Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/11/2017

L'apartheid aux portes de Paris ?

intersyndicale-sud-fo-93.jpgSi l’on a mis naguère des uniformes aux soldats, des maillots aux sportifs et des blouses aux écoliers, c’était pour constituer des groupes, des équipes, des collectifs où chacun était l’égal de l’autre : on s’en battait l’œil, dans ma jeunesse, de la couleur de peau ! Comment la République a-t-elle pu nourrir en son sein un syndicat enseignant (enseignant !) qui organise impunément, en Seine-Saint-Denis, des stages de formations "racisés", c’est-à-dire interdits aux blancs ? Non mais, ho ! Va-t-on s’exterminer, en France, demain, pour sa couleur de peau ? Pourquoi cette dérive insensée ? Qui a merdé ? Et quand ?

10:43 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : racisme, noir, syndicat, apartheid |  Facebook | | Lien permanent

11/12/2012

La Bourgogne paralysée

 Gare-1.jpgLes journaliste parisiens ont cessé de s’intéresser à cette actualité trop banale, et pourtant ! Les grèves répétées de la Sncf, quand on habite la province, sont une calamité insupportable en temps de crise : agendas à reprendre entièrement, rendez-vous médicaux à reporter, réunions familiales compromises, livraisons professionnelles annulées, etc. Et quand on ne peut faire autrement que de prendre sa voiture, il faut payer l’essence plein pot, braver le verglas ou la neige et perdre des heures en conduite inutile. Quelqu’un peut-il me dire pourquoi, exactement, les syndicats de cheminots enfoncent encore le pays dans la mouise ?  

00:05 Publié dans Blog | Commentaires (2) | Tags : sncf, grèves, cheminots, syndicat |  Facebook | | Lien permanent

21/09/2009

Après l'été, les grèves...

C’est le premier jour de l’automne. Les feuilles commencent à tomber et les syndicalistes du secteur public, rentrés de vacances, commencent à bloquer l’activité du pays. Comme l’an dernier à la même date, La Poste se met en grève. C’est une tradition bien de chez nous : à l'automne, en France, les gens qui vivent de leur statut entravent minutieusement, méticuleusement, ceux qui vivent de leur travail : les dirigeants de PME, les imprimeurs, les éditeurs, les commerçants, les artisans, les créateurs, tous ceux qui ont impérativement besoin que le courrier fonctionne pour remplir leurs engagements, satisfaire leurs clients, nourrir leurs enfants, assurer leurs retraites et préserver leurs emplois. Autant d’impératifs inconnus des syndicalistes de La Poste, qui n’en ont évidemment rien à battre...