Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/12/2014

Interdire ou contredire ?

zemmour.jpgJ’entends les arguments des uns et des autres, et je m’en tiens à un principe : virer un journaliste pour ses opinions, c’est toujours un recul de la démocratie. Surtout quand c’est sur l’injonction du parti au pouvoir. Interdire au lieu de contredire, c’est un aveu de faiblesse observé sous toutes les dictatures. En France, s’il y a excès, c’est aux lois et aux juges de le dire. Les Jean-François Kahn, Michel Onfray, Pascal Bruckner, Nicolas Domenach et autres Daniel Cohn-Bendit ont raison de le rappeler avec force. Je note aussi avec tristesse, sur ce sujet, le silence assourdissant d’Aymeric Caron, Audrey Pulvar et autres grands donneurs de leçon…

04/06/2012

Laissez-la vivre !

FH-Valerie.jpgEn France, on juge les gens par ce qu’ils sont et non par ce qu’ils font. Pourquoi le statut de Valérie Trierweiler, compagne du chef de l’Etat et journaliste de profession, lui interdirait-il d’écrire des articles, des chroniques, un journal, des notules culturelles, voire des reportages ? Le seul et unique sujet qu’elle ne puisse traiter, c’est la vie politique, le gouvernement, l’opposition, etc : qu’elle fasse le tiers de ce que s’autorise une Anne Sinclair ou une Audrey Pulvar, et ce sera le conflit d'intérêt, le clash ! Mais, bon sang, il n’y a pas que la politique dans la vie : pourquoi lui interdirait-on de faire son métier, si c’est aussi sa passion ?

08/04/2011

Ils craquent pour elles

 

DSK-AS.jpgJeudi soir, sur France 2, encore une émission – la centième ? la millième ? – sur les rapports étroits, trop étroits, entre hommes politiques et journalistes politiques. Toujours les mêmes poncifs sur la connivence, etc. Pourquoi ne pas se demander plutôt pourquoi des professionnels comme Juppé, Kouchner, Strauss-Kahn, Borloo, Baroin, Hollande, Montebourg et tant d'autres plus furtifs ou plus discrets (je ne dénoncerai personne, étant pour la paix des ménages) ont bêtement craqué devant leurs intervieweuses, dont c’était justement l’objectif ? Autre question jamais posée : pourquoi aucune femme politique ne craque-t-elle jamais devant le moindre journaliste homme ?