Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/05/2015

Hôpital public : il y a urgence !

Hirsch.jpgUn souvenir précis. Le 5 février 2005, en tant que "rédacteur en chef" du Journal Inattendu de RTL, j’avais débattu avec un jeune espoir du PS nommé Arnaud Montebourg sur le sujet des 35 heures. L’élu bourguignon avait admis, déjà, que l'application de la loi Aubry dans les hôpitaux publics avait été une erreur : le système des RTT y avait tout désorganisé. Un peu plus de dix ans plus tard, c’est avec beaucoup d’audace que le patron de l’Assistance publique, Martin Hirsch, vient de déclarer qu’il faudrait réformer le système des 35 heures dans les hôpitaux publics. Fichtre ! Vous allez voir que dans dix ou quinze ans, le chef du gouvernement de l’époque va commander un rapport sur le sujet !

19/04/2012

Petites trahisons entre amis

fadela.jpgLes mauvaises langues disent qu’ils ont attendu les derniers sondages pour clamer urbi et orbi, qu’on se le dise, oyez bonnes gens, qu’ils allaient finalement voter Hollande : Fadela Amara (ex-ministre de droite), Jean-Jacques Aillagon (ex-ministre de droite), Martin Hirsch, (ex-ministre de droite), Azouz Begag (ex-ministre de droite), Corinne Lepage (ex-ministre de droite), Jean-Pierre Jouyet (ex-ministre de droite), etc. Interviewé hier sur ces spectaculaires pirouettes électorales, François Hollande a déclaré : "Un destin de traître, cela vous suit toute la vie !". Mais il ne parlait pas de ceux-là, il parlait d’Eric Besson, ex-socialiste devenu, lui, ministre de droite : ce n’est évidemment pas du tout la même chose !

08:20 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : amara, hirsch, traître, besson, lepage |  Facebook | | Lien permanent

04/09/2010

Martin Hirsch est dangereux

Martin_Hirsch.jpg L’info vient de Geneviève Jurgensen, de La Croix, qui l’a entendue, au cœur de l’été, à la radio de sa voiture. Au micro de Joy Sorman, sur France Inter, le 27 juillet, l’ex-ministre Martin Hirsch a émis, sans rire, l’idée de rétablir le suffrage censitaire, au nom d’un principe tout simple : dans notre société vieillissante, dit-il, les jeunes devraient bénéficier de plus de voix que les vieux. Plus précisément : "…autant de voix qu’on a d’années d’espérance de vie". Vu que les lois adoptées aujourd’hui comptent pour 40 ans, ceux qui ont 40 ans à vivre sont davantage concernés que ceux qui n’en ont plus que pour 5 ou 10 ans. Ben tiens ! Et pourquoi pas retirer le droit de vote aux plus de 80 ans ? Comme quoi on peut être hyper intelligent et dire de très, très grosses conneries.