Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/01/2017

On change de monde

feministes.jpgEst-ce être réac de constater qu’on change de monde, et pas forcément en mieux ? L’autre soir, à la télé, le sympathique Julien Clerc racontait que son père était un grand bourgeois très exigeant et très cultivé, mais qu’enfant, il se détendait chez sa mère créole, dans un milieu très populaire où l’on écoutait, tenez-vous bien, des disques de Brassens, Brel et Barbara. Vu, le saut de civilisation ? Vous imaginez Cyril Hanouna programmer des chansons de Barbara ? De même, samedi, en voyant les manifestantes féministes anti-Trump se rassembler sous la banderole "Mon vagin t’emmerde !", je n’ai pu m’empêcher d’aller relire quelques pages de George Sand et de Colette…

Commentaires

Ce n'est pas être réactionnaire de constater l'évolution du monde.

Mais s'interroger sur cette évolution paraît assez légitime. Le 18è, puis le 19è voire le 20è (dans une moindre mesure) nous a donné des écrivains de taille.
On peut douter depuis une trentaine d'année que nous ayons une veine identique de hauteur de vue.

Écrit par : Alain De Vos | 23/01/2017

Écrire un commentaire