Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/11/2017

Vanité de la chose écrite

jean paul I.jpgCe qui fatigue un écrivain, ce n’est pas d’effectuer de longues recherches, de rédiger ses livres avec minutie et d’enchaîner ensuite les conférences sur les sujets qu’il a explorés. C’est de constater, au fil des ans, la vanité de la chose écrite. Depuis trois jours, les médias italiens titrent avec fracas : "Le pape Jean-Paul Ier n’a pas été assassiné !", ce que "révèle" un nouveau livre publié à Rome avec la bénédiction de la Curie. C’est exactement ce que j’expliquais dans mon livre "Les secrets du Vatican" (Perrin, 2009), traduit et publié en italien sous le titre "I misteri del Vaticano" (San Paolo, 2010). Bon, c’est ainsi, un livre chasse l’autre, la vie est un perpétuel recommencement…