Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2019

Eoliennes : qui va payer ?

IMG_3256.JPGEncore une info que vous ne retrouverez pas sur les grands médias parisiens. C’est le Journal du Centre qui la publie. A 40 mn de chez moi, il y a un parc éolien (Oisy-Clamecy) qui perd énormément d’argent et, c’est prouvé, qui ne sera jamais rentable. Aujourd’hui, c’est presque banal. Le problème, c’est que le journal n’a pas réussi à savoir qui va devoir, un jour, démanteler à grand prix toutes ces éoliennes. La société allemande ABO Wind explique qu’elle n’en est plus propriétaire depuis 2013. Tiens ! Mais alors, qui va devoir payer ? Les collectivités locales – c’est-à-dire les contribuables – embringuées dans ce mauvais plan ?

27/08/2013

Manuel Valls, façon Poutine

 valls,préfet,nièvre,matalon,gaucheA 80 %, la politique est faite d’annonces irresponsables, de postures médiatiques et de polémiques imbéciles. Et puis, parfois, on touche à l’os. Qu’un préfet nommé par un gouvernement de droite soit rayé des cadres par le gouvernement de gauche qui lui a succédé, c’est gravissime. C’est la parole de l’Etat qui est en jeu. Je ne connais pas le dénommé Daniel Matalon, ex "dgs" de la présidence de la République sous Sarkozy, sinon qu’il fut ensuite préfet de la Nièvre, en Bourgogne, pendant un an. Manuel Valls vient de le radier de la préfectorale, en catimini, par pur sectarisme, façon Poutine. Affaire à suivre ?

11/05/2012

L'Etat PS

 PS.jpgJ'étais hier dans la Nièvre pour une conférence devant l’Université du Temps libre du Nivernais. A la sortie, discussion avec Chantal, une autochtone. Le maire de sa petite commune est socialiste. Le maire de la grande ville voisine, Nevers, est socialiste. Le conseiller général de son canton est socialiste. Le président de son département est socialiste. Son député est socialiste. Son sénateur est socialiste. Le président de sa région, la Bourgogne, est socialiste. Tout comme le président du Sénat et, désormais, le Président de la République, tous les deux socialistes. Quand on lui parle de pluralisme, Chantal, elle rigole.