Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/02/2014

Autun, ville interdite ? (2)

Tente-2010.JPGDécidément, le temps est à l'ostracisme. Mon éditeur (First) m'a averti qu'il avait reçu un courriel des organisateurs du salon du livre d’Autun – les mêmes qui ont expliqué vendredi à la directrice des Editions de Bourgogne, Evelyne Philippe, qu’elle n’était pas la bienvenue à Autun en avril – lui notifiant leur refus de m’inscrire à leur salon (auquel ils m’avaient invité en 2009, 2010 et 2013) et où je devais présenter La Bourgogne pour les Nuls. Cette année, à l'évidence, je sens le gaz. J’ai beau être gentil, ces mœurs politiques staliniennes commencent à me chatouiller les naseaux…

 

11:12 Publié dans Blog | Commentaires (3) | Tags : autun, livre, censure, salon |  Facebook | | Lien permanent

Commentaires

voici ce que M lecomte disait en 2008:
28/04/2008
La fin des "salons du livre"
Un par un, les "salons du livre" de ma région sombrent dans l’atonie. Hier, c’était le tour d’Autun, dans le Morvan. Dimanche dernier, c’était le salon de Sens. "Venez armé, aurait pu dire Victor Hugo : l’endroit est désert !" De moins en moins de public, de moins en moins d’auteurs - à part les professionnels du genre : Zappy Max, Maurice Joffo, André Gaillard, Nadine de Rotchild et quelques autres figures sympathiques, qui sont à la littérature ce que Nicoletta est au hip-hop et Pierre Tchernia à la télévision numérique. Manque de professionnalisme, manque de communication, manque d’ambition : de Dijon à Tonnerre, de Nevers à Monéteau, de gentils retraités reconduisent chaque année le train-train bénévole et poussiéreux d’une activité en déliquescence. Dans une indifférence générale qui tourne au tragique.

Écrit par : bernard lecomte | 17/02/2014

Effectivement, je me rappelle très bien que le salon de Sens-Paron avait été un fiasco, et j'en avais tiré, en rentrant, ce petit texte qui ne casse pas trois pattes à un canard. Je suis plein d'admiration pour l'acharnement avec lequel des gens que je ne connais pas, évidemment anonymes, sont allé fouiller dans les 2.400 notes publiées sur ce blog (!) pour y trouver de quoi justifier la haine qu'ils me portent. Chapeau.

Écrit par : blecomte | 18/02/2014

On se croirait au Cabinet de la Garde des Sceaux!

Écrit par : Baobab | 18/02/2014

Les commentaires sont fermés.