Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2018

Pas fous, les parlementaires !

enfant-stop-pc3a9dophilie-1.jpgSauf surprise, il n’y aura donc pas de commission parlementaire chargée d’enquêter sur les crimes de pédophilie en France. Pas fous, les élus du peuple ! Charger l’Eglise catholique, c’est sans danger. Mais si on élargit l’investigation à tous les secteurs de la société où des adultes côtoient des enfants, on va se mettre à dos beaucoup de monde. Aux Etats-Unis, les travaux du sociologue Philip Jenkins, qui font autorité, révèlent que pour 100 prêtres condamnés pour pédophilie, les tribunaux ont condamné 6.000 éducateurs, enseignants, profs de gym, entraîneurs sportifs, etc. Vu, la proportion ? Vu, la boîte de Pandore ?

16/10/2018

Oui mais moi, c'est pas pareil...

7794726773_jean-luc-melenchon-a-marseille-le-25-aout-2018.jpgMélenchon a le sens de l'équité. Quand la justice pourrit le septennat de Nicolas Sarkozy à coup d’affaires tordues, il trouve cela normal. Quand la justice dézingue le candidat François Fillon en pleine campagne présidentielle, il trouve cela très bien. Quand la justice s’attaque violemment à Marine Le Pen jusqu’à ruiner son parti politique, il applaudit des deux mains. Quand la justice s’en prend à François Bayrou et Marielle de Sarnez jusqu’à les éjecter du gouvernement, il s'en réjouit. Mais quand la justice s’intéresse à lui, alors, il hurle, il s’indigne, il dénonce, il s’époumone, pas ça, pas lui, quel scandale, quelle indignité ! Ben tiens...

15:51 Publié dans Blog | Commentaires (1) | Tags : justice, mélenchon |  Facebook | | Lien permanent

15/10/2018

Un peu de mémoire, svp !

mac-phi.jpgPour justifier les dizaines, voire les centaines d’heures d’antenne passées à blablater dans l'attente du remaniement, les journalistes politiques laissent entendre, ouh la la, qu’il pourrait y avoir du grabuge entre Emmanuel Macron et Edouard Philippe. Du pipeau, quand on se rappelle les rapports électriques qu’eurent Pompidou et Chaban-Delmas (1972), la guerre ouverte entre Giscard et Chirac (1976), la détestation abyssale entre Mitterrand et Rocard (1988), sans parler des périodes de cohabitation ! Non, franchement, faire croire que les discussions actuelles entre l'Elysée et Matignon sont une menace pour la République, c’est une escroquerie !