Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2007

Il y a étudiants et étudiants

Il y a quelque chose de nouveau sous le soleil du PAF. Les médias montrent désormais, en pleine crise sociale, des étudiants qui s’insurgent contre les fauteurs de troubles sur les campus, ou qui distribuent des tracts contre le blocage des facs. On en voit même, en plein JT, qui dénoncent les méthodes totalitaires des militants gauchistes. Même Audrey Pulvar, sur France 3, a cessé de dire "les étudiants en colère" quand elle montre trois encagoulés balancer des chaises dans un amphi !
Explication : une génération chasse l'autre. Les journalistes de 28 ou 30 ans envoyés sur place par leur rédaction en chef ne savent même pas ce que fut mai 68, ils n’ont ni tabous ni préjugés, et quand ils voient des casseurs, ils filment des casseurs. Ils sont jeunes, ils ne savent pas…

14/11/2007

"Non à l'autonomie !"

Magnifique contestation étudiante ! A Dijon, hier, une irrépressible minorité d’extrémistes énervés (et très attardés, si l'on en croit l'âge de certains animateurs du mouvement) ont empêché tout vote démocratique des 1.500 présents, et décidé le blocage de cette université de 25.000 étudiants. Slogan superbe, surréaliste : "NON A L'AUTONOMIE !" J’adore ce mot d'ordre qui résume dramatiquement les pulsions de cette jeunesse nantie repliée sur elle-même et qui a si peur de devenir adulte !
De toute façon, ces révolutionnaires de pacotille ne risquent pas d’émouvoir les petits-bourgeois frileux qui composent l’électorat du maire de Dijon, par ailleurs n° 2 du PS : le campus étant loin, très loin du centre ville, tout le monde s’en tamponne !

12/11/2007

Octobre en novembre

Mea culpa. J’avais tort. Je notais l’autre jour le peu d’enthousiasme à célébrer cette année le 90è anniversaire de la révolution d’Octobre. C’était compter sans les agitateurs étudiants qui, de Tolbiac à Rennes, sont en train de noyauter les universités et bloquer les gares pour faire la jonction avec les cheminots et préparer la prise du Palais d’hiver. Même stratégie de pouvoir léniniste, mêmes joutes oratoires avec les trotskistes, mêmes petits groupes de "révolutionnaires professionnels" manipulant tous les "idiots utiles" qui les prennent pour de vrais étudiants, mêmes votes bidon à main levée pour contrer les votes réellement démocratiques à bulletins secrets, même mépris pour la démocratie bourgeoise, même violence contre la police du tsar.
Une belle commémoration, ma foi.

10/11/2007

L'intérêt des étudiants

A Lyon où je passe le week-end, quelques centaines d'étudiants de l'université Lyon-II ont voté "démocratiquement" la cessation des cours pour soutenir les cheminots le 14 novembre, et les fonctionnaires le 20. C'est beau, la solidarité. Et l'intelligence politique, aussi. Chacun sait que l'intérêt bien compris d'un jeune Lyonnais de 17 ou 18 ans, de nos jours, c'est de sacrifier ses études pour voler au secours des catégories socio-professionnelles dont les privilèges venus du passé obèrent justement leurs propres conditions de vie universitaires, sans parler de leurs futures retraites !