Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/04/2019

Benoît XVI avait tous les défauts !

Benoit-XVI.jpgJ’avais entendu dire que le livre "Sodoma" étrillait Jean-Paul II, aussi me suis-je fait un devoir de le lire jusqu’au bout. Surprise : le pape polonais n’y fait l’objet d’aucune attaque personnelle (contrairement aux seconds couteaux de l’époque, Casaroli, Dziwisz, Sodano, Trujillo, Marcinkus, tous accusés des pires turpitudes). En revanche, le malheureux Benoît XVI y est traité de tous les noms (pervers, schizophrène, homophobe maladif, obsédé, paranoïaque, cruel, hypocrite, diabolique, etc) sur des dizaines de pages (p. 485-521 et 538-549) où il est écrabouillé sous les insultes les plus crues, les révélations les plus étranges et les accusations les plus sordides. Quelle idée, aussi, de s'être opposé au mariage gay !

05/03/2019

"Sodoma" : trop de conditionnels...

sodoma suite.jpgPas sûr d’aller jusqu’au bout de la lecture du livre Sodoma ! Ce qui est très gênant, dans cet ouvrage hétéroclite, ce sont toutes ces statistiques invérifiables – 80 % des prélats du Vatican seraient homosexuels, 80 % des cardinaux seraient gays, 75 % des prêtres mexicains seraient homos, etc, etc, etc – qui truffent l’ouvrage sans que jamais l'auteur ne s'engage sur un chiffre réel : "Je ne mets, sous ma plume, aucune statistique" (sic). Un peu facile ! Un recueil de 632 pages d’affirmations scandaleuses au conditionnel, souvent anonymes, lardées de "peut-être", de "dit-on", de "pas certain" et de "peut-être aussi", c'est très fatigant à lire. Et à croire.

00:23 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : sodoma, homosexuels, vatican, sexe |  Facebook | | Lien permanent

25/02/2019

"Sodoma" : pas convaincant !

71BwhK6B2-L.jpgSuis en pleine lecture de Sodoma (632 pages !). L’enquête-choc de Frédéric Martel sur l’homosexualité au Vatican est bien menée, bien racontée, mais elle a deux faiblesses majeures. 1) L’auteur veut tout expliquer par ce prisme, et il a bien tort : ses pages sur la théologie de la libération en Amérique du sud, par exemple, ne convaincront aucun de ses lecteurs. 2) Le livre contribue à la confusion générale en annonçant la disparition de la religion catholique sous le double poids de l’homosexualité et de la pédophilie. Or, ce méli-mélo sulfureux est insupportable : faut-il rappeler qu’un prêtre homosexuel n’est ni un malade, ni un criminel ? A suivre !