Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/05/2016

Djemilev, le "Mandela" tatar

Djemilev.jpgRegardez bien le monsieur sur la photo, à côté de la chanteuse Jamala, la gagnante de l’Eurovision. Il s’appelle Mustafa Djemilev. Quand je l’ai interviewé pour L’Express le 7 juin 1992, chez lui, à Bakhtchisaraï, il avait déjà fait quatre séjours au Goulag. Ce petit homme courageux, ami du physicien Sakharov, incarne depuis les années 1960 la lutte désespérée des Tatars de Crimée, déportés par Staline en 1944, pour faire reconnaître leur droit à vivre sur leurs terres. Samedi, la chanson ukrainienne primée à l’Eurovision racontait la longue tragédie de ce peuple. Longue, mais toujours pas réglée : à 73 ans, Djemilev est à nouveau interdit de séjour dans la Crimée de Vladimir Poutine !

24/05/2015

Eurovision : la France mal aimée ?

eurov.jpgInstructif, le concours de l‘Eurovision ! Après un immense show applaudit par 200 millions de téléspectateurs, cette grande fête de la jeunesse d’Europe se transforme en une sorte de bourse géopolitique où chaque pays vote pour ses amis et voisins : au nord, les Baltes votent pour les Baltes, les Scandinaves pour les Scandinaves ; pareil, au sud, pour le Caucase ou les Balkans ; il y a aussi les ex-pays de l’est, les ex-républiques de l’URSS, etc. Dans cette course aux affinités nationales, personne ne vote pour la France, toujours dernière ou avant-dernière. Et si, au lieu de mépriser souverainement cette fête, on se posait la question de savoir pourquoi personne ne nous aime ?

11:31 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : eurovision, europe |  Facebook | | Lien permanent

27/05/2012

Eurovision d'apocalypse

 eurovision.jpgVu partiellement, hier soir, le concours de l’Eurovision. Trois remarques. 1. Faire de Bakou une capitale européenne, même pour un soir, c’est époustouflant. 2. Dans ce concours de chansons, je n’ai entendu aucune mélodie : que des daubes musicales, mi disco, mi hip-hop, mi bruit d’évier. 3. Dans ce concours entre nations, les Allemands n’ont plus rien d’allemand, les Grecs n’ont rien de grec, les Suédois n’ont rien de suédois, etc : ces jeunes-là constituent un gloubi-boulga informe et inculte, avec nanas dénudées et gymnastes interchangeables. Il y a des jours où, moi aussi, je rêverais de "démondialisation" !