre Bernard ; mille pensées à toute sa famille. JLM

Écrit par : Jean Luc MOREAU | 04/04/2016

Les commentaires sont fermés.