Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/04/2012

Le songe d'Attali

attali.jpgDans L'Express, Jacques Attali imagine la victoire de François Hollande. Le 7 mai, le nouveau président annonce que la crise financière est épouvantable. Les marchés effrayés rendent plus coûteux les emprunts que l’Etat doit faire en mai pour payer les fonctionnaires, mais Hollande refuse de faire des réformes brutales pour ne pas perdre les législatives de juin. Ensuite, la gauche stigmatise les finances laissées par la droite et annonce qu’il faudra trouver 20 milliards en 2012, 40 en 2013, 80 en 2014, et encore plus dans les 3 années suivantes. La cata ! Dans un autre article, dans un autre journal, Attali explique pourquoi il votera pour François Hollande.

09:55 Publié dans Blog | Commentaires (2) | Tags : attali, hollande, crise, marchés |  Facebook | | Lien permanent

24/01/2008

Supprimons les élus !

Attali chez Elkabbach, ce matin : un grand moment de dialogue, de tolérance et de modestie. A chaque critique émise à propos des 316 propositions de son rapport, Attali dégaine : tous des corporatistes, des rentiers, des crétins, à droite comme à gauche ! Raffarin fut un "désastre". Goasguen est un "imbécile". Bayrou "parle comme Le Pen". Hollande n’est qu’un petit politicien combinard (c’est moi qui résume). Montebourg émet des "borborygmes". Dray "n’a aucune idée sur rien". Un carnage. Allons, comment les élus de la République peuvent-ils contester des idées émises par des gens plus intelligents qu’eux ?
Je suggère à Jacques Attali une 317ème proposition : la suppression radicale et immédiate des élus.

17/10/2007

Attali irresponsable ?

Libéraliser l’implantation des grandes surfaces, autoriser la vente à perte… Ben tiens ! Et saborder tous les efforts des 400.000 élus locaux pour préserver la vie quotidienne, voire la vie tout court, dans leurs communes ! Les propositions de Jacques Attali pour stimuler la croissance sont magnifiques sur le papier, mais elles sont à la fois humainement désastreuses, socialement irresponsables et, à quelques mois des municipales, politiquement irréalistes.
Si j’étais membre de la commission Attali, je suggérerais la mesure suivante : ne donner la parole, sur ces terrains qui touchent à la vie des gens, qu’à des personnalités qui ont été élues au moins une fois dans leur vie !