Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/12/2015

Merci à André Comte-Sponville

CS-dedic-1.jpgFaire une pause en compagnie d’un philosophe, en pleine période électorale : cela fait un bien fou. Avec André Comte-Sponville, les 160 invités du Club des Ecrivains de Bourgogne ont passé hier soir, à Dijon, une soirée délicieuse – à manier des concepts, à ordonner sa pensée, à visiter les Anciens, à s’interroger sur le sens et la finalité de tout cela ! Cela nous a changés des insultes minables, des arguments de bas étage et des haines irraisonnées qui polluent, plus que jamais, le débat démocratique. Un peu de recul ne nuit pas, surtout avec un maître de cette catégorie ! Merci, cher André, pour ce petit moment de bonheur arraché à un univers de brutes…

01/10/2015

La morale de l'info

RaphaelEnthoven.jpgC’est une très bonne idée que d’avoir glissé un peu de philosophie dans la tranche d’info, sur Europe 1, chaque matin. Le traitement de l’actualité s’est tellement racorni, depuis quelques années, qu’il est plaisant d’entendre le talentueux Raphaël Enthoven jongler avec les concepts, ouvrir sur d’autres mondes, secouer les idées toutes faites. Je reprocherai seulement à l’ami Raphaël de céder trop souvent à la tentation politicienne. Quand il parle de Manuel Vals ou de Nadine Morano, le voilà, lui aussi, qui s’enferme, condamne, tranche. Comme un militant, un journaliste ou un juge. Ce n’est pas ce qu’on attend de lui. La morale de l’info : un philosophe qui tranche, ce n’est plus un philosophe.

02/09/2009

Hommage à Kolakowski

Kolakowski.jpgQue s’est-il passé, cet été, qui ait échappé aux médias ? La mort de Leszek Kolakowski. Le polonais d’Oxford était un des plus grands philosophes de sa génération. Et il avait un humour dévastateur. Je l’ai interviewé plusieurs fois. Un jour, il m’a raconté une réunion de scientifiques organisée à Castel Gandolfo, chez Jean-Paul II, avec Czeslaw Milosz, Emmanuel Levinas et quelques autres grands esprits européens. Comme il s’ennuyait un peu, Kolakowski avait discrètement rédigé une fausse bulle papale, en latin de cuisine, prononçant l’excommunication de Levinas, qu’il n’aimait pas beaucoup. De gloussements étouffés en sourires de potaches, le papier est arrivé jusqu’au pape qui a éclaté de rire. Gamins, va !