Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/01/2014

Vie privée, vie publique

RueduCirque.jpgOn aimerait vraiment passer à autre chose. Mais voilà qu’on apprend que le domicile de Julie Gayet, rue du Cirque, était gardé depuis juin 2012 avec l’argent de nos impôts : places de stationnement réservées au sol pour 2 voitures de police, et 4 gardiens de la paix en faction. Voilà qui rappelle fâcheusement les libertés que prenait Mitterrand avec l’argent public quand il s’agissait de protéger sa deuxième famille cachée. Tous les efforts de l’Elysée et de la place Beauvau pour défendre le droit du président à une "vie privée" réussiront-ils à étouffer ce qui, hélas, concerne bel et bien les citoyens ?  

 

17/01/2014

Merci, Julie Gayet !

CoversGayet.jpgJ'aimerais adresser mes remerciements les plus sincères à Julie Gayet. Grâce à elle, les chaînes d’info ont cessé de faire le pied de grue devant l’hôpital de Michael Schumacher, et, surtout, les gros titres de nos journaux ne sont plus consacrés à Dieudonné ! On a même entendu les télévisions parler économie, par raccroc, grâce aux 500 journalistes qui ont tenu à assister à la conférence de presse de François Hollande ! Enfin, à voir les tirages des magazines, elle a sauvé la presse française pour un an ! Vive Julie Gayet !

00:56 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : gayet, dieudonné, presse, closer |  Facebook | | Lien permanent

15/01/2014

Le rétropédalage de la semaine

 FILIPPETTI-GAYET.jpgAurélie Filipetti est passée, ce matin, a un cheveu de la démission. Le Canard Enchaîné du jour révèle en effet que Julie Gayet a été discrètement nommée, avant les fêtes, au jury de la Villa Médicis. Alors là, stop, on arrête de rire : que le Président trompe la Première dame, le peuple s’en esclaffe, mais que sa maîtresse bénéficie de telles faveurs de la République, l’opinion l’aurait très mal pris, la France est ainsi, et le scandale aurait été immense. Heureusement, ouf, l’arrêté ministériel n’était pas signé : dans la nuit, fissa, la ministre y a biffé le nom de l’actrice, et sauvé son fauteuil in extremis !  

14/01/2014

Allez ouste, la Première dame !

 Pompidou.jpgLa disgrâce de Valérie Trierweiler est une chance pour les idéologues qui nous gouvernent. Ouste, disent-ils, profitons de son départ de l’Elysée pour supprimer carrément l'idée même de "première dame" puisque c’est un des derniers avatars d’une société où –  on se tue à vous le répéter – la cellule familiale ne compte plus ! On élira désormais à l’Elysée un individu sans conjoint, sans enfants, sans sexe, sans cœur, sans parents, sans passé, sans racines, sans rêves, sans passions, un être exclusivement politique dont la vie privée, en effet, n’intéressera personne. Vive le progrès. 

12/01/2014

Quand la France rayonne

 hollande-gayet.jpgCe qui est intéressant et drôle, dans l’affaire Hollande-Gayet, ce ne sont pas les faits eux-mêmes, dont on se tamponne, mais l’avalanche de commentaires parus dans la presse étrangère, du Finantial Times à la Stampa en passant par CNN, sur le thème : "Les Français sont incorrigibles !" On croit même déceler parfois, chez nos confrères étrangers, une petite pointe de jalousie dans le rappel des épisodes présidentiels précédents : le laitier de Giscard, la fille cachée de Tonton, les "6 mn douche comprise" de Chirac, le coup de foudre avec Carla de Sarko, sans parler, bien sûr, du scandale DSK. Allons, voilà au moins un domaine où la France brille sur l’échiquier international !

10/01/2014

Hollande-Gayet : fin de l'hypocrisie ?

 hollande-gayet.jpgComme d’hab, il aura fallu qu’un magazine people (pouah, ouh, caca, vilain) balance l’info que tous les grands journalistes parisiens commentaient entre eux depuis des mois, pour que ceux-ci en fassent un événement politique, au point d'occulter le feuilleton Valls-Dieudonné ! Politique, oui, et à deux titres : 1) Si la vie sexuelle du président Hollande nous indiffère, l’image qu’il donne de la France à l’étranger nous importe… et nous désole ! 2) Va falloir m’expliquer au nom de quoi l’argent de mes impôts finance depuis presque deux ans le secrétariat de Madame Trierweiler…