Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2010

La terre ne ment pas

Fin de la période des vœux. Au hit-parade de la meilleure carte 2010, celle du camarade Alain Suguenot, député-maire de Beaune, tellement "fier d’être bourguignon" qu’il envoya à ses correspondants un peu de terre de Bourgogne dans un petit sachet collé à sa carte. Sympa. Sauf que son envoi a déclenché les sirènes et les chiens de la police antiterroriste en arrivant chez son ami le ministre Michel Mercier ! Alerte rouge ! De la quoi ? De la terre ? A Paris, ils n’en avaient jamais vu ! Même le Samu fut convoqué, les fonctionnaires dudit ministère s’étant plaints de démangeaisons suspectes. Et la PJ de convoquer dare-dare l’assistant du député irresponsable pour explications sévères : de la terre, non mais ça va pas ? Ah, j’oubliais : Mercier est ministre de l’Espace rural.

28/11/2009

Bruguière se trompe

Bruguière.jpgJ’ai du respect pour le juge Bruguière, et je ne doute pas que son livre Ce que je n’ai pas pu dire (Robert Laffont) aura du succès. Je signale simplement, pour ceux qui s’intéressent au fond des choses, que ce qu’il "révèle" de l’attentat contre Jean-Paul II, en 1981, ne tient pas la route :

   - la thèse d'un règlement de compte entre le GRU et le KGB n'est pas nouvelle, elle n'est pas totalement absurde, mais elle ne repose sur aucun commencement de preuve, et Jean-Louis Bruguière n'apporte pas le moindre élément concret :

   - son informateur, le dénommé "Ivanov" (dont on aimerait avoir le vrai nom) est un fonctionnaire bulgare de seconde zone, qui n'avait aucune chance d'être au courant d'une opération aussi importante.

Affaire à suivre.

12/04/2008

Le pape à Ground Zero

f0dea18e97806ba8a74076245a2bb414.jpgInterviewé par l’AFP sur la prochaine visite du pape à Ground Zero, le 20 avril. A propos du terrorisme, il n’y a pas vraiment de différence entre Jean-Paul II et Benoît XVI : condamnation absolue, et appel au rapprochement interreligieux, notamment avec l’islam. La différence, elle est entre le monde de Jean-Paul II et celui de Benoît XVI. Rappelez-vous en mai 1981, lorsque Jean-Paul II fut victime d’un terroriste turc nommé Ali Agça : le monde entier, à commencer par les Etats-Unis, a regardé du côté de Moscou et du KGB. C’était encore le temps de la guerre froide. Mais peut-on imaginer les conséquences cataclysmiques d’un attentat perpétré contre le pape, aujourd’hui, par un jeune militant islamiste ?

15/09/2006

Mais qu'a dit le pape ?

Tempête dans les médias, ce vendredi matin, autour de Benoît XVI : une centaine d’articles, selon Google, traitent des réactions du monde musulman aux propos tenus par le pape mardi à l’université de Ratisbonne. Et chacun de commenter soudain un discours papal… que personne n’a lu ! Un discours important, très structuré, très précis, sur la violence et la religion, la foi et la raison, le fanatisme et le djihad, qui a fait la une de l'Herald Tribune et de nombreux journaux européens, mais qui est passé totalement inaperçu chez nous. Il faut dire que sur les 3.000 journalistes qui accompagnaient le pape en Bavière, il n’y avait que 8 Français. Résultat : quelques lignes dans Le Monde et dans Le Figaro, un commentaire dans La Croix, et c’est tout. Rien sur les radios, rien sur les télés.
Les médias français ne pouvaient pas s’intéresser, mardi, au discours du pape sur l’islam et la violence : ils étaient entièrement consacrés, ce jour-là, à commémorer l’attaque d’Al-Qaïda contre le World Trade Center...