Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2011

Yes we Cannes

 

cannes,festivals,cinéma,télévisionLe festival de Cannes, j’adore : c’est l’occasion, mais oui, d’éteindre la télé pendant deux semaines. Evénement convenu, répétitif, obligé, formaté, recuit, saoulant, artificiel. Quinze jours de promo hystérique, limite insupportable, où le malheureux public ne voit aucun des films dont parlent savamment quelques privilégiés en robes longues et nœud pap, tandis que de jolies et mystérieuses inconnues minaudent en montant les marches sous les hurlements de centaines de photographes ! Voilà une belle opportunité de faire une cure de petit écran et de lire des livres au soleil. Ou bien, si le temps se gâte, d’aller au cinéma.  

17/06/2010

Le temps du chacun pour soi

livre_ouvert.jpgEn matière de culture, je connais deux catégories de gens : ceux qui se battent avec leurs petits poings pour promouvoir le livre, l’édition, la littérature, et ceux qui, pour des raisons obscures, font tout pour mettre des bâtons dans les roues des premiers. Le salon du livre de Cosne-sur-Loire (58) a lieu, chaque année, le dernier week-end de mai : eh bien cette année, le festival du "mot" de La Charité-sur-Loire, à trente kilomètres de là, a choisi la même date ! Le salon "Livres en Vignes" du Clos-de-Vougeot (21) se déroule depuis sa fondation le dernier week-end de septembre : eh bien, à une portée de fusil d’icelui, le salon du livre de Besançon, sans prévenir personne, a choisi la même date ! Est-ce qu’on ne pourrait pas instiller, dans ces activités si fragiles, un tout petit peu d’intelligence, de solidarité, de savoir-vivre ?