Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2017

Une simple erreur de traduction

Notre_Pere.jpgUn simple verbe changé dans le Notre Père, ce 3 décembre, et c’est une révolution ! Pour les gens de mon âge, surtout s’ils ont eu la chance de faire du latin, cette affaire n’en est pas une. "Et ne nos inducas in tentationem", avions-nous appris au catéchisme, c’est-à-dire "Ne nous laissez pas succomber à la tentation". Quand, après le Concile, il fallut réciter "Et ne nous soumet pas à la tentation", on l’a fait, bien sûr, comme tout le monde, mais avec la conscience d’une faute de traduction : allons, comment Dieu pouvait-il nous soumettre à la tentation ? Cinquante ans après, l’erreur est corrigée. Dont acte. A l’aune d’une histoire deux fois millénaire, c’est une péripétie !

18:40 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : prière, eglise, notre père |  Facebook | | Lien permanent

18/10/2013

Y a un bug dans le Pater !

 tentation.jpgLe Notre Père, sujet de polémique, on aura tout vu ! Comme tous les chrétiens de mon âge, je récitais naguère "Ne nous laissez pas succomber à la tentation" ou, en latin, "Et ne nos inducas in tentationem". Comme beaucoup, je n’avais jamais douté que la traduction post-conciliaire "Ne nous soumets pas à la tentation" fût erronée : dans l’Evangile, c’est Satan qui tente, ce n’est pas Jésus ! Ce n’est pas de la haute théologie, mais du bon sens. Allons, entre l’araméen, l’hébreu, le grec, le latin et le français, il arrive à l’Eglise de bugger. Et aussi de se repentir, la preuve ! Pour sa pénitence, elle récitera une dizaine de Pater

10:30 Publié dans Blog | Commentaires (2) | Tags : notre père, eglise, jésus, satan |  Facebook | | Lien permanent