Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/04/2015

Sncf : on finirait par ne plus réagir

Gare-2.jpgOn finirait par ne plus réagir. Avant-hier, à Bercy, surprise : le TER de 16h31 pour Joigny est supprimé. Il y a des grèves. Aucune explication. Il paraît qu’une demi-douzaine de cheminots manifestent à Dijon contre des suppressions de poste en centre ville. Il faut donc attendre le train suivant, qui roule au ralenti parce qu’il est archi-bondé, des voyageurs debout dans la plupart des voitures. Debout ! Comme en Haute-Volta ! Arrivé chez moi pour dîner, crevé, deux rendez-vous ratés. Les cheminots, vous savez, ces gens qui partent en retraite 12 ans avant les autres et dont les régimes spéciaux, un comble, sont financés par les impôts régionaux !

12:30 Publié dans Blog | Commentaires (2) | Tags : sncf, grèves, cheminots, joigny |  Facebook | | Lien permanent

Commentaires

Et je ne vous parle pas du calvaire que nous vivons nous les franciliens...la Haute Volta deux à trois fois par semaine...et sans aucune information bien sûr!

Écrit par : Blanchetste | 18/04/2015

Sarko n'avait-il pas fait voter une loi sur le service minimum dans les transports publics ?
Et que dire de la grève de plus d'un mois de Radio-France ?

La seule question que les journalistes fouineurs ne posent jamais: les grévistes sont-ils payés ?

C'est la réforme mère de toutes les autres (sinon la France sera bloquée au bout de mois): interdire la grève dans le service public ou en tout cas la rendre coûteuse comme dans le privé !
Sinon le scenario à la grecque nous menace !

Écrit par : Pasfat | 20/04/2015

Les commentaires sont fermés.