Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/05/2018

La lutte continue !

738_gettyimages-840440262_1.jpg50 ans après les barricades de mai 68, méditons un peu. Que tous les médias français, unanimes, se mobilisent pour le mariage du petit-fils de la reine d’Angleterre, voilà qui fait frissonner grave les héritiers affichés de la Révolution française ! Il est vrai que les mêmes médias, façon Versailles, ont diffusé pendant des jours, depuis Cannes, les avis de gens hyper-privilégiés sur des films que la populace, elle, ne verra pas avant des mois ! Et que dire du principal événement de la semaine, la publication de la liste des 23 demi-dieux multimillionnaires qui disputeront la prochaine coupe du monde de foot... au pays de Lénine et Trotski ?

24/05/2014

Un événement à la fois !

breaking-n.jpgL’actualité est exclusive. Un événement à la fois, et tant pis pour les autres ! Ce samedi, le festival de Cannes occupera tous les écrans. Dimanche soir, le scrutin européen prendra toute la place. Entre les deux, quelques heures de battement permettront de couvrir la visite du pape en Terre sainte : le représentant d’un milliard de terriens visitant le berceau de notre civilisation judéo-islamo-chrétienne, qui est aussi le principal foyer de guerre de notre époque, cela mérite bien quelques images. Sauf, bien sûr, si un fou tire sur l'Elysée, si Aznavour casse sa pipe, si Valérie Trierweiler tweete de travers, si Zlatan Ibrahimovic se tord la cheville ou si Léonarda débarque à Roissy...

12/05/2013

Et revoilà le Festival de Cannes !

 Cannes.jpgOui, je sais, je radote, mais c’est de mon âge : j’adoooore le Festival de Cannes ! Parce que c’est l’occasion, chaque année, d’éteindre la télé pendant douze jours. Evénement convenu, répétitif, obligé, formaté, recuit, saoulant, artificiel. Douze jours de promo hystérique, limite insupportable, où le malheureux public ne voit aucun des films dont parlent savamment quelques privilégiés en robes longues et nœud pap, tandis que de jolies et mystérieuses inconnues minaudent en montant les marches sous les hurlements de centaines de photographes ! Voilà une belle opportunité de faire une cure de petit écran et de lire des livres au soleil. Ou bien, si le temps ne s'améliore pas, d’aller au cinéma.  

11:30 Publié dans Blog | Commentaires (2) | Tags : cannes, cinéma, télévision |  Facebook | | Lien permanent

18/05/2011

Les victimes de DSK

DSK-tribunal.jpgAvant même son jugement, on peut dire que DSK a fait de nombreuses victimes...colatérales. D’abord, il y a tous les fans de cinoche qui ont vu le festival de Cannes réduit en miettes dans les médias, ainsi que les annonceurs concernés. Ensuite, il y a les dirigeants du PS, obligés de redéfinir toute une stratégie pour leurs "primaires". Et puis il y a tous les hommes et femmes politiques pour qui DSK représentait, l’an prochain, la seule chance de devenir ou de redevenir ministre – j’en connais. Enfin, il y a tous les journalistes qui s’apprêtaient à sortir une bio de DSK dans la perspective de 2012, ainsi que leurs éditeurs – et cela fait du monde !

11/05/2011

Yes we Cannes

 

cannes,festivals,cinéma,télévisionLe festival de Cannes, j’adore : c’est l’occasion, mais oui, d’éteindre la télé pendant deux semaines. Evénement convenu, répétitif, obligé, formaté, recuit, saoulant, artificiel. Quinze jours de promo hystérique, limite insupportable, où le malheureux public ne voit aucun des films dont parlent savamment quelques privilégiés en robes longues et nœud pap, tandis que de jolies et mystérieuses inconnues minaudent en montant les marches sous les hurlements de centaines de photographes ! Voilà une belle opportunité de faire une cure de petit écran et de lire des livres au soleil. Ou bien, si le temps se gâte, d’aller au cinéma.  

23/05/2007

Les golden comédiens

Curieux, cette unanimité pour dénoncer – à juste titre – les golden parachutes des PDG ayant failli, et le silence assourdissant des éditorialistes sur les gigantesques cachets gagnés par des acteurs dans des films ayant foiré. La récente enquête du Figaro, parue en plein festival de Cannes, rappelle que la somme gagnée par un Gérard Depardieu, un Benoît Poelvoorde, un Daniel Auteuil ou une Josiane Balasko, est la même pour un chef d’œuvre ou pour un immonde nanar : entre 500.000 et 1 million d’euros, voire davantage ! Un Michaël Youn – le type qui montre ses fesses à la télé – a touché 1,5 million d’euros pour son unique film sorti en 2006, une daube intitulée Incontrôlable. Est-ce bien moral, tout cela ?
Ce qui serait bien, c’est que ces nababs-là, quand ils sont en promo, évitent de parler politique.