Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/02/2017

C'est la faute à Hollande

francois-hollande-portrait.jpgPourquoi le débat présidentiel s’est-il enlisé dans un fatras de polémiques sordides ? Parce qu’il n’y a plus personne, hélas, trois fois hélas, pour juger, en bien ou en mal, le quinquennat qui s’achève : le critiquer est parfaitement inutile puisqu’aucun candidat, même socialiste, ne s’en réclame ; et à quoi bon le défendre, puisque l’électorat, à l’évidence, veut passer à autre chose ? Cette situation inédite est malsaine. Comment peut-on, à gauche, expliquer qu’on va faire encore mieux ? Et à droite, promettre qu’on va faire le contraire ? Mieux que quoi ? Le contraire de quoi ? Comment progresser dans le vide, sans repère ni référence ni perpective, comme des poissons rouges dans un bocal ?

00:59 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : hollande, bilan, quinquennat |  Facebook | | Lien permanent

Commentaires

la situation est passionnante au contraire: on se trouve devant une page blanche sur laquelle on peut tout écrire, y compris une aventure populiste qui nous mènera droit dans le mur, une utopie d'un monde où on n'a plus besoin de travailler, et une marche en avant vers un brouillard rose plein de rêves.... C'est pas stimulant ça?

Écrit par : Claude Bardot | 16/02/2017

Les commentaires sont fermés.