Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/08/2016

Hollande réélu en 2017 ?

hollande-rio.jpgDans l’avion qui le ramenait du Brésil, François Hollande a tranquillement expliqué aux journalistes qui l’accompagnaient la clef de sa stratégie pour 2017. Pour lui, c’est clair : 1) On n’est jamais élu sur un bilan, mais sur un projet pour l’avenir : son premier mandat n’aura donc aucune importance à l’heure du scrutin présidentiel. 2) En France, l’économie ne joue qu’un rôle marginal, surtout à l’heure de la menace terroriste : les électeurs choisiront entre le candidat de gauche protecteur de la démocratie (lui, en principe) et une forte tentation autoritaire menaçant les libertés (la droite et l’extrême droite). Tout le reste, à l’entendre, est littérature. Et s’il avait raison ? 

Commentaires

Et pourquoi pas ?

Écrit par : Olivier Da Lage | 07/08/2016

Répondre à ce commentaire

Heureusement qu'il ne sera pas au second tour et que le parti socialiste va disparaître avec 10%.

Les citoyens français ne sont pas dupes, ils attendent des résultats économiques. La politique appliquée à cet effet est un échec et chacun le ressent dans son porte-monnaie, parce qu'il a des enfants qui recherchent un emploi réellement payé, en attente d'une véritable instruction et formation. Quant aux libertés, elles sont inscrites dans la loi et personne n'a l'intention de faire de la France une dictature, tous partis confondus. Aller sur ce terrain, c'est mentir aux électeurs.
Encore quelques mois à attendre pour que les socialistes et la terreur qu'ils instruisent, disparaissent. Le dogme socialiste n'est pas un programme. mais la responsabilité, le sens de l'initiative pour créer des entreprises et des jobs, ça c'est un vrai projet.

Écrit par : Alain De Vos | 08/08/2016

Répondre à ce commentaire

Il a sans doute raison sur le faible poids des questions économiques surtout en période de menace terroriste. Mais là où il a tort, c'est que les électeurs n'auront aucun problème à choisir un parti autoritaire menaçant les libertés, au nom de la sécurité. Notre pays est hélas en proie au mythe du tout sécuritaire, tous les partis s'y engouffrent mais à ce jeu-là c'est rarement la gauche qui gagne.

Écrit par : Marie | 09/08/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire