Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/08/2016

L'hystérie est mauvaise conseillère

burkini.jpgIl est dans un sale état, le pays des droits de l’homme ! Qui aurait pensé, il y a encore 20 ans, que l’on ne pourrait plus se baigner, sur les plages de notre beau pays, dans la tenue de son choix ? Ou qu’une majorité d’hommes politiques français exigeraient d’interdire le port du foulard aux étudiantes étrangères venues étudier dans nos universités ? Voilà deux vertigineux retours en arrière ! L’hystérie anti-islamiste fausse le jugement et provoque, à l’approche des primaires, un concours de démagogie sécuritaire. Voyez la folie qui nous gagne, depuis trois jours, à propos d’une rixe estivale entre des Français corses et maghrébins : elle va mal, la France !

Commentaires

Article trouvé dans une discussion sur FB que je trouve pertinent :
Amar Bellal
15 août, 20:05 ·
Assez perplexe face à certains arguments tentant de relativiser le phénomène "burkini" en comparant cette pratique avec des tenues de plongée...
D'un côté il y a une nécessité physique et pratique (protéger et réchauffer son corps lors de la plongée) et de l'autre côté on a un phénomène nouveau dans l'espace public, et dont je pense qu'il n'a rien d'anodin, rien à voir avec un fait culturel ou autre du à l'arrivée de populations nouvelles, mais à voir avec une démarche politique de revendication.

Dans les années 80-90 il y avait ce qu'on peut appeler la première génération, les premiers français issus de parents "musulmans" (en gros Afrique du Nord, ceux qu'on englobe par le terme "arabe"). A l'époque pas de Burka, je n'ai jamais entendu parler de Burkini, et jamais personne dans mon entourage parmi les parents immigrés, et encore moins leur gosses, n'auraient eu un jour l'idée d'avoir cette pratique, pis, revendiquer de pouvoir l'avoir dans l'espace public. Il y avait plus ou moins (et souvent pas du tout!) tout au plus des pratiques de ramadan, de prières, mais la priorité c'était de s'insérer, de se faire accepter pour le dire vite, de s'intégrer par l'école entre autre, en étant conscient aussi qu'on vivait dans un pays avec une longue histoire, des traditions etc... Au collège on avait droit par exemple à un menu sans porc (au choix), et d'autres signes montraient qu'il y avait un vrai retour, un effort des institutions républicaines qui savaient s'adapter à des populations nouvelles: j'oserais dire que la France a pratiqué une laïcité ouverte on va dire, bienveillante. Il faut rendre à César ce qui appartient à César. Cela fonctionnait aussi car il y avait un pari de l'intégration et de "donner du temps au temps", pour les futurs générations. Je ne cache pas que je suis un pur produit de cette école républicaine et c'est pour cela que je défends les valeurs républicaines et de laïcité, et notre système éducatif (lourdement attaqué, je le sais...) dans ce qu'elles ont de meilleur. Bien-sûr il y avait du racisme, des discriminations à l'époque et encore maintenant...Mais il y a aussi beaucoup de bienveillance et de personnes formidables en France comme mes professeurs qui dans leur écrasante majorité nous encourageaient.

Ce qui m 'interpelle aujourd'hui hui, c'est que 20-30 ans plus tard, en 2016, on en est à des revendications incroyables de type Burka et Burkini. Il est clair que cela ne peut pas venir des premiers arrivants ouvriers comme mes parents ni même de la première génération de français, mais bien de la 2ème voir 3ème génération, voir de convertis qui ne sont pas du tout d'origine immigrée. C'est donc une démarche qui est apparue en France et non pas importée par la culture des immigrés des années 60-70...rien à voir non plus avec un fait culturel massivement partagé par l'arrivée de populations nouvelles, mais bien le fait d'une minorité avec une démarche clairement politique et prosélyte. Disons le clairement, l'écrasante majorité des musulmans en France ressent ces revendications avant tout comme une provocation inutile et dangereuse pour elle même (on le voit, c'est pain béni pour le FN ce genre de revendications, et le FN, ses idées, sont la première menace). Parfois quand j'entends les arguments de certains tendant à relativiser ces pratiques, croyant défendre les musulmans, je me dis qu'on se passerait volontiers de ce type de défense...on a même envie de leur dire : "...svp...taisez vous...".
Si vraiment on veut défendre le vivre ensemble avec le fait culturel musulman qui est maintenant une réalité en France, il faut clairement combattre, et ne pas leur trouver la moindre circonstance atténuante, ces prosélytes d'un mode de vie venu d'un autre âge, et que nous ne partageons pas.

Écrit par : Grange | 18/08/2016

Écrire un commentaire