Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2013

Antigone et Hollande au rencart

 antigone.jpgDevant le Congrès des maires de France, le 20 novembre 2012, François Hollande avait rappelé ce principe fondamental des sociétés civilisées qu’est "le respect de la liberté de conscience" des élus de la République. Il avait d’autant plus raison que la loi sur le mariage gay, aux implications contestables, rejetée par une majorité de la population, ne serait finalement adoptée qu’à force d’artifices parlementaires peu glorieux. Or, à la surprise générale, le Conseil constitutionnel vient de bafouer Antigone… et Hollande, qui avait appris à l’ENA que si la loi était supérieure à la conscience, c’en était fini des droits de l’homme ! Oui mais ça, c’était avant.

08/06/2013

A chacun sa barre de fer !

antigone.jpgPauvre démocratie ! Qu’un maire refuse, en conscience, de célébrer un mariage gay, et la violence déferle : insultes, menaces, invectives, etc. Ne manquent que les barres de fer et les coups de poing américains. Terminés, le débat, la réflexion, la confrontation des idées ! Antigone, au goulag ! Va-t-on interdire Sophocle, Anouilh et Brecht ? Va-t-on censurer François Hollande qui, devant les représentants des 36.000 maires de France, le 20 novembre, reconnaissait"la liberté de conscience" aux élus qui refuseraient de célébrer des mariages homos, ajoutant que "le débat était légitime" ? C’est terrible comme la France commence à ressembler à la Russie…

18/10/2012

Les maires devraient obéir ?

 Antigone.jpgStupéfait d’entendre à la télé tous ces militants de gauche vouer aux gémonies les nombreux maires annonçant leur refus de marier des homosexuels. A moi Sophocle, Locke, Montesquieu, Tocqueville ! A moi Jean Moulin, de Gaulle, l’abbé Pierre, Cohn-Bendit ! Non, l’Etat, ses élus et ses fonctionnaires ne décrètent pas ce qui est "juste". Affirmer que la loi est supérieure à la conscience, c’est nier définitivement les droits de l’homme ! Un maire rebelle au mariage homo serait donc démis par le préfet, représentant de l'Etat ? Admettons. Mais si le peuple le réélit, ce maire, on fait comment ? On connaît la réponse de Brecht : on dissout le peuple !

07:12 Publié dans Blog | Commentaires (2) | Tags : mariage gay, maire, antigone, etat |  Facebook | | Lien permanent