Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2022

Poutine, Jirinovski et la bombe

ob_4f51a8_jirinovski-vladimir02.jpgHier à Moscou, le président Poutine et le patriarche Kirill ont rendu un vibrant hommage à Vladimir Jirinovski, chef de l’extrême droite à la Douma russe. Faut-il rappeler que Jirinovski était vivement  partisan d’utiliser l’arme nucléaire contre ces "dégénérés" d’Occidentaux ? En janvier, il disait encore : "La moitié de l’Europe, la moitié de l’Amérique partiront en flammes. Nous aussi nous souffrirons, mais ce sera leur fin… Et le 9 mai, nous célèbrerons encore une victoire… Biden sera le dernier président des USA... Le monde entier sera à genoux devant nous..." Instructif, non ?

11/03/2022

C'est une "guerre sainte" !

patriarche kirill et vladimir poutine AP120406025706.jpgOn n’a toujours pas compris, en France, le côté "croisade" de la guerre menée par Poutine contre ceux qui occupent indûment à Jérusalem... pardon, à Kiev... le berceau sacré de la religion orthodoxe russe. "À Kiev, disait-il le 21 février, ils continuent de préparer des représailles contre l’Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou !" Qui, "ils" ? Les traitres à la religion, les néonazis, les sans-Dieu, les dévoyés de tout acabit. Si le peuple russe est prêt, massivement, à endurer tous les sacrifices dus aux sanctions, c’est parce que son patriarche, Kirill, l’ami de Poutine, a dit qu’il s’agissait d’une "guerre sainte". Cqfd.

07/03/2022

L'homme qui murmure à l'oreille de Poutine

Kirill.jpgLe 4 mars, par la voix de Sa Béatitude le métropolite Onuphre, représentant en Ukraine du Patriarcat de Moscou, la deuxième église orthodoxe d’Ukraine a rompu avec son chef suprême, le très moscovite Kirill [photo], patriarche "de toutes les Russies", lequel perd ainsi… 40 % de son patrimoine ! L’événement – ignoré par les médias français – est de taille. Les orthodoxes du monde entier sont vent debout contre Kirill, l’homme qui chuchote à l’oreille de Poutine et qui piétine obstinément, au vu et au su de millions de croyants, tous les préceptes de l’Evangile…

22/08/2017

Le pape en Russie ? Niet !

Cyrille-Ier.jpgLe cardinal Parolin, numéro 2 du Vatican, rencontrera le président Poutine demain à Sotchi. Avant toute spéculation, rappelons-nous une autre visite, celle de Gorbatchev au Vatican en décembre 1989 : à l’issue de leur entretien historique, le numéro 1 soviétique, enthousiaste, avait soudain invité Jean-Paul II à venir à Moscou… oubliant qu’en Russie, les évêques et cadres du patriarcat de Moscou se sont toujours opposés au principe d’une telle visite, considérant le "pape de Rome" comme un "prosélyte" qui ne pense qu’à convertir les Russes au catholicisme. Voilà presque mille ans qu’ils pensent ainsi : vous croyez vraiment que Poutine les fera changer d’avis ?    

12/02/2016

Moscou, Constantinople, quelle différence ?

patriarche-kirill-pape-francois.jpgQue les jeunes journalistes soient totalement nuls en histoire, ce n’est pas un scoop. Mais ils pourraient au moins cliquer sur Wikipedia ! Trois fois déjà, ce matin, j’ai entendu à la radio que la rencontre de ce soir entre le pape François et le patriarche de Moscou "était sans précédent depuis 1054" ! Ce qui est une double bêtise, vu que le patriarcat de Moscou a été fondé au XVIème siècle (cinq siècles après le schisme entre Rome et Constantinople, quand même) et vu que depuis Paul VI en 1964, les rencontres entre le pape de Rome et le patriarche de Constantinople sont devenues presque banales ! Moscou, Constantinople, tout ça c’est bien compliqué ! Vite, vite, revenons aux relations entre Jean-Vincent Placé et Cécile Duflot !

06/02/2016

Une rencontre importante

Kirill.jpgJe sais bien que les médias français sont très occupés par la déchéance de nationalité et l’accent circonflexe, mais voilà une info très importante sur le plan international : la rencontre inédite, à Cuba, le 12 février, entre le pape François et Kirill, le patriarche de Moscou. Ce sera un vrai événement d'abord pour l’Ukraine, pomme de discorde entre les deux Eglises depuis 1596. Pour les chrétiens d’Orient, dont le soutien sera mieux coordonné. Pour l’orthodoxie russe, qui devrait s’ouvrir davantage au reste du monde. Pour l’ensemble de la chrétienté (2 milliards de croyants) dans un monde chahuté qui a sacrément besoin de paix, de spiritualité et d’espérance…