Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/08/2017

Le pape en Russie ? Niet !

Cyrille-Ier.jpgLe cardinal Parolin, numéro 2 du Vatican, rencontrera le président Poutine demain à Sotchi. Avant toute spéculation, rappelons-nous une autre visite, celle de Gorbatchev au Vatican en décembre 1989 : à l’issue de leur entretien historique, le numéro 1 soviétique, enthousiaste, avait soudain invité Jean-Paul II à venir à Moscou… oubliant qu’en Russie, les évêques et cadres du patriarcat de Moscou se sont toujours opposés au principe d’une telle visite, considérant le "pape de Rome" comme un "prosélyte" qui ne pense qu’à convertir les Russes au catholicisme. Voilà presque mille ans qu’ils pensent ainsi : vous croyez vraiment que Poutine les fera changer d’avis ?    

12/02/2016

Moscou, Constantinople, quelle différence ?

patriarche-kirill-pape-francois.jpgQue les jeunes journalistes soient totalement nuls en histoire, ce n’est pas un scoop. Mais ils pourraient au moins cliquer sur Wikipedia ! Trois fois déjà, ce matin, j’ai entendu à la radio que la rencontre de ce soir entre le pape François et le patriarche de Moscou "était sans précédent depuis 1054" ! Ce qui est une double bêtise, vu que le patriarcat de Moscou a été fondé au XVIème siècle (cinq siècles après le schisme entre Rome et Constantinople, quand même) et vu que depuis Paul VI en 1964, les rencontres entre le pape de Rome et le patriarche de Constantinople sont devenues presque banales ! Moscou, Constantinople, tout ça c’est bien compliqué ! Vite, vite, revenons aux relations entre Jean-Vincent Placé et Cécile Duflot !

06/02/2016

Une rencontre importante

Kirill.jpgJe sais bien que les médias français sont très occupés par la déchéance de nationalité et l’accent circonflexe, mais voilà une info très importante sur le plan international : la rencontre inédite, à Cuba, le 12 février, entre le pape François et Kirill, le patriarche de Moscou. Ce sera un vrai événement d'abord pour l’Ukraine, pomme de discorde entre les deux Eglises depuis 1596. Pour les chrétiens d’Orient, dont le soutien sera mieux coordonné. Pour l’orthodoxie russe, qui devrait s’ouvrir davantage au reste du monde. Pour l’ensemble de la chrétienté (2 milliards de croyants) dans un monde chahuté qui a sacrément besoin de paix, de spiritualité et d’espérance…