Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2014

Actualité de saint Léon le Grand

Cover-10papes.JPGAujourd’hui, 10 novembre, le saint du jour est… saint Léon, un des grands papes de l’histoire, qu’on appellera "Léon le Grand". C’est lui, notamment, qui négocia avec Attila en 452 pour que le chef barbare ne rase pas la ville de Rome. Vous lirez cela dans Les papes qui ont changé l’Histoire, qui vient de sortir chez Gründ ! Oui, je sais, c’était il y a longtemps, ce n'était pas tout à fait chez nous et c’est beaucoup moins sexy que les empoignades politiciennes entre Fillon et Jouyet. Mais enfin, quand même, excusez du peu, imaginez que les Huns aient réduit en cendres la Ville éternelle !

12:56 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : papes, rome, léon |  Facebook | | Lien permanent

07/10/2014

La crise vue de Rome

Rome-bus.jpgComment les Romains font-ils face à une crise plus violente que chez nous ? Réponse : à l'italienne. Exemple : à l'aéroport Fiumicino de Rome, les sandwiches au salami, qui contenaient deux tranches de salami avec du beurre, n'en contiennent plus qu'une fine tranche, et sans beurre – pour un prix à peine supérieur. Deuxième exemple : le vieux train qui relie Fiumicino à la gare de Termini a été classé tout entier en "première classe", hop, d'un coup, ce qui a fait passer le prix du billet de 8 euros à 14 euros. Troisième exemple : le soir, dans Rome, sans doute pour compenser la hausse du prix du ticket, le bus 46 qui passait toutes les 20 mn passe désormais toutes les 40 mn. J'adore l'Italie.

00:05 Publié dans Blog | Commentaires (0) | Tags : rome, crise, fiumicino, italie |  Facebook | | Lien permanent

04/12/2011

Des nouvelles du card. Etchegaray

BL-Etch-1.JPGDéjeuné à Rome avec le cardinal Etchegaray. Le vice-doyen du Sacré collège, à 89 ans, est en pleine forme. Il sera d’ailleurs en vadrouille à Paris ce lundi ! Deux fois blessé en tombant, deux fois il nous a fait peur, ces dernières années, et le voilà qui repart comme en 14, ou plutôt comme en 1984, quand Jean-Paul II l’a nommé à la tête de Justice et Paix. Je renvoie, une fois de plus, à ses mémoires, parues chez Fayard sous le titre J’ai senti battre le cœur du monde, qui racontent son extraordinaire parcours. Et j’exprime, à la polonaise, le vœu de tous ses amis : "Qu’il vive cent ans !"

18/01/2011

César et Jean-Paul II

jp2.jpgA Rome, pour le 1er mai prochain, il n'y a plus une place de libre dans les hôtels et les institutions religieuses. On peut prévoir que la béatification de Jean-Paul II sera un événement géant. C'est par dizaines de milliers, peut-être plus, que les pèlerins ont déjà prévu leur séjour – deux nuits en général. Finaude, la municipalité de Rome avait anticipé, il y a trois semaines, en... imposant cette année une taxe de 2 euros pour tout visiteur, par nuit et par personne, histoire de ne pas rater une occasion pareille de se faire un peu de cash ! Ce verset-là n'est pas dans l'Evangile : "Rendez à César ce qui appartient à Jean-Paul II..."

09/10/2008

La France, combien de divisions ?

météo roma.JPGLe voyage de Benoît XVI en France est déjà loin. Vue du Vatican, la France disparait doucement du paysage, et se fond dans cette Europe du Nord où le scepticisme va de pair avec l'inculture. Il est loin, le temps des intellectuels (Maritain), des théologiens (Congar) et des cardinaux (Villot) qui représentaient ici la "fille ainée de l'Eglise" ! Les grands journaux français n'ont plus de correspondants, à l'exception de la presse catholique (I-Media, La Croix, Radio Vatican en français, etc). La Ville éternelle est devenue le désert français. Il n'y a plus d'ambassadeur de France auprés du Saint-Siège depuis avril 2007, et cela n'intéresse absolument personne. Vue de Saint-Pierre de Rome, la France, combien de divisions ?

08/10/2008

Déjeuner a Rome

cover Etche it.jpgDéjeuner avec le cardinal Etchegaray, à Rome, pour fêter la sortie de ses mémoires en italien (Ho sentito battere il cuoro del mondo, aux éditions San Paolo) et pour parler de mon prochain livre. Dans son bel appartement du Palazzo San Calisto, le vice-doyen du Sacré Collège se remet doucement de son accident de l’an dernier. Il vient de fêter ses 86 ans, et ne cache pas son bonheur de marcher à nouveau sans canne. Son sourire est intact, son coup de fourchette aussi. Le pas lent mais l’esprit alerte, il répond avec roublardise aux questions les plus indiscrètes : quand il ne veut pas se rappeler un souvenir qui le gène, son visage se fige candidement, mais son oeil pétille de malice. Merveilleux homme. Les personnes comme lui ne devraient pas vieillir.

09/04/2008

Tous au téléphone !

Les Romains ont inventé un truc génial. Ils ont considérablement élargi les parois de leurs cabines téléphoniques classiques afin que les usagers, grâce à leurs téléphones mobiles, puissent parler tous ensemble, très fort, à leurs correspondants. Mieux : ils ont mis des roues à ces cabines géantes et ils y ont installé des chauffeurs, ce qui permet aux utilisateurs, tout en téléphonant à tue-tête, de se rendre à leur bureau ou de rentrer à leur domicile. Afin d’organiser les multiples trajets de ces cabines roulantes pleines de gens hurlant au téléphone, ils leur ont mis des numéros. Cela s’appelle des "autobus", c’est très bruyant, limite insupportable, mais, à l’évidence, cela a un succès fou !

26/05/2007

Permanence électorale

medium_ciceron.jpgPetit séjour à Rome, où les affiches électorales ressemblent furieusement aux nôtres. A tous ceux qui se sont lancés dans la campagne électorale législatives, en France, je dédie ce conseil trouvé sous une plume romaine : "Il faut se faire des amis dans toutes les catégories sociales. Cherche (et trouve) des hommes dans chaque région : fais leur connaissance, va les voir, assure-toi d’eux ; qu’ils fassent campagne pour toi dans leur voisinage comme s’ils étaient candidats à ta place. Les gens de la campagne pensent que si nous connaissons leur nom, c’est qu’ils sont nos amis ; si, en plus, ils s’imaginent se procurer ainsi quelque appui, ils ne laisseront pas passer cette occasion de nous rendre service…"
C’est le frère de Cicéron qui écrivait cela à son cadet en campagne. Il y a un peu plus de deux mille ans.