Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2016

Bite, baise, chatte et caca-boudin !

hanouna-cyril-matthieu-delormeau.jpgLa télévision est de plus en plus vulgaire. Du plateau de Laurent Ruquier au canapé de Michel Drucker, les animateurs et leurs invités rivalisent de blagues salaces, de mots grossiers et de vannes ordurières. Les humoristes autoproclamés, notamment, se régalent de pets, de touche-pipi et de bite-à-cul : chier, baise, chatte et caca-boudin, qu’est-ce qu’on se marre ! Est-ce être réactionnaire que de rappeler qu’à la génération précédente, ni Raymond Devos, ni René Goscinny, ni Robert Lamoureux, ni Jacqueline Maillan, ni Bourvil, ni Sempé, ni Louis de Funès, ni Fernand Raynaud n’ont jamais proféré le moindre gros mot ?

Commentaires

le mot grossier n'est "efficace " que dans la transgression , ce qui suppose une utilisation parcimonieuse et surtout le choix de l' instant.
Ces émissions télévisées d'Hanouna , de Ruquier ,et de bien d'autres sont des exhibitions d'adolescents ( hélas, souvent beaucoup plus âgés) .
Ils banalisent la grossièreté :c'est l'apanage des malotrus.
Ils ne savent pas que quand son usage est exceptionnel et choisi
cela peut renforcer l'expression de leur pensée.
Mais pensent-il?
Merci Brassens.

Écrit par : Jean-Louis PIERQUIN | 08/11/2016

Écrire un commentaire